« Music for 18 musicians » on y était, on vous raconte.

« Music for 18 musicians », en concert dansé par le Cabaret Contemporain et la compagnie Sylvain Groud, on vous en a parlé, on y était!

Pour ceux qui n’auraient pas suivi, le principe est simple : sur scène, un ensemble complet armé de la partition de « Music for 18 musicians » de Steve Reich.

Dans la fosse, on mélange pèle mêle le public, 5 danseurs, un chorégraphe et 70 danseurs amateurs bien préparés. Le tout restant parfaitement anonyme, pour faire monter le suspens.

La danse et la musique minimaliste, de Merce Cunningham à Anne Térésa de Keersmaeker, ça nous évoque déjà par mal de bons classiques. Mais quand il s’agit d’en faire une expérience conviviale et participative, ça donne quoi ?

Tout commence à l’extérieur de la salle, où l’on attend l’ouverture des portes alors que les premiers accords résonnent. Le public a bien lu le programme, et connaît le ratio de complices autour de lui : la pression monte. Tout le monde scrute son voisin et se demande qui va se mettre à bouger. Si lui, là bas, qui hoche la tête en rythme, ne serait pas dans le camp des danseurs. Quelques uns, en petites processions, guident le public dans la salle.

Au bout de quelques longues minutes, des bras tendus surgissent vers la scène, des portés comme autant de slams au ralenti sont poussés vers le plafond et ravalés par des dizaines de mains. Sylvain Groud se réapproprie ces codes, ces gestes que l’on a tous fait un jour dans la foule compacte d’un concert, et les offre en guise d’invitation.

Puis les bras s’assouplissent, les yeux se ferment, et en incubation au milieu des boucles propices de la musique, les corps se détendent. Petit à petit, les danseurs contaminent les non danseurs, qui en contaminent d’autres.

A la fin, un seul regret : Que le démarrage n’ait pas été plus rapide, (à défaut de pouvoir rallonger la partition) pour laisser à tout le monde le temps de s’intégrer complètement à ce bel écosystème.

Sylvain Groud, ses danseurs et le Cabaret Contemporain réussissent ensemble une belle prouesse : Captiver les oreilles, les yeux et les corps d’un public de tous âges et de tous horizons avec un morceau de musique répétitive d’une heure.

Et au passage, ils délient les vertèbres de plus de trois cent personnes, dépoussièrent la musique « savante » et partagent la danse contemporaine, rien que ça.

Music for 18 musicians,  avec le Cabaret Contemporain et la Compagnie Sylvain Groud, c’est encore pour deux dates avant le mois de juin :

Vendredi 24 mai au Théâtre de Saint Quentin en Yveline

Vendredi 31 mai sur les Berges de Seine à Paris (Esplanade du Pont de l’Alma)

Et puisque la ferme du buisson regorge de bonnes idées dans ce genre, on garde un œil sur la programmation à venir et on va s’y aérer les gambettes cet été !

Plus d’infos :

www.cabaret-contemporaint.com

http://cie.sylvaingroud.free.fr/spip/

www.lafermedubuisson.com

Written By
More from Marion

La Belle au bois dormant – Spectacle Jeune public et baroque

En manque d’idées pour une sortie en famille? Et si vous alliez...
Read More