D’ici et d’ailleurs, le processus de création de Sine Qua Non Art à l’oeuvre

Il y a quelque temps on vous a annoncé Versus la création 2018 de la compagnie Sine Qua Non Art, une jeune compagnie rochelaise dont on aime le dynamisme et l’implication pour créer, développer, transmettre la danse contemporaine. Dans cette logique Christophe Béranger et Jonathan Pranlas-Descours poursuivent leur trajectoire avec deux projets.

Le premier ouvre le travail de la compagnie à un nouveau public, puisque MétamorPhone est annoncée comme une pièce ciblant le jeune public. On y retrouve le mélange des champs artistiques déjà présent dans des pièces précédentes et affirmé dans Versus, puisqu’ici aussi danse électro – BeatBox Loop – Arts Numériques se côtoient pour créer : « un spectacle chorégraphique et musical, où la danse se métamorphose à la rencontre de la musique et des arts numériques. Duo pour une voix, celle de Tioneb, beatboxer, incroyable performeur vocal et un corps, celui de Brice Rouchet, danseur électro, virtuose des bras et fulgurant d’énergie. Le duo est orchestré dans un espace en perpétuel transformation, où la création numérique ouvre des espaces oniriques, urbains, imaginaires. C’est à la croisée des chemins des danses et musiques urbaines, que ressurgissent nos danses ancestrales, nos origines primitives, la métamorphose du tribal à l’urbain. »

MétamorPhone, travail de répétition (c) Cie Sine Qua Non Art.

Une façon de soutenir des jeunes talents comme Brice Rouchet formé au jeune ballet d’Aquitaine et qui rencontre les deux chorégraphes en 2013 lors d’une création pour celui-ci. Porté par l’Après-midi d’un faune de Debussy remixé et Beatboxé par Tioneb, le corps de Brice Rouchet est métamorphosé par les projections numériques d’Olivier Bauer. Spectacle total, tribal, poétique et fortement ancré dans la culture urbaine ce spectacle s’adresse à tout spectateur curieux d’expériences sensorielles insolites.

MétamorPhone, travail de répétition (c) Cie Sine Qua Non Art.

MétamorPhone

Concept – Chorégraphie Christophe Béranger et Jonathan Pranlas-Descours. Danse Brice Rouchet. Musique – BeatBox Loop Tioneb. Création Lumière Olivier Bauer. Production Sine Qua Non Art Partenaires / Coproduction et résidence  Le Carré Amelot – La Rochelle, JMFrance, autres partenaires en cours.

En résidence au Carré Amelot – La Rochelle du lundi 26 au vendredi 30 mars.

La Consecracion travail de répétition avec la Compania Danza Contemporanea de Cuba (c) Cie Sine Qua Non Art.

Le second projet s’articule autour d’un « impératif de l’ailleurs » qui implique pour les chorégraphes la mise en place de partenariats et de projets internationaux. Sine Qua Non Art développe cet axe depuis sa création comme en témoigne le partenariat entamé avec la compagnie brésilienne Nucleo Dois de Tia Rodrigues en 2014. En 2016 c’est vers Cuba que les pas des deux chorégraphes se dirigent et ils profitent d’une résidence d’un mois pour engager un dialogue avec des artistes et des structures l’île. Un premier temps de travail avec la Compania Danza Contemporanea de Cuba, autour d’ateliers de répertoire de la compagnie Sine Qua Non Art pour imaginer ensemble un projet de création partagée. La rencontre s’avère fructueuse puisque la Compania Danza Contemporanea de Cuba commande la création d’une pièce: ‘‘un sacre du printemps – La consacracion de la primavera’’

La Consecracion travail de répétition avec la Compania Danza Contemporanea de Cuba (c) Cie Sine Qua Non Art.

Une magnifique opportunité de rendre hommage au Sacre du printemps de Stravinsky, musicien découvert par l’avant-garde artistique cubaine grâce à Alejo Carpentier dès 1926. Stravinsky ne mettra cependant le pied sur le sol cubain qu’en 1946 (un an après l’obtention de sa nationalité américaine) invité à diriger l’Orchestre philarmonique de La Havane pour une série de concerts particulièrement appréciés du public cubain. Sa découverte des rythmes de la musique afro-cubaine le fera y retourner en 1951, ainsi les liens entre le grand écrivain cubain Alejo Carpentier (La Danse sacrale), le génie musical de Stravinsky et la naissance du ballet cubain grâce à Alicia Alonso tissent un terreau fertile pour créer une version du Sacre à Cuba où la pièce n’a jamais été donnée.

Une aventure cubaine particulièrement riche puisque la pièce est créée pour 24 interprètes que l’on espère voir bientôt en tournée française.

La Consecracion travail de répétition avec la Compania Danza Contemporanea de Cuba (c) Cie Sine Qua Non Art.

La consacracion de la primavera (Titre de travail)

Concept – Chorégraphie – Scénographie Christophe Béranger et Jonathan Pranlas-Descours. Danse Compania de Danza Contemporanea de Cuba. Musique Le sacre du printemps – Igor Stravinsky. Création Lumière Christophe Béranger. Administration Cie Sine Qua Non Art Denis Forgeron, Manager Cia de Danza Contemporanea de Cuba Jorge Brooks. Production  Sine Qua Non Art, Compania de Danza Contemporanea de Cuba. Partenaires en cours Ministerio de Cultura de Cuba, el Consejo Nacional de Artes Escénicas, Ambassade de France à Cuba, Alliance Française de Cuba – La Havane, Institut Français dans le cadre de la Convention avec la Région Nouvelle-Aquitaine, la ville de La Rochelle, Havana Club International, Air France, Fondation Alejo Carpentier.

La Consecracion travail de répétition avec la Compania Danza Contemporanea de Cuba (c) Cie Sine Qua Non Art.

 

Création mai 2018 au Gran Teatro Alicia Alonso de La Havane à Cuba

2019 Théâtre de la ville, Paris.

En savoir plus sur la Cie Sine Qua Non Art c’est ici !

Image de Une, visuel de MétamorPhone crédit photo Cie Sine SQua Non Art.

 

Written By
More from Véronique

En été pas de vacances pour la danse #18

La saison estivale est un temps privilégié de festivals mais aussi de...
Read More