La Fabrique de la Danse – un espace innovant pour la danse

Et si l’on se mettait à rêver d’un lieu idéal pour la danse ?

Un lieu où les espaces seraient tous pensés et équipés pour la danse. Un lieu où l’on naviguerait entre studios spacieux aux multiples possibilités techniques, où les créateurs viendraient inventer, du premier geste, à la lumière et au son, en passant par un costume ou un pan de décor. Un lieu où la danse serait fédératrice de liens, de sens, palpable pour chaque visiteur : passant, danseur, entrepreneur, spectateur.

Ce lieu est sur le point d’exister !

Il a germé dans l’imagination allègre des fondatrices de La Fabrique de la Danse.

La fine équipe de cette jeune start-up parisienne– majoritairement féminine soulignons-le ! -a su allier la dynamique entrepreneuriale à la création d’un lieu à vocation artistique.

fabrique

Quel espace pour la danse ?

Au départ, il y a la volonté, « l’envie forte de servir la danse, encore plus, encore mieux (…) d’inventer le lieu de mes rêves », dixit Christine Bastin, chorégraphe bien connue du paysage français, et aujourd’hui directrice artistique du projet.

Puis il y a eu la réponse à un appel à projet : « Réinventer Paris », un projet lancé par la Mairie de Paris en 2014 qui propose aux candidats 23 lieux parisiens désaffectés à réhabiliter en imaginant un endroit innovant « exprimant leurs talents et y développant des projets d’exception ».

Les ingrédients étaient réunis pour fédérer une équipe et imaginer la Fabrique : un véritable lieu hybride dédié à la danse pour un public de chorégraphes, danseurs, professionnels du spectacle vivant, habitants, scolaires, associations, cultural lovers, makers, startups, entreprises…

A la Fabrique, on ira de la scène connectée, où les dernières technologies en matière de lumière, son et image seront à disposition, à l’espace santé qui accueillera sur place des praticiens spécialisées à l’image de l’Insep.

Il y aura le FabLab, un grand atelier polyvalent où l’on pourra venir réfléchir à la création d’un costume d’un décor en le fabriquant soi-même grâce aux talents de professionnels venus encadrer cette activité. Et puis aussi des espaces de coworking, salles de réunion et de séminaire et même un potager partagé ! Tout en passant bien sûr chez le barista du Café (comme dans tout lieu cool qui se respecte!)

Photo : Emmanuelle Stäuble — au 104 CENTQUATRE.
Photo : Emmanuelle Stäuble — au 104 CENTQUATRE.

« Une nouvelle façon de penser les conditions de la création et de son autonomie, d’en protéger l’essor, d’en garantir l’avenir » Christine Bastin, directrice artistique.

La Fabrique accueillera surtout le premier incubateur de chorégraphe. L’incubateur, ce lieu bien connu des entrepreneurs où germent leurs idées créatrices et où les premiers fonds sont levés. Pourquoi ne pas l’appliquer aux critères de création artistique? L’équipe de la Fabrique dont les talents trans-disciplinaires allient des créatifs à des entrepreneurs n’a pas hésité.

L’incubateur permettra ainsi de stimuler l’élan créatif en facilitant l’accès aux compétences, outils et infrastructures indispensables à la création d’une compagnie et au développement de la notoriété d’un chorégraphe. Accompagner les chorégraphes pour soutenir une création artistique ambitieuse: une aide bien précieuse dans un tissu où la survie des compagnies reste toujours aussi fragile.

Programme d'incubation - Photo Emmanuelle Stäuble
Programme d’incubation – Photo Emmanuelle Stäuble

Danse et démocratisation culturelle

Lieu de création spécialisé pour les chorégraphes, la Fabrique porte autant l’ambition de s’ouvrir au plus large public. Et c’est bien le nerf de la guerre pour un lieu spécialisé dans une discipline artistique qu’on accuse trop souvent d’être éloignée du public.

La Fabrique, créera-t-elle un « effet Bilbao » ? C’est tout le mal qu’on lui souhaite. Ces lieux culturels influant sur le développement de leur environnement, Paris en a connu plusieurs, le 104 est le dernier en date. Après des débuts tâtonnants, cet établissement, conçu sur les vastes espaces d’anciennes pompes funèbres, a su trouver sa place : réapproprié par un public hétérogène, ce lieu multiple est devenu pour certain un espace de jeu, où danseurs de tous bords viennent s’entrainer dans les grandes allées autrefois laissées vacantes.

Pour pouvoir s’épanouir, la Fabrique a retenu un ancien parking du 20e arrondissement. Après une rude sélection (l’initiative « Réinventer Paris » a remporté un succès inattendu avec 815 candidatures internationales), le projet fait partie des 3 finalistes.

Une offre finale a été remise à la Ville de Paris en novembre 2015 et les résultats seront annoncés au début de l’année 2016.

En attendant le coupé de ruban, on croise les doigts pour la dernière sélection !

« La Fabrique est ancrée dans son temps, et visionnaire quant à ses choix forts autour de l’innovation, l’économie solidaire, l’architecture écologique, le décloisonnement, la responsabilisation, le bénévolat compétent. Avec une équipe née du dedans, et d’accord sur l’essentiel : La Fabrique de la Danse comme lieu de l’art vivant, de l’être vivant et des échanges entre tous. » Christine Bastin.

La Fabrique de la Danse from La Fabrique de la Danse on Vimeo.

Comment soutenir ce projet ?

En signant ce manifeste :

http://www.lafabriquedeladanse.fr/imaginez-un-futur-pour-la-danse/

En savoir plus

Le site de la Fabrique

Le Facebook

Image de Une : Crédit photo : Emmanuelle Staüble 

Written By
More from Anna

Le festival Springforward 2018 recherche des critiques de danse en herbe!

Vous aimez écrire sur la danse ? Vous avez une jolie plume...
Read More