Quatre jours de danse pour le festival Instances

 

Un concentré de l’actualité chorégraphique

Du 17 au 20 novembre le festival Instances de Chalon-sur-Saône propose 9 spectacles dont 1 première mondiale, 4 premières françaises et 3 pièces créées en 2015. Un temps court pour retrouver des chorégraphes déjà invités précédemment et d’autres à découvrir,  jeunes chorégraphes français déjà salués pour leur créativité et cette année une ouverture européenne avec un focus sur l’Irlande dont cinq compagnies de l’île (République d’Irlande et Irlande du Nord) seront présentes sur les plateaux de l’Espace des Arts les 19 et 20 novembre 2015.

Une programmation entre chorégraphes reconnus et nouveaux venus…

Mardi 17 novembre 19h

Herman Diephuis, Association Onno, Clan créé dans le cadre d’Instances, met en mouvement l’histoire d’un groupe qui s’acharne à vouloir exister dans un univers festif, sans percevoir sa fin imminente. Les rapports sociaux sont exposés comme dans une fin de fête, où l’absurde, le grotesque, le cynisme se côtoient, où l’ordre et le désordre sont indissociables.

Conception et chorégraphie Herman Diephuis / en collaboration et avec Ousseni Dabare, Julien Gallée-Ferré, Mélanie Giffard, Nina Santes, Betty Tchomanga, Teilo Troncy / lumière Sylvie Mélis / son Séverine Krouch / conseil artistique Dalila Khatir.

Mardi 17 novembre 21 h

Rachid Ouramdane, Cie L’A, Tenir le temps, comme, Sfumato, sa pièce précédente présentée à l’Espace des Arts en 2014, inspirée du sort des réfugiés climatiques, Tenir le temps est articulé autour d’événements historiques et politiques qui concernent la notion de citoyenneté. Ici unequestion obsédante : « Qui garde le contrôle de quoi dans la vitesse des sociétés d’aujourd’hui ? ». C’est ce à quoi les seize interprètes emportés par une mécanique qui les dépasse tenteront de répondre.

Conception, chorégraphie Rachid Ouramdane / avec Fernando Carrion, Jacquelyn Elder, Annie Hanauer, Alexis Jestin, Lora Juodkaite, Arina Lannoo, Sébastien Ledig, Lucille Mansas, Yu Otagaki, Mayalen Otondo, Saïef Remmide, Alexandra Rogovska, Ruben Sanchez, Sandra Savin, Leandro Villavicencio, Aure Watcher / musique originale Jean-Baptiste Julien / lumière Stéphane Graillot / costumes La Bourette / construction décor Sylvain Giraudeau / assistante chorégraphique Agalie Vandamme.

Mercredi 18 novembre 19h

Mon élue noire, Olivier Dubois, Germaine Acogny crédit photo François Stemmer
Mon élue noire, Olivier Dubois, Germaine Acogny crédit photo François Stemmer

Olivier Dubois, Mon élue noire (SACRE #2) Ballet du Nord. Danseur, chorégraphe et directeur du Ballet du Nord depuis 2014, Olivier Dubois a choisi de s’attaquer au Sacre du printemps d’Igor Stravinsky non pas avec une seule pièce, mais avec une collection de Sacre(s). Mon élue noire offre un nouveau Sacre à la grande Germaine Acogny, qui mieux qu’elle pouvait incarner l’histoire de l’esclavage et du colonialisme, et revisiter totalement le Sacre.

Création Olivier Dubois / assistant à la création Cyril Accorsi / avec Germaine Acogny / musique Igor Stravinsky – Sacre du printemps / lumières Emmanuel Gary / direction technique Robert Peraira / costumes Chrystel Zingiro.

Mercredi 18 novembre 20h

Agathe Poupeney
Guerrieri e Amorosi, Cie Affari Esteri crédit photo Agathe Poupeney

Edmond Russo/Shlomi Tuizer, Cie Affari Esteri, Guerrieri e Amorosi, un duo ou plutôt deux solos. Salué comme une pièce d’orfèvrerie avec sa gestuelle fine mais puissante, Guerrieri e Amorosi est sublimé par la musique du fameux groupe rock new yorkais Elysian Fields.

Chorégraphie Edmond Russo, Shlomi Tuizer / avec Aurore Di Bianco, Yann Cardin / création musicale Jennifer Charles et Oren Bloedow (Elysian Fields) / création lumière Laurence Halloy / mise en son Jérôme Tuncer.

