Parcours d’artiste : Dai Jian, la danse comme méditation organique

Dai Jian, ressemble à un sage combattant, souplesse d’un félin et calme intérieur, précision chirurgicale du geste et fluidité du déplacement. Une qualité de corps qui vient sans doute de son parcours étonnant. Né en Chine, formé aux arts martiaux et au ballet, Dai Jian travaille ensuite à New York pour Shen Wei et Trisha Brown avant de venir s’installer à Lyon en 2016. En parallèle d’une carrière internationale d’interprète pour ces deux immenses compagnies Dai Jian décide d’explorer son propre univers créatif et artistique, il propose Blue Room et Silent Dialogue respectivement commissionnées par le New York Live Arts en 2014 et le Metropolitan Museum of Arts in NY en 2015. Il est aussi appelé à chorégraphier pour différentes compagnies. En France, il est invité à proposer son expérience de pédagogue, c’est dans ce cadre que nous l’avons croisé au Pacifique-CDCN de Grenoble, et sa façon de transmettre le mouvement nous a conduit à l’interroger sur son processus de création.

Portrait de Dai Jian

Arrivé en France, il fonde sa compagnie MaiOui Danse Arts au printemps 2016, en mars 2018 dans le cadre du  Festival Scène Découverte Impulsion à Lyon il présente WIP for One une version solo de WIP dont la première a eu lieu le 6 mars dernier au Croiseur.

Wip est un concept autant qu’un projet artistique, pièce déclinable du solo au quatuor et adaptable à des espaces non dédiés comme des musées ou  même des espaces extérieurs et naturels comme des parcs. Un concept né de la lecture de la Société du spectacle de Guy Debord et d’une phrase qui jaillit comme une révélation mystérieuse pour le chorégraphe « Ne travaillez jamais ».

WIP, MaiOui Danse Arts Cie (c) Garance Li.

Cette simple phrase déclenche une intense réflexion sur la nature du mouvement, la question du travail pour un danseur, le rapport à la scène et la notion de spectacle. Ces questions Dai Jian se les pose et les interroge avec son propre bagage philosophique et corporel.

WIP pour Work In Progress prend tout son sens, pièce ouverte au sens cagien du terme puisque si le cadre est précis, le processus de création accepte les détours, les sorties de cadre pour y revenir, les possibles improvisations et surtout l’observation de soi et des autres. Dai Jian travaille à partir d’un matériau très simple celui des gestes quotidiens, il demande à ses interprètes d’entrer dans une forme de méditation consciente de l’instant présent, le mouvement devient une expression organique sans travail apparent, une organicité propre à chaque corps qui exprime ainsi sa singularité à travers la banalité des gestes donnant à voir un commun universel.

WIP, MaiOui Danse Arts Cie (c) Garance Li.

Pour construire cette pièce Dai Jian a donné trois directions aux danseurs, ce qui vient d’eux, ce qui vient du chorégraphe et ce qui vient du public, introduisant la notion de porosité entre ces trois pôles et comment leurs interfaces peuvent exister et interagir. Reposant la question fondamentale du spectacle, comment être sur scène en étant vrai, comment rester vrai alors que le fait même d’être sur scène nous amène à une démonstration, comment interroger cette porosité entre la scène et la vie ? Comment rompre l’assignation de se donner en spectacle lorsqu’on est un artiste ? Comment concilier ce paradoxe de créer dans une société aliénante et consumériste ?

WIP, MaiOui Danse Arts Cie (c) Garance Li.

Dai Jian ne donne pas vraiment de réponse, il donne plutôt à voir le cheminement de son questionnement, la pensée et le corps au travail dans la danse. Il utilise la répétition du mouvement et transforme une répétition- aliénation en répétition-création utilisant chaque interstice créatif pour transformer le mouvement. Il engage les danseurs au silence, à l’observation pour sentir le temps et le mouvement qu’il fige parfois en tableaux de vie qu’il nomme poétiquement Sunday morning ou Cocon. Il y a effectivement de la poésie dans l’approche de Dai Jian mais aussi de l’humour et de la fantaisie, WIP est autant un work in progress (travail en cours) qu’un possible essuyage (to wip), jouant sur la limite subtile entre ce que l’on crée et ce que l’on enlève en épurant lors du processus de création, pour Dai Jian ce dernier s’apparente à un jeu avec des règles ou des missions à achever, un cadre à briser parfois pour mieux y revenir.

WIP, MaiOui Danse Arts Cie (c) Garance Li.

WIP pièce pour quatre danseurs et un musicien entraîne le spectateur dans un univers ou les corps se répondent, se complètent, interagissent ou entrent en résonance avec l’immobilité d’un des interprètes, forment duos, trios, histoire tissée ensemble ou résistance individuelle. Des phrases fluides alternent avec des saccades répétitives et des poses silencieuses, la beauté nait de la précision de l’écriture et des présences scéniques, pas de décoratif ici mais des corps habités. D’étranges humains en recherche et qui nous ressemblent…

WIP for One, MaiOui Danse Arts Cie (c) Garance Li.

Dans Wip for One, Dai Jian apparaît sur scène revêtu d’une combinaison blanche qui le recouvre entièrement visage compris, l’image évoque le monde industriel dans ce qu’il a de plus obscur ou de plus inquiétant, on revêt ces combinaisons en cas de risques de contamination. Une allégorie de la solitude et de l’anonymat de nos sociétés postindustrielles mais aussi la possibilité pour chacun d’entre nous de se reconnaître sous cette combinaison blanche.

WIP for One, MaiOui Danse Arts Cie (c) Garance Li.

Dai Jian a pour partenaire un panneau de bois blanc, pièce encombrante et pourtant nécessaire, miroir d’ombres et paravent, support, radeau de sauvetage ou périmètre contraint, poids à porter ou trésor à protéger , il y a une forme d’absurde dans la condition humaine qui se pose toujours la question de son rapport au monde sans bien sûr en avoir la réponse, celle-ci se trouvant peut-être  dans l’acceptation de l’instant présent et rien d’autre… Ainsi le personnage au plateau nous renvoie aux mythes celui de  Sisyphe condamné à rouler sa pierre indéfiniment ou au géant Atlas devant porter le monde sur ses épaules, et dans le même temps à ces personnages de cartoon qui se livrent à un combat absurde car perdu d’avance. Une façon poétique et dansée d’ouvrir la question de la condition humaine et de sa présence au monde.

WIP for One

Chorégraphe et interprète : Dai Jian

WIP (Work in Progress)

WIP trailer from Dai Jian on Vimeo.

Chorégraphe : Dai Jian. Interprètes / recherche mouvements : Dai Jian, Jin Sumita, Annelise Pizot, Marine Caro, Théo Pendle. Musique : Feng Tao. Durée : 60min. Année de création : 2017-18

Tournée

6 mars 2019 : première officielle de WIP

Septembre 2019 : Tournée dans les Alliances françaises de Chine : Pékin, Shanghai, Nanjing

Tournée de réinterprétation muséographique à Nanjing University fine arts museum et Ming contemporary museum à Shanghai.

Pour en savoir plus sur Dai Jian et MaiOui Danse arts Cie c’est ici !

Image de Une, visuel de WIP, MaiOui Danse Arts crédit photo Garance Li.

 

Written By
More from Véronique

Parcours d’artiste : Dai Jian, la danse comme méditation organique

Dai Jian, ressemble à un sage combattant, souplesse d’un félin et calme...
Read More