Danser sa peine

Il faut voir Danser sa peine, documentaire exemplaire, sensible et bouleversant sur un projet mené par Angelin Preljocaj à la prison pour femmes des Baumettes à Marseille. On y rencontre de beaux humains, la patience, l’exigence à la fois ferme et douce du chorégraphe, l’engagement des 5 participantes qui se révèlent capables de rigueur, d’assiduité et qui découvrent leurs corps et leur beauté grâce à la danse. Valérie Müller (Polina) filme ces femmes avec pudeur et délicatesse, on suit l’avancée du processus de création au plus près entrelacé par les réflexions du chorégraphe et des participantes, le bouleversement réciproque dans l’échange. On sent notre regard changer sur ces femmes, on a l’impression d’assister à une forme de réparation pour ne pas dire de rédemption. Angelin Preljocaj et Valérie Müller par leur travail de création donnent à voir la beauté de ces femmes et leur rendent une dignité.

Soul Kitchen, Angelin Preljocaj (c) Jean-Claude Carbonne.

“Elles s’appellent Sylvia, Litale, Sophia, Annie et Malika… Elles n’ont jamais dansé et sont incarcérées à Marseille dans le quartier des longues peines. Pendant 4 mois, 2 fois par semaine elles vont suivre l’atelier du célèbre chorégraphe Angelin Preljocaj.

Soul Kitchen, Angelin Preljocaj (c) Jean-Claude Carbonne.

Ce film raconte l’histoire de ce projet fou, bouleversant, audacieux. Entraîner et faire danser les détenues qui se produiront « hors les murs » sur des grandes scènes prestigieuses comme celle du Pavillon Noir à Aix et à Montpellier au Festival International de la Danse…Un autre regard sur la prison, sur l’enfermement des corps et sur le processus de création.

Soul Kitchen, Angelin Preljocaj (c) Jean-Claude Carbonne.

Les documentaires de « La Ligne bleue » racontent celles et ceux qui, au cœur de nos territoires, s’engagent, se battent, partagent des combats et des rêves. Engagés ou simples acteurs d’autres possibles, leurs combats sont personnels ou collectifs. Leur échelle est locale, du jardin aux champs cultivés, de l’atelier à l’usine, du village à la ville, mais leur optimisme résonne en chacun de nous ! Ils nous inspirent et nous émeuvent.”

Danser sa peine 

Documentaire réalisé par Valérie Müller. Produit par Béatrice Schönberg, Elephant productions avec la participation de France télévisions. Directrice des documentaires de France Télévisions Catherine Alvaresse, Pôle Histoire et Culture Emmanuel Migeot, Isabelle Morand, Clémence Coppey. Ce film a reçu le Grand Prix National FIPADOC en janvier dernier.

Soul Kitchen, Angelin Preljocaj (c) Jean-Claude Carbonne.

Où et quand ? 

Diffusion sur France 3 le jeudi 26 mars à 22h45

Image de Une, visuel de Danser sa peine documentaire de Valérie Müller, Chrysalide Productions tous droits réservés.

Written By
More from Véronique

L’Album Cie recherche des danseurs de 10 à 16 ans pour sa nouvelle création

L’Album Cie on vous en a déjà parlé parce qu’il s’agit d’une...
Read More