Et un focus pour découvrir des compagnies irlandaises

Jeudi 19 novembre 19h

TEN by Liv O'Donoghue_image Luca Truffarelli_2
TEN,  Liv O’Donoghue, image Luca Truffarelli

Liv o’Donoghue, Ten, duo délicat, interprété par une des chorégraphes montantes de la jeune danse irlandaise et par la danseuse Maria Nilsson Waller. À travers un vocabulaire ciselé, nuancé qui s’attache à mettre l’accent sur les connections entre elles, les deux interprètes se perdent et se retrouvent. La musique de tom Lane est le troisième partenaire de ce duo, avec ses chuchotements, ses chants d’oiseaux et ses bruissements.

Chorégraphe Liv O’Donoghue / avec Maria Nilsson Waller, Liv O’Donoghue / compositeur Tom Lane / Production Eleanor Creighton

Jeudi 19 novembre 19h30

Aoife McAtamney, Softer Swells, que l’on pourrait traduire par « houles moelleuses », propage une sorte d’ondulation mélodique du corps, indéfiniment soutenue et reprise. Avec une force toute en lenteurs et en précautions, la chorégraphe irlandaise crée une tension de tous les instants. Sur le plateau nu, avec le seul son de sa voix pour mélodie, sa gestuelle sinueuse nous envoûte comme les vrilles d’un chant irlandais.

Chorégraphe et interprète Aoife McAtamney / création lumière Tim Feehily / production Eleanor Creighton

Jeudi 19 novembre 20h

Philip Connaughton, Mortuus est Philippus est un solo inspiré par l’amour et la perte d’un père. Philip Connaughton nous entraîne dans un voyage très personnel, viscéral, où il explore les traces que cette mort a inscrites à même son corps. La partition pour piano, violon, chœurs et musique électronique de Michael Gallen immerge dans une infinie solitude ce solo sombre et méditatif.

Chorégraphe Philip Connaughton / avec Philip Connaughton, Cheryl Therrien / création lumière Eamon Fox / compositeur Michael Gallen / production Eleanor Creighton

Vendredi 20 novembre 19h

Fulcrum-Dublin-Dance
Fulcrum, Dylan Quinn crédit Dublin Dance

Dylan Quinn, Fulcrum, Dylan Quinn Dance Theatre. S’inspirant de Catastrophe, pièce de Beckett, Fulcrum explore les complexités de la dépendance et du « point d’appui » à travers le duo très physique formé par Dylan Quinn et Jenny Ecke. La partition pour souffles, voix et textures d’Andy Garbi et les lumières de Tim Feehily renforcent le propos.

Chorégraphe Dylan Quinn en collaboration avec Jenny Ecke / avec Dylan Quinn, Jenny Ecke / création sonore Andy Garbi / création lumière et régie générale Tim Feehily

Espace des Arts, Rotonde, rencontre avec les chorégraphes Irlandais à 20h (entrée libre).

Vendredi 20 novembre 21 h

Liz Roche, Bastard Amber. S’inspirant des vers du célèbre poète irlandais William Butler Yeats, Sailing to Byzantium, et des peintures aux éclats dorés de Patrick Scott, la chorégraphe irlandaise Liz Roche se lance dans un voyage spirituel et méditatif où les corps s’emparent des mouvements de l’âme. « À ces formes que les orfèvres façonnent d’or battu ou couvrent de feuilles d’or » écrit William Butler Yeats dont le poème s’attache à traduire aussi les états du corps. Liz Roche rejette les formes narratives pour se rapprocher des arts visuels.

Conception, chorégraphie Liz Roche / mise en scène Paul Wills / avec Henry Montes, Hélène Cathala, Katherine O’Malley, Sarah Cerneaux, Marc Stevenson, Liv O’Donoghue, Alexandre Iseli, Liz Roche /musiciens Zoe Conway, John McIntyre, Bryan O’Connell, Ray Herman / création lumière Lee Curran / création musique Ray Harman / costumes Catherine Fay

Informations pratiques et programmation complète du festival.

Image de Une, visuel d’Instances, Instances danse tous droits réservés.

Written By
More from Véronique

June events 13ème édition

Après un prélude le 6 mai où June Events s’annonçait au cœur...
Read More