Cie Tancarville : Travaux manuels

Jeux de mains ne rime pas toujours avec jeux de vilains !

Tout d’abord parce qu’ici les vilains sont deux filles, une musicienne et une danseuse qui proposent un ouvrage à quatre mains.

Travaux manuels, Cie Tancarville, crédit photo Lionel Baboulin
Travaux manuels, Cie Tancarville, crédit photo Lionel Baboulin

Ces Travaux manuels, nous font entrer dans un univers où il est question du toucher, des signes, de mains nues ou bien gantées, d’expérimentations ludiques ou quelque peu étranges. Travail de citation et de références qui nous promène d’un univers à l’autre, de séquence en séquence comme autant de plans cinématographiques. Après Travaux manuels, plus personne n’enfilera quelque gant que ce soit avec indifférence !

Travaux manuels, Cie Tancarville, crédit photo Lionel Baboulin.
Travaux manuels, Cie Tancarville, crédit photo Lionel Baboulin.

Magali Benvenuti prête ses mains (et tout son corps) pendant que Valérie Gourru officie sur des claviers et instruments fort variés pour sonoriser les différentes scénettes qui se succèdent pour aboutir à un quatuor de mains particulièrement réussi.

Lors d’une rencontre les deux artistes nous ont fait part de leur recherche pour ce travail. Volonté d’un duo composite entre musique et danse, pensé dans une collaboration qui fait rentrer la danseuse dans le rythme et la musicienne dans le mouvement. Idée aussi que deux mains donnaient une chorégraphie très minimaliste et que pour nourrir le propos, quatre mains apparaissaient au fil du travail comme une évidence pour parler du rapport à l’autre : toucher et être touché dans le même mouvement.

Travaux manuels, Cie Tancarville, crédit photo Lionel Baboulin.
Travaux manuels, Cie Tancarville, crédit photo Lionel Baboulin.

La partition se joue dans un décor intimiste qui fait passer le spectateur du laboratoire expérimental un peu froid, à l’intimité d’une chambre romantique. On joue des codes, on les démonte, en restant toujours sur un fil ténu hésitant entre légèreté et gravité. On redécouvre que les mains sont des outils percussifs, parfois tortionnaires, elles deviennent aussi légères que des oiseaux et comme dit la chanson de Mayol : les mains de femmes sont de bijoux dont je suis fou !

Prochaines dates : 4 décembre 2014 à la Ponatière – La Rampe Echirolles dans le cadre des Jeudisère Danse/ mars 2015 où il sera diffusé au Pacifique/CDC de Grenoble.

travaux manuels- teaser travail en cours from Cie Tancarville on Vimeo.

Si vous souhaitez le programmer, contactez les artistes pour en savoir plus sur le spectacle et les autres créations de la Cie Tancarville.

Image de Une, Travaux manuels, Cie Tancarville,  crédit photo Lionel Baboulin.

Written By
More from Véronique

Suspiria le film culte de Dario Argento repris par Luca Guadagnino

Une compagnie de danse comme prétexte à un film d’horreur, c’est là...
Read More