Temps fort Butô à la Maison de la Culture du Japon

La Maison de la Culture du Japon à Paris consacre un temps fort sur le Butô du 28 mai au 20 juin au travers de spectacles et projections de films.

Née au Japon dans les année 1960, la danse Butô fut un “laboratoire contestataire, volontairement marginal, d’une société japonaise en pleine mutation, marquée par la seconde guerre mondiale et la terrible secousse de Hiroshima” (source)

Carlotta Ikeda : Utt

Si le Butô restera assez marginal au Japon, il trouvera sa consécration à l’étranger, notamment en Europe, grâce  à des figures emblématiques, telles que Carlotta Ikeda. Elle découvre le Butô en 1974, et crée sa compagnie Ariadone avec l’aide de Ko Murobushi, autre personnalité phare du Butô.

Ariadone devient une troupe exclusivement féminine dévolue à cette “danse des  ténèbres“.

Mai Ishiwata dans Utt Crédits Frederic Desmesure
Mai Ishiwata dans Utt – Crédits Frederic Desmesure

La Maison de la Culture du Japon rend hommage à cette grande figure, décédée il y a peu (le 24 septembre 2014) à travers un solo emblématique: Utt, créée par Ko Murobushi et Carlotta Ikeda en 1981. Pièce marquante qui a participé à faire connaître l’art du Butô particulièrement en France. En 2014, Carlotta Ikeda avait créé une nouvelle version de cette pièce pour une de ses interpètes Maï Ishiwata.

« UTT est un voyage, l’itinéraire d’une femme de la vie à la mort, ou peut-être de la mort à la naissance. UTT est un cri, une onomatopée, comme si on recevait un coup brutal dans le ventre. » disait Carlotta Ikeda.

Présentée les 28 et 29 mai, la pièce sera suivie de la projection du documentaire d’Anna Kendall Carlotta Ikeda, danseuse de butô, danseuse de toute la peau (1984, 31 minutes) qui montre Ko Murobushi et Carlotta Ikeda travaillant sur la première version de UTT.

Dairakudakan

Fondée en 1972, la compagnie Dairakudakan (littéralement « Le Grand Vaisseau du chameau ») est l’une des premières compagnies de Butô, et l’une des dernières qui existent aujourd’hui au Japon.

Dairakudakan - Crédits Chris Randle, VIDF201
Dairakudakan – Crédits Chris Randle, VIDF201

La troupe est dirigée par Maro Akaji, ancienne légende du théâtre underground, et acteur de cinéma pour Kitano, Tarentino notamment.

Comparée au Living Theatre en raison de la vie communautaire que la compagnie mène dans son studio à Tokyo, les spectacles de Dairakudakan sont souvent qualifiés de «rabelaisiens». Excès en tous genres mêlent la danse et ses contraires, dans une alliance de laid, de rire, de monstrueux.

Dairakudakan présentera:

Ode à la chair, du 4 au 6 juin, une pièce sur la féminité, chorégraphiée par une femme et interprétée par les danseuses de la compagnie. 

La planète des insectes du 11 au 20 juin, un monde futuriste où les insectes ont pris le pouvoir sur les hommes. Akaji Maro (71 ans) sera entouré de ses 21 danseurs. La musique de trois tableaux est composée par le pape de la techno minimaliste, Jeff Mills.

Spéciale Cinéma – Akaji Maro, les 6 et 13 juin, projections de films présentés par Akaji Maro.

Infos pratiques

Temps fort Butô à la Maison de la Culture du Japon de Paris

du 28 mai au 20 juin

101 bis, quai Branly | 75015 Paris 

Ariadone, Utt de Carlotta Ikeda – les 28 et 29 juin. Plus d’info ici

Dairakudakan, Ode à la chair – du 4 au 6

La planète des insectes du 11 au 20. Plus d’info ici 

Projection cinéma : 6 au 13 Juin

Crédits photo de Une : Frederic-Desmesure

Written By
More from Anna

Le festival Springforward 2018 recherche des critiques de danse en herbe!

Vous aimez écrire sur la danse ? Vous avez une jolie plume...
Read More