Pulsions, le souffle de jeunesse de la 24è promo du Centre National des Arts du Cirque – La Villette

En cirque, pas de « répertoire » à montrer au public. Au « gala » de fin d’année du Centre National des Arts du Cirque, on montre ce dont on est capable, mais on montre aussi une création originale, celle de Laurent Laffargues : Pulsions.

Crée en partenariat avec les élèves, et sur la base des improvisations de ceux-ci, le metteur en scène a monté un spectacle complet, un cirque moderne, très loin du Monsieur Loyal et des dompteurs de lions. Un enchaînement de tableaux qui ne racontent pas la vie mais qui la font ressentir.

Les « Pulsions », on les ressent dès l’ouverture, sur un tableau tout à la fois bohème, décadent, puissant et enivrant  Les prestations spectaculaires des élèves s’enchaînent à un rythme effréné, dans une mise en scène rythmée de musique électro-rock.

Ces jeunes diplômés ne pouvaient mieux incarner cette création, qui, dans tous ces tableaux, dans tous ces mouvements, dans toutes ses acrobaties, et dans tous les yeux des circassions, crie : « Jeunesse ! ». On retrouve, dans un tout autre style, la fougue d’un Jerome Robbins, l’énergie de la comédie musicale, la rebellion de West Side Story. Les interprètes se jettent dans leurs rôles, sans retenue, comme on se jette dans la vie. Ils se font des frayeurs, poussent et dépassent leurs limites. Ils tombent ? Peu importe, ils se relèvent. Ils expérimentent l’autre, et soi-même. Leurs corps, la nudité, l’amour.

D’aucuns trouveraient les symboles faciles : les couples se forment en croquant une pomme, rappelant le tout premier des mythes de l’homme et de la femme, Adam et Eve. Mais après tout, quand nous étions jeunes, n’avions-nous pas d’abord, nous aussi, voulu expérimenter de croquer dans cette pomme, avant d’en être lassé?

Le spectacle se déroule sous les yeux ébahis du public qui n’ose même pas cligner des yeux, de peur de rater un moment impressionnant, drôle, poétique, parfois dur.

 

Suivons de près ces jeunes circassiens talentueux, et félicitons-les tous, ainsi que le metteur en scène, pour cette superbe création qui nous apporte une cure de jouvence et un beau moment de spectacle.

Jusqu’au 10 février à la Villette.

« On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans.

– Un beau soir, foin des bocks et de la limonade,

Des cafés tapageurs aux lustres éclatants !

– On va sous les tilleuls verts de la promenade.

(…)

Nuit de Juin ! Dix-sept ans ! – On se laisse griser.

La sève est du champagne et vous monte à la tête…

On divague ; on se sent aux lèvres un baiser

Qui palpite là, comme une petite bête… »

 

Arthur Rimbaud, « Roman », in Cahiers de Douai.

 

Crédits photos : Philippe Cibille

 

Distribution artistique

Mise en scène Laurent Laffargue – Assistance à la mise en scène Sébastien Laurier, Manon Colomb de Daunant – Scénographie Philippe Casaban, Eric Charbeau, Laurent Laffargue, avec l’atelier et le service technique du Cnac – Dramaturgie Gwénola David, Laurent Laffargue – Musique Hervé Rigaud, avec la collaboration d’Antoine Delecroix (prise de son et mixage), Maëva Le Berre, Anne Gouverneur, Christophe Gratien, Camille Chatelain (instruments et voix) – Lumières Laurent Laffargue, Vincent Griffaut, Marcello Parisse – Vidéo Audrey Mallada, Laurent Laffargue – Costumes Sarah Meriaux – Concepteur des accroches aériennes Fill de Block / Atelier du Trapèze – Régie générale, régie vidéo (création) Nicolas Brun – Régie générale, Chef monteur chapiteau (tournée) Julien Mugica – Régie plateau, monteur chapiteau Jacques Girier – Régie lumières Vincent Griffaut – Régie son Rémi Bourgeois

avec les étudiants de la 24e promotion

Elise Bjerkelund Reine Trapèze, contorsion – Emanuel Breno Caetano Corde lisse – Camille Chatelain Vélo acrobatique – Jonas Leclere Sangles – Juan Manuel Rueda Mât chinois – Simon Bruyninckx et Arne Sabbe Bascule coréenne – Laura Colin (voltigeuse) et Coraline Léger (porteuse) Trapèze duo fixe – Quatuor avec Marine Fourteau  (voltigeuse) et Angèle Guilbaud (porteuse) Cadre aérien, et Liza Lapert (voltigeuse) etMarcel Vidal Castells Portique coréen – Josa Kölbel (porteur) et Bellina Belinda Sörensson (voltigeuse) Trapèze fixe – Coline Mazurek(voltigeuse) et Valentin Verdure (porteur)  Portés acrobatiques

Written By
More from Rachel

Peut on être féministe et aller voir « Kiss me, Kate » au Châtelet ?

Pourquoi aime-t-on tant les comédies musicales ? Est-ce le talent des artistes,...
Read More