Spectacle : “Lieux d'être”, Annick Charlot. Qui du danseur ou du riverain…

Un danseur, puis deux, quelques notes de musique, les spectateurs se regardent en coin, se demandent ce qu’il se passe : le spectacle commence tout autour de nous.

Un danseur, puis deux, quelques notes de musique, les spectateurs se regardent en coin, se demandent ce qu’il se passe : le spectacle commence tout autour de nous. Sur la place Henri Frenay, on ne sait plus très bien qui du danseur ou du riverain anime ce dimanche après-midi.

La chorégraphie s’enclenche, interprétée par des danseurs qui pourraient être nos voisins de métro. Alors qu’un voltigeur est gracieusement suspendu au lampadaire, un couple se forme sur le bitume.  Ces riverains, sont un peu ceux qu’on souhaiterait trouver tous les jours sur notre chemin citadin : des passants qui dansent, comme dans une comédie musicale, comme dans dans un rêve.

 

“Ah mais elles chantent les vieilles!”

Le spectacle s’anime aussi dans les airs, sur les balcons des voisins “complices”. D’un bâtiment à l’autre, les mouvements et les couleurs rebondissent. Les têtes sur les balcons sont comme des petites notes de musiques qui s’animent et font vivre la façade. Soudainement, celles qu’on croyait être confortablement installées à leurs fenêtres pour profiter du spectacle, entonnent une mélodie qui se répercute sur tous les murs de la place : “Ah mais elles chantent les vieilles !” s’étonne mon voisin.

 

L’atmosphère musicale se crée sur mesure : une mélodie au piano est jouée en direct, depuis un des balcons, un texte poétique est récité par une voix qui résonne sur les façades des bâtiments et qui envoûte les spectateurs. Les cris des enfants et le bruit du vent dans les feuilles des arbres viennent s’accorder sur le rythme.

 

La danse dans la ville, la ville dans la danse

Soudain, des couples se forment : chaque danseur prend un membre de l’assistance par la main, ou par la taille. Chaque participant, professionnel ou improvisé, devient un véritable interprète, chaque couple de danseurs / complice est unique : le timide avance à petits pas, regarde son compagnon du coin de l’œil, le vieux monsieur arbore un franc sourire au bras de la jolie danseuse. Tous prennent leur rôle très au sérieux, marchent en rythme, se laissent guider par la main. La musique s’arrête, les danseurs s’immobilisent, les cœurs des spectateurs se serrent autant que ceux des complices éphémères.

 

La musique reprend, les danseurs s’agitent. Nous retrouvons une séquence pleines de contradictions : les personnages crient, se poursuivent, puis se retrouvent. Ils se rejettent puis s’enlacent, ils se brutalisent puis se caressent. Ils sont tour à tour très seuls, et au milieu d’un groupe. La musique est violente, puis plus douce. Finalement, ce sont toutes les antinomies de la ville qu’on retrouve dans cette composition : parfois accueillante, parfois dure, une ville peut nous être étrangère, anxiogène, et familière et rassurante à la fois. La chorégraphie d’Annick Charlot incarne parfaitement le cadre de sa représentation : la vie urbaine et ses citadins.

 

Dans le public, je suis subjuguée. J’ai à la fois l’impression d’être partie intégrante de cette performance artistique et citadine, mais je me laisse emporter par la beauté, la musique. Je ne sens plus le vent froid, j’ai la sensation de devenir moi-même un élément du décor urbain.

 

La chorégraphie finit en apothéose : harnachés à la façade, les danseurs volent d’un balcon à l’autre. Les spectateurs s’avancent jusqu’à marcher sur ce qui était, quelques secondes avant, la scène. Nous levons tous la tête en rythme, admirant leurs mouvements parfaitement synchronisés.

 

Nous n’attendons pas qu’ils soient redescendus pour entonner les applaudissements. L’émotion est partout, les complices versent une larme alors que la chorégraphe remercie ses collaborateurs.

 

Compagnie Acte

Lieu d’être

Le dimanche 3 juin 2012, sur la place Henri Frenay, spectacle en plein air.

1 heure – Dans le cadre du festival « Entrez dans la danse »

Pour l’instant, on ne sait pas où le revoir… en attendant, visionnez donc la vidéo :

CIE ACTE | LIEU d’ÊTRE | TEASER | 5MIN30 from Compagnie Acte on Vimeo.

Written By
More from Rachel

Peut on être féministe et aller voir “Kiss me, Kate” au Châtelet ?

Pourquoi aime-t-on tant les comédies musicales ? Est-ce le talent des artistes,...
Read More