Les 20 ans de Vivat la danse !

Et pour les fêter du 21 au 28 janvier le Vivat propose une une édition anniversaire avec 12 spectacles, 3 créations, 3 sorties de résidences, 1 film, 1  blog multimedia et 1 bal mad madison, à cet inventaire à la Prévert on peut ajouter des fidèles au rendez-vous d’Armentières, Boris Charmatz, Thomas Lebrun, Julie Nioche, Christian Rizzo et de nouveaux venus Mithkal Alzghair, Nadia Beugré ou Yves-Noël Genod et pour parfaire l’événement on s’autorise de petites digressions vers d’autres formes avec la création de l’Amicale de production ou le poème de Jean Le Peltier.

À sa création en 1994, le rendez-vous est d’abord biennal (en alternance avec « Dance roads » / « Bancs d’Essai Internationaux »), depuis  cette date, plus de 200 artistes chorégraphiques, explorant souvent des champs transdisciplinaires, y ont été programmés.

Création contemporaine,  formes émergentes, ont été soutenues et accompagnées sur la durée par Vivat la danse ! en offrant des espaces de création ou de coproduction et un soutien fidèle aux artistes. Christian Rizzo, Boris Charmatz, Mark Tompkins, Claire Croizé, Alain Buffard, Julie Nioche, Tiago Guedes, Herman Diephuis, Anne Collod, Raimund Hoghe, Vincent Dupont, Gaëlle Bourges, entre autres, ont ainsi régulièrement été invités à présenter leurs créations. Certains reviennent pour cette édition anniversaire.

Le Vivat investit non seulement Armentières mais aussi d’autres lieux de l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai, permettant la circulation des spectacles et des publics dans un vaste territoire.

Vivat la danse ne se résume pas à cela et occasionne nombre d’actions satellites autour du festival: ateliers de pratique, rencontres, colloques, édition d’un journal, installations, expositions. Pour cette édition, la journaliste Marie Pons animera un blog multimédia.

Programme de Vivat la danse ! du 21 au 28 janvier

Samedi  21

16hLa Maladresse À la Maison des Artistes Sortie de résidence – Mylène Benoit

17h Pourquoi mes cheveux avec en poche : danse ton nom À la Maison des Artistes Sortie de résidence – Sabine Macher

Imaginé pour le festival 19h30Remise Venise À la Coop du lycée Eiffel Yves-Noël Genod

… “de nouveau la vision éblouissante et indistincte me frôlait comme si elle m’avait dit : « Saisis-moi au passage si tu en as la force, et tâche à résoudre l’énigme de bonheur que je te propose. » Et presque tout de suite je le reconnus, c’était Venise.”

Yves-Noël Genod se présente lui-même comme un distributeur de poésie et de lumière. Un « dispariteur » (le nom de son association).

Une pièce de Yves-Noël Genod imaginée pour Vivat La Danse ! à partir de À la recherche du temps perdu de Marcel Proust − Lumière Philippe Gladieux, Nolwenn Delcamp-Risse − Avec Adrien Dantou, Yves-Noël Genod, Lazare Huet, Manuel Vallade − Crédit photo Yves-Noël Genod − Durée 1h15

Création 21h30On traversera le pont une fois rendus à la rivière  Au Vivat Antoine Defoort, Julien Fournet, Mathilde Maillard, Sébastien Vial

on traversera le pont... Amicale de production tous droits réservés.
On traversera le pont... Amicale de production tous droits réservés.

L’Amicale de production est une structure mixte, pas tout à fait un bureau de production, pas une compagnie non plus : une coopérative de projets, qui édite des formes transversales à cheval entre les arts visuels et le spectacle vivant. L’Amicale mène une expérience coopérative autour de la production de formes hybrides en essayant de rester au plus près des projets.

Un projet d’Antoine Defoort, Julien Fournet, Mathilde Maillard et Sébastien Vial – Conception Antoine Defoort, Mathilde Maillard, Sébastien Vial – Collaboration artistique Julien Fournet – Interprétation Caroline Daish, Antoine Defoort, Julien Fournet, Mathilde Maillard, Sébastien Vial – Assistant artistique et technique Samuel Hackwill – Régie générale et lumières Emilie Godreuil – Régie son et création sonore Lieven Dousselaere – Chargées de production Marion Le Guerroué, Mathilde Maillard − Crédit photo Amicale de production – Durée : en cours. Production : l’amicale de production.

Dimanche 22

17h – Vieil À la Coop du lycée Eiffel Jean Le Peltier

Vieil, (c) Piquer.
Vieil, Jean Le Peltier (c) Jean Le Peltier.

L’univers de Vieil est à la frontière entre le western et le conte fantastique. Tout commence le jour où un géant tatoué s’allonge devant la maison de Poney et Ives, au cœur  de la forêt. Il est blessé, refuse qu’on le soigne et n’attend de conseil que du Grand Ironiste, un oiseau qui vit sur les branches d’un arbre immergé. Vieil est une performance épique, un conte visuel où le comédien illustre très simplement au fusain, sur les murs, ce qu’il raconte.

Écriture, réalisation et interprétation Jean Le Peltier – Oeil extérieur Vincent Lécuyer − Durée 1h

Création 18h30On traversera le pont une fois rendus à la rivière  Au Vivat Antoine Defoort, Julien Fournet, Mathilde Maillard, Sébastien Vial

Mardi 24

20hImprovisation  À la Coop du lycée Eiffel Médéric Collignon, Boris Charmatz

Improvisation, Boris Charmatz (c) Ursula Kaufmann.
Improvisation, Boris Charmatz (c) Ursula Kaufmann.

« Boris Charmatz est à Médéric Collignon ce que la danse est à la musique. Non, ce n’est pas ça. Médéric Collignon est à la danse ce que Boris Charmatz est à… non, ce n’est pas ça non plus. Tous deux ont, en réalité, beaucoup en commun : la maîtrise technique, un sens ravageur de la dérision et de l’autodérision, une indiscipline salutaire, une claustrophobie congénitale qui les envoie bouler très loin des lieux communs de leur art… Une fêlure à fleur de peau, dont ils se protègent en s’exposant : prise de risque maximum, funambulisme sans filet. Un gros morceau d’engagement physique et artistique, une heure de symbiose entre deux artistes. »

Danse Boris Charmatz – Cornet de poche, voix Médéric Collignon – Durée 1h

Création 21h30Tapis rouge  Au Vivat Nadia Beugré

Tapis rouge, Nadia Beugré (c) Erik Houllier.
Tapis rouge, Nadia Beugré (c) Erik Houllier.

« En archéologue du présent, cette création fouille progressivement au plus profond des archives de la violence souterraine et du colonialisme, inversant les valeurs pour dérouler un tapis rouge à celles et ceux d’en-dessous : les corps pliés et cassés de l’Afrique contemporaine, ces femmes et ces enfants exploités dans les mines d’or, ces corps encore et toujours précarisés avec la bénédiction des gouvernements locaux. Seb Martel ne restera pas rivé à sa guitare : il accompagnera Nadia Beugré dans le rudoiement de cette intense exploration. »

Chorégraphie et interprétation Nadia Beugré – Création musicale et interprétation Seb Martel – Conseil artistique et dramaturgie Boris Hennion – Direction technique et scénographie Erik Houllier – Régie et création sonore Thomas Fernier – Régie plateau et figuration Aurélien Menu − Crédit photo Collectif des routes – Durée 1h

Mercredi 25

20hDéplacement  À la Coop du lycée Eiffel Mithkal Alzghair

déplacement, mithkal alzghair, teaser from Mithkal Alzghair on Vimeo.

« Établi en France, le chorégraphe et danseur Mithkal Alzghair interroge avec une danse puissante, alliance de tradition et de modernité, l’identité tiraillée des corps syriens au regard des conditions politiques, sociales et religieuses qui les traversent actuellement. Entre ancrage et déracinement, il s’attache à la notion de « déplacement » : forcés ou volontaires, sous l’urgence ou la contrainte, en réponse au besoin de partir ou traversés par l’inquiétude de ne plus pouvoir revenir. »

Chorégraphe Mithkal Alzghair – Interprètes Rami Farah, Samil Taskin, Mithkal Alzghair – Conseils dramaturgiques Thibaut Kaiser − Crédit photo Dani Abo Louh – Durée 55 min

21h30 (Sans titre) (2000) Au Vivat Tino Sehgal, Boris Charmatz

« Exposer à nu la « danse scénique » du XXe siècle comme un objet d’art vivant et vibrant. Transplanter les visions du corps qui y sont associées dans un ordre esthétique proche de celui d’un musée. Renouvelée et transformée par ses propres interprètes (ici, Boris Charmatz) à même leurs corps dénudés, cette pièce stupéfiante raconte en accéléré l’histoire de la danse contemporaine et confirme le talent de Tino Sehgal, artiste prolifique redistribuant avec panache les cartes d’un nouvel art conceptuel réinscrit dans la chair. »

Conception Tino Sehgal – Interprétation Boris Charmatz – Durée 1h

Jeudi 26

20hOs Serrenhos do Caldeirão À la Coop du lycée Eiffel Vera Mantero

“The Caldeirão Highlanders, exercises in fictional anthropology” (Promo) by Vera Mantero / 2012 from o rumo do fumo PT5040502735 on Vimeo.

« Elle est installée à son pupitre et nous conte l’histoire de ces paysans du sud du Portugal, l’Algarve. Commentant des films de l’anthropologue Michel Giacometti les montrant au travail, elle s’intéresse plus particulièrement aux chants qui accompagnent leur labeur, digressant parfois du côté de Prévert ou d’Antonin Artaud. Chansons traditionnelles ou danses rythment les gestes répétitifs des travailleurs nous prouvant une fois de plus comment l’esprit et le corps peuvent entrer en parfaite symbiose. Vera Mantero est ingénieuse (et drôle) et, si elle nous fait partager cette histoire des origines, si elle raconte son voyage dans ce rude paysage, si elle chante avec eux et pour nous, sans doute nous met-elle aussi en condition pour un final des plus réjouissants. »

Conception et interprétation Vera Mantero – Lumières Hugo Coelho – Capture d’images et scénario vidéo Vera Mantero – Montage vidéo Hugo Coelho – Extraits vidéo de la filmographie intégrale de Michel Giacometti : Salir (Serra do Caldeirão), Cava da Manta (Coimbra), Dornelas (Coimbra), Teixoso (Covilhã), Manhouce (Viseu), Córdova de S. Pedro Paus (Viseu) et Portimão (Algarve) – Extraits de textes d’Antonin Artaud, Eduardo Viveiros de Castro, Jacques Prévert et Vera Mantero − Crédit photo Luis da Cruz – Durée 1h10

21h30Nos amours  Au Vivat Julie Nioche

A nos amours, Julie Nioche (c)Adrien Selbert
A nos amours, Julie Nioche (c) Adrien Selbert

« Quelles traces ont laissé nos amours dans nos corps, traversant nos vies ? Amour de l’inconnu, amour maternel, amour frôlement, amour de l’invisible… Cette nouvelle création leur rend hommage et les ravive par différents chemins intérieurs et diverses techniques somatiques pour créer une partition musicale et dansée, tout en prenant appui sur la structure musicale des Variations Goldberg de J.S Bach magistralement interprétées au piano par Glenn Gould. Flottement. Vibration. Caresse. Vertige. Nos amours sont inscrits quelque part en nous. »

Conception, chorégraphie, scénographie Julie Nioche − Interprétation Julie Nioche et Miguel Garcia Llorens − Création musicale Alexandre Meyer à partir des Variations Goldberg de J.S. Bach interprétées par Glenn Gould (1981) − Création dessins corporels et manipulation Laurent Cèbe et Lisa Miramond − Assistante à l’interprétation Marcela Santander − Construction scénographie Vincent Gadras, Max Potiron − Praticiennes collaboratrices Élisa Boillot, Catherine Contour, Miléna Gilabert, Isabelle Ginot, Muriel Hecker, Sophie Lessard, Gabrielle Mallet, Barbara Manzetti, Flavia Mounaji, Yäel Shavit − Crédit photo Adrien Selbert − Durée 1h10

Vendredi 27

20h  –  Le syndrome Ian À l’Opéra de Lille Christian Rizzo

« Clôture d’un triptyque chorégraphique débuté avec D’après une histoire vraie puis poursuivi avec le duo Ad noctum, ce dernier volet s’attache aux souvenirs de jeunesse du chorégraphe et à la figure de Ian Curtis, chanteur du groupe post-punk Joy Division. Dans la semi-pénombre du plateau, les 9 danseurs brassent l’espace dans d’