Cloud Gate 2 présente son spectacle du printemps : Spring Riot 2014

La troupe Cloud Gate est une des institutions de danse les plus renommées d’Asie. Représentant l’élite de la danse à Taiwan, la troupe prend ses racines dans la culture asiatique. Sa compagnie cadette, Cloud Gate 2, créée en 1999 donne la parole à de jeunes chorégraphes, et met l’accent sur la danse contemporaine. Il s’agit donc bien d’une troupe à part entière, avec ses danseurs, son staff technique, sa propre expression. Chaque année, la compagnie numéro deux présente ses créations, dans le cadre du spectacle « Spring Riot », qui se déroule comme son nom l’indique, au printemps. Cette année, CCC Danse a été invité à la représentation fêtant leur 15ème anniversaire, afin de découvrir cette troupe résolument moderne et au style radicalement différent de Cloud Gate. Outre leur nationalité et les méthodes d’entraînement, il ne faut donc pas confondre ces deux entités.

L’édition 2014 de Spring Riot est composée de trois parties : Dorian Gray de Cheng Tsung-Lung, Floating Domain de Huang Yi et Yaangad de Bulareyaung Pagarlava. C’est donc un spectacle assez dense (environ 2h au total, sans compter les deux entractes) en durée et en matière, puisqu’il s’agit de trois œuvres originales, présentées à la suite, pour le prix d’un seul billet. Il s’agit d’une véritable performance pour les 18 danseurs qui jouent dans les trois pièces, tous à la technicité et à la plastique irréprochables. Les racines asiatiques sont bien là, et il est intéressant de voir comment les différentes influences, notamment occidentales, ont été digérées par cette compagnie taiwanaise de grand renommée, bien ancrée dans notre époque.

Dorian Gray de Cheng Tsung-Lung

Dorian Gray est une adaptation dansée du roman éponyme d’Oscar Wilde. L’histoire : celle d’un jeune homme qui sombre peu à peu vers le côté obscur, tout en gardant sa beauté et sa juvénilité, alors que son portrait s’enlaidit à la mesure de ses méfaits. Le récit a marqué profondément le chorégraphe Cheng Tsung-Lung. Il a revisité de façon étonnante cette histoire, en personnifiant les démons qui détourne le héros du droit chemin, ainsi que le « portrait » en lui-même. Surtout, la bande son composée de musiques assez variées, allant du classique de Beethoven aux chants traditionnels taiwanais, laisse aussi de grandes plages de lecture d’extraits originaux en anglais. Narrées du plus bel accent british par J. Patrick, les phrases rythment la chorégraphie des passages les plus importants de l’intrigue. Dorian Gray surprend par sa créativité et par son audace dans la mise en scène.

Le pas de deux de Dorian Gray avec son portrait représenté par la jeune fille en noir. Nous sommes au début de la pièce, le héros n’a pas encore cédé aux démons de la tentation.
Dorian Gray de Cheng Tsung-Lung
Les différentes facettes de la personnalité de Dorian Gray.
Le chorégraphe de Dorian Gray, Cheng Tsung-Lung
Le chorégraphe Cheng Tsung-Lung, auteur de cette version de Dorian Gray, est aussi le directeur artistique de l’ensemble de la troupe Cloud Gate 2.

Floating Domain de Huang Yi

Considéré comme un des talents de la danse à Taiwan à surveiller, Huang Yi est un jeune chorégraphe formé au ballet, et ayant remporté un grand nombre de prix et de récompenses. Floating Domain est une revisite d’un projet de 2010, un re-travail qui lui donne plus de consistance, allongeant sa durée jusqu’à 50 minutes. La mise en scène de cette œuvre est plutôt originale, se passant totalement dans la pénombre, juste éclairée par quelques spots aux lumières crues et agressives. La tension s’accumule autour de plusieurs histoires d’amour brutes, et la sensualité des contacts contraste avec les scènes oppressantes mimant la violence et la rage.

Floating Domain Trailer 40secs from Huang Yi on Vimeo.

 

Floating Domain de Huang Yi
Floating Domain de Huang Yi surprend par sa représentation assez violente de l’amour. Comme pour mieux déstabiliser le spectateur, ces passages difficiles alternent avec des moments de grande affection.
Floating Domain de Huang Yi
Des moments de tendresse dans ce monde de brutes.

Yaangad de Bulareyaung Pagarlava

D’origine aborigène de Taiwan, la démarche de Bulareyaung en danse est en accord avec son identité. En collaboration avec le chanteur Sangpui Katatepan Mavaliyw (aborigène aussi), le chorégraphe a créé une pièce entre le tribal et le contemporain. En recouvrant la scène de terre, on ne peut s’empêcher de penser au Sacre du Printemps de Pina Bausch. L’énergie et la passion de vivre sont bien là. La scénographie et les lumières contrastées et dramatiques sont sublimes, excellent dans l’esthétique dépouillée et minimaliste, soulignant la beauté des poussières flottantes. La chorégraphie sauvage communique dans un langage brut et sans artifice.

Yaangad de Bulareyaung Pagarlava
Collaboration avec la voix puissante et envoûtante du chanteur aborigène Sangpui Katatepan Mavaliyw.
Yaangad de Bulareyaung Pagarlava
Mélange des genres réussi pour Yaangad : la souplesse de la danse contemporaine alliée aux sonorités puissantes de la culture aborigène de Taiwan.

 

Représentation du 17 au 20 Avril 2014 au Novell Hall de Taipei, Taiwan.

Tournée dans le reste de Taiwan du 2 au 18 mai 2014.

Dates en Europe non communiquées.

 

Aller plus loin :

http://www.cloudgate.org.tw/cg2/

http://www.cloudgate.org.tw/spring2014/en/

 

 

Written By
More from Gia

Love heals all wounds de Lil Buck et Jon Boogz à Vaison Danses

Le 21 juillet dernier, le Festival Vaison Danses nous avait créé l’évènement,...
Read More