Barbe-Neige et les sept petits cochons au bois dormant – le conte de fées déluré de Laura Scozzi

9

nan

« Un jour mon prince viendra, un jour on s’aimera…. » Stop arrêtez tout ! On prend les mêmes et on recommence ! Mais cette fois-ci, princesses blondes et chevaliers servants à la sauce happily ever after* : au placard.

La facétieuse Laura Scozzi propose sa version des contes : une farce dansée «anti-Watldisneyenne » délurée, fantasque, irrévérencieuse et surtout très drôle.

Au départ il y a ce passage du Saint François d’Assise de Joseph Delteil « Partout, bêtes et simulacres de tout acabit, ballerines aux allures de truies, homme-loup prêt à flancher, et une fée venue d’ailleurs… Tous camouflés de frais… Un drôle de bal masqué… Eurêka! Faire l’andouille, faire la bête, faire le fou : voilà le secrétissime secret, l’alibi divin. Incognito, invisible, insaisissable… Parce que c’est libre un fou, ça nage, ça vole, ça fait le Dieu… »

© Dan Aucante
© Laurent Philippe

Ici tous les « VIP du conte populaire » se relaient dans des saynètes dynamiques, qui tordent le coup aux contes. Surprenant au départ, on craint vite l’épuisement du concept, mais Laura Scozzi, aidée par une joyeuse équipe de danseurs hip-hop ne manque pas de suite dans les idées.

Les cochons sont ici des cochonnes lookées en rose fuchsia, qui, entre deux paquets de chips et une bière, tombent amoureuses du loup. Les blanches neiges sont sept dans la maison du seul Nain, la belle est tatillonne sur le choix de son prince, le chaperon valse avec un fauve, la fée clochette est mesquine, les cendrillons perdent leur baskets en sortant de boîte, barbe bleu est un crooner entouré de ses femmes ensanglantées reconverties en choristes.

© Dan Aucante
© Dan Aucante

Les huit danseurs hip hop, costumes pimpants ou tenues d’ours ou truite géante, s’affairent dans des décors roses bonbon. La chorégraphie mélange les genres, et Paganini côtoie le hip hop. La chorégraphe formée à Paris à l’école Marcel Marceau a su insuffler à son spectacle, entre mime, danse et parfois texte, les ressorts du comique.

BarbeNeige_DA0578_CMJN-DanAucante-2000x1333
© Dan Aucante

Spectacle à partir de 8 ans, on craignait aussi le gentillet, mais la chorégraphe précise que c’est n’est pas qu’un spectacle jeune public. Alors rassurez-vous, adultes, de multiples lectures sont possibles et les blagues pour grands sont nombreuses.

Que retient-on de ces fables à cent à l’heure? Surtout la subversion, mais aussi une pincée d’humanité, selon Laura Scozzi « A force de subvertir les mythes, manipuler les codes, malaxer les clichés, tous les personnages ont perdu la maîtrise de leurs destinées, en nous offrant le miroir « mon beau miroir » de nos actualités amoureuses ».

Une nouvelle psychanalyse des contes de fées ? A vous de voir.

p213665_2-barbe-neige-et-les-sept-petits-cochons-au-bois-dormant
© Laurent Philippe

Où et Quand?

Théâtre du Rond Point, Paris

 5 – 31 JANVIER 2016, 20H30 DIMANCHE 15H — RELÂCHE LES LUNDIS

Conception et mise en scène : Laura Scozzi Chorégraphie : Laura Scozzi avec la participation des danseurs.

Avec : Dorel Brouzeng Lacoustille, John Degois, François Lamargot, Céline Lefèvre, Sandrine Monar, Karla Pollux, Mélanie Sulmona, Jean-Charles Zambo En alternance avec : Mathieu Hernandez, Jimmy Zelou , Severine Bidaud.

Collaboration artistique : Olivier Sferlazza I Musique : Niccolò Paganini Lumières : Ludovic Bouaud I Costumes : Olivier Bériot I Scénographie : Natacha Le Guen de Kerneizon

* Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants.

Crédits image de Une : Laurent Philippe

Written By
More from Anna

DanceFiber© : une nouvelle ligne de vêtements de danse 100% naturelle

Si à la simple idée d’enfiler vos vieux justaucorps en matière Lycra...
Read More