Spectacles / ciné : des ballets européens en direct au Gaumont Opéra

Aller voir un ballet sur un écran géant, bonne ou mauvaise idée?

 

On pourrait penser que l’expérience de la performance en live étant complètement dénaturée, et vu le prix (24 euros), mieux vaudrait aller au cinéma…Et pourtant, après l’avoir testé plusieurs fois, on y prend goût !

Finalement, ce n’est ni tout à fait comme une captation, ni tout à fait comme une représentation, c’est une troisième façon d’apprécier un spectacle de danse.

Même si l’atmosphère de la représentation ne peut pas être fidèlement retranscrite à l’écran, on ressent la joie du direct, y compris ses défauts (qui font son charme). Je dois saluer les cameramen qui font un excellent travail, et nous permettent de voir les expressions du visage des danseurs sur la scène du Bolchoï, depuis notre fauteuil parisien (alors que même depuis le strapontin du balcon de l’Opéra Garnier, c’est plus difficile !).

Les courtes émissions « backstage » diffusées à l’entracte sont très intéressantes, les chorégraphes et les danseurs prennent le temps de répondre au question des présentateurs, pour notre plus grand plaisir.

Enfin, la performance technique est impressionnante : les films sont diffusés en simultané dans 300 cinémas de 22 pays.

 

Tentés? Les deux prochains films-spectacles sont :

Jeudi 15 novembre 2012 à 20h00
Une soirée avec… KYLIÁN / INGER / WALERSKI
Durée : 2h25

 

Le célèbre chorégraphe Jiří Kylián est une immense source d’inspiration dans le monde de la danse et fut l’un des fondateurs les plus importants du NDT. Ce spectacle comporte deux ballets de sa célèbre série « Black & White » ainsi que de nouvelles œuvres venant d’artistes qui lui ont succédé et qui ont été formés par Jiří Kylián : Johan Inger, chorégraphe associé et Medhi Walerski, danseur et chorégraphe.

Dimanche 25 novembre 2012 à 16h00

La Fille du Pharaon de Cesare Pugni
Durée : 2h55

D’abord chorégraphié par Marius Petipa, le ballet La Fille du Pharaon a été représenté à de nombreuses reprises et connut un immense succès. Le chorégraphe français Pierre Lacotte fait revivre la gigantesque fresque égyptienne de Petipa.
Le jeune Anglais Lord Wilson voyage à travers l’Egypte avec son serviteur John Bull. Au pied d’une pyramide, ils croisent une caravane de marchands arabes. Soudain, une puissante tempête éclate.
Ils sont obligés de se réfugier dans la pyramide la plus proche où Aspicia, la fille de l’un des pharaons les plus puissants de l’Egypte, repose…

Pour avoir un avant-goût de ce qui vous attend, voici la vidéo de la saison 2012-2013 par le Gaumont Opéra :

Written By
More from Rachel

Peut on être féministe et aller voir « Kiss me, Kate » au Châtelet ?

Pourquoi aime-t-on tant les comédies musicales ? Est-ce le talent des artistes,...
Read More