Sprint, la nouvelle création de la Cie Marbelle

Sprint la nouvelle création de la Cie Marbelle, encore en processus d’élaboration, mais dont nous avons pu voir une étape de travail, est née pendant la période de confinement et fait suite à une série de questionnements.

Pour cette nouvelle pièce, c’est la forme trio qui a été retenue, par les co-fondatrices, Annabelle Maussion, Margot Rubio et Pauline Sarrazin-Peltier. Une forme plus facile à transporter et à gérer lorsqu’il s’agit d’accorder les agendas de chacune. Une volonté aussi de délaisser les formes plus grandes afin de découvrir un espace plus intime, une énergie différente de celle des pièces mixtes à quatre ou cinq protagonistes.

L’idée de départ questionnait cette injonction de nos sociétés développées qui prônent le faire plutôt que l’être et voulait alerter sur la multiplication de l’action comme justification de l’existence, il s’agissait aussi de s’interroger sur le droit à la lenteur, voire à ne rien faire…La première semaine de résidence de création, il y a un an et demi s’est faite ainsi dans une énergie et un enthousiasme qui ont permis à la compagnie de récupérer beaucoup de matière chorégraphique. Un deuxième confinement et une atteinte de covid plus tard, le trio se retrouve en octobre dernier pour une deuxième semaine de création où les choses s’avèrent beaucoup plus difficiles à gérer. Une reprise pendant laquelle d’autres questions émergent, plus profondes et liées à la précarité d’une situation dont on ne voit pas vraiment la fin.

En ces temps de confinement, de stop and go de l’économie, de chômage partiel, de report ou d’annulation des spectacles, la justification de l’efficacité par la production leur a paru un véritable enjeu. Depuis presque deux ans les artistes n’ont rien pu montrer ou très difficilement, or comment existe-t-on en tant qu’artiste quand on ne montre rien ou peu, comment existe-t-on lorsque son activité devient non essentielle ?

Cette période vécue douloureusement a résonné chez les trois artistes qui ont constaté un glissement entre leur présupposé de départ : dénonciation de l’opposition entre faire et ne rien faire en terme de valeur sociale et ce qui s’avère au cœur de leur recherche finalement : Qui est-on dans le faire ? Cesse-t-on d’être lorsqu’on s’arrête de faire ? Au-delà d’un questionnement sur la posture d’artiste, la pièce éclaire aussi la posture du spectateur, et oblige ce dernier à se positionner : simple consommateur, participant actif mais guidé par l’artiste, quelle est sa place et qu’elle place reconnaît-il aux artistes ? Accepte-t-il les silences, les pauses, la lenteur ou en veut-il pour son argent dans un spectacle foisonnant, multipliant media et prise de risques physiques ?

Comme dans les spectacles précédents, ces réflexions sont posées au plateau à travers beaucoup d’humour, une forme d’autodérision qui fait partie de l’ADN de la Cie Marbelle. Soutenu par une danse fluide et énergique le trio de danseuses nous livre ses doutes existentiels de façon ludique et sans l’air d’y toucher !

Sprint création 2022

Conception interprétation, Cie Marbelle : Annabelle Maussion, Margot Rubio, Pauline Sarrazin-Peltier, musique Red Sex.

Sortie de résidence le vendredi 18 février à 17h30 à la MJC de Voiron

Les premières de SPRINT auront lieu les 29 et 30 avril au Théâtre Prémol lors des soirées de Colette Priou, informations à venir sur le site de la compagnie ici !

Image de Une, visuel d’une étape de création de Sprint, Cie Marbelle crédit photo Elisabeth Dreneau.

Written By
More from Véronique

Summer Time, l’été en mouvement du CCN2

Comme beaucoup d’autres centres chorégraphiques nationaux le CCN2 de Grenoble, propose un...
Read More