Focus sur la Danse aérienne

On a testé pour vous : la danse aérienne.

Qui n’a jamais entendu parler de danse aérienne ? Cette discipline verticale a le vent en poupe depuis quelques années et plusieurs créations récentes utilisent un peu, voire beaucoup l’aérien. Bien sûr, on a tous en tête les fameuses poulies ou les élastiques de la compagnie DCA Philippe Découflé, mais la danse aérienne est riche aussi d’autres agrès, et nous les avons testé pour vous.

EN PRATIQUE

Avant toute chose, l’aérien c’est un harnachement particulier, le même que les fanas d’escalade. Il faut se familiariser avec le baudrier, les mousquetons, le gri-gri qui permet de s’accrocher sur la corde et de s’y hisser, le bloqueur-pédale pour prendre appui facilement dans la montée…bref une quantité d’outils qu’il est nécessaire de savoir utiliser au mieux pour garantir sa propre sécurité. C’est qu’on travaille en hauteur tout de même !

Compagnie De
Compagnie Di-Hélo

Une fois réussie la première montée-descente sur corde, on peut commencer à les chorégraphier, donner un rythme, chercher une liberté dans cette contrainte verticale.

Viennent ensuite les pendules : le pendule proche consiste à s’accrocher à une corde très proche du mur et à se tenir horizontalement les pieds au mur. Marcher, sauter, virevolter les pieds au mur, qui n’en a pas rêvé ? Sensations garanties !

Puis le pendule lointain, dont le point d’accroche un peu éloigné du mur permet de s’en repousser pour exécuter en l’air toutes sortes de figures dansées. Pas de deux, ensemble, canon, battle…on peut tout danser à l’horizontal !

Avec les pendules, la sensation de voler se fait presque réelle, c’est tout à la fois ludique, agréable et grisant .

Enfin, le système de poulie bien connu, où l’on joue avec son propre poids et le poids de son partenaire pour monter, descendre et danser dans tous les sens. Cet agrès nécessite une certaine adresse mais se révèle très amusant une fois maîtrisé .

Cie Retouramont - ©E. Pietro Gabriel

Bon tout de même, faut vous avouer plusieurs choses :

-se hisser sur une corde, ça demande pas mal de muscles dans les bras

-il faut un sacré gainage pour tenir à l’horizontal et ne pas s’asseoir dans son baudrier

-avant de « kiffer » la sensation de vol, s’assurer de ne pas avoir le vertige (on peut monter très haut) !

ON S’Y MET !!

Si malgré ces quelques désagréments (on a jamais dit que ça serait facile..), vous avez toujours envie d’essayer, de tenter une nouvelle expérience, d’ajouter une corde à votre arc de danseur, circassien, amateur de mouvement en tout genre, voici quelques adresses :

La compagnie Di-Hélo, installée à Thiers en Auvergne, est  une pionnière dans la discipline et peut se targuer d’avoir formé bon nombre de danseurs aériens. Elle propose depuis plusieurs années des stages de pratique aérienne à des danseurs amateurs et professionnels (prise en charge par l’Afdas ou Pôle emploi possible).

La prochaine formation professionnelle aura d’ailleurs lieu du 29/30 aout 26/27 septembre 2015.

http://www.dihelo.com/

La compagnie Retouramont, basée à Charenton-le-Pont en région parisienne, propose un travail chorégraphique original, notamment autour de la recherche de nouveaux agrès. Des stages sont aussi organisés pour découvrir ou pratiquer la danse aérienne, toute au long de l’année la compagnie propose de nombreuses sessions, chacune offrant un focus différent.

http://www.retouramont.com/?-Pole-Stages-

On Regarde!

De nombreuses compagnies se sont spécialisées dans la danse aérienne ces dernières années, afin de découvrir à quoi ressemble un spectacle de danse à la verticale, voici quelques compagnies à suivre en tournée en France et à l’étranger Les Passagerscompagnie Retouramont, Compagnie Vertical Dance Theater

 

Image de Une : Compagnie Retouramont, tous droits réservés.

Written By
More from Anne-Charlotte

DFS, la création détonante de François Chaignaud et Cecilia Bengolea

Vue à Lyon le 25 septembre dernier dans la belle salle du...
Read More