Exposition des sculptures d’Edgar Degas

La galerie Goldenberg présente pour la première fois en France du 14 mai au 15 juillet 2013 une collection exceptionnelle de près de 70 sculptures d’Edgar Degas.

« L’œuvre sculptée d’Edgar Degas s’inscrit parmi les grandes curiosités de l’histoire de l’Art. Pour dire vrai, Degas n’a jamais voulu ni imaginé que les statuettes en cire qu’il réalise, tout au long de sa vie, soient un jour coulées en bronze : elles n’avaient guère pour but et utilité que de fixer les formes en mouvement qui allaient lui servir ensuite pour ses tableaux. » Bruno Pasquier, Président du Comité Degas.

Un sculpteur nommé Degas

Edgar Degas (1834-1917) est l’un des artistes les plus important du XIXe siècle. Largement reconnu pour ses pastels, ses peintures et ses dessins inspirés principalement du monde de la danse et des courses hippiques, ses sculptures sont en revanche beaucoup plus mystérieuses. Modelant la cire et l’argile au gré de ses idées, il n’hésitait pas à modifier ou même détruire ses sculptures. Véritables outils de travail, il les utilisait pour étudier le mouvement et capter la beauté du geste. Toutes ces recherches formelles étaient ensuite reproduites dans ses tableaux.
En 1881, à l’occasion de la sixième exposition des Impressionnistes, il présente pour la première fois au public « La petite danseuse de quatorze ans ». Cette sculpture de cire teintée, accommodée de tulle et de vrais cheveux, est présentée dans une vitrine de verre. Elle est très mal accueillie par la critique qui la qualifie de « bestiale effronterie ». L’artiste n’exposera plus de sculptures jusqu’à sa disparition.
Cette exposition met en lumière le talent de sculpteur d’Edgar Degas, longtemps ignoré par le public.

Crédits photos : Antoine Mercier – GGalerie

Cachet Valsuani

Après le décès de Degas, survenu le 27 septembre 1917, ses héritiers découvrent plus de 150 cires, souvent en piètre état de conservation, dans son atelier, à Paris. Sa famille et le fondeur en vogue de l’époque, Adrien Hébrard, unissent leurs forces afin que ces cires soient restaurées : il s’agit de sauver celles qui peuvent l’être. Soixante quatorze sujets sont finalement conservés. Coulés en bronze, ils vont passer à la postérité.

Ces bronzes post mortem n’ont pas que des partisans. Ainsi, pour le critique d’art Gary Arsenau, toutes les sculptures de Degas sont fausses: « les morts ne sculptent pas; les morts ne signent pas! »

En 1990, Leonardo Benatov, repreneur de la fonderie Valsuani (fondée en 1899 par Claude Valsuani à Châtillon) dont le chef d’atelier travaillait auparavant à la fonderie Hébrard, redécouvre les plâtres issus des cires de Degas. Il décide de réaliser des séries limitées. « La Petite Danseuse de 14 ans », une des plus connues de Degas, est fondue en 1998.

Crédits photos : Antoine Mercier – GGalerie

Où et quand ?

GALERIE GOLDENBERG
140 Boulevard Haussmann
75008 Paris – France
Métro : Miromesnil
Bus: 32 et 43 – Arrêt Haussmann-Miromesnil
Ouvert du lundi au samedi de 11h à 19h et sur rendez-vous.
Tél.: +33 (0) 9 67 24 13 09
Email: info@ggalerie.com

Très prochainement, consultez le site dédié en ligne : http://www.degasbronzes.com/

Entrée libre.

 

Crédits photos : Antoine Mercier – GGalerie

Written By
More from Rachel

Peut on être féministe et aller voir « Kiss me, Kate » au Châtelet ?

Pourquoi aime-t-on tant les comédies musicales ? Est-ce le talent des artistes,...
Read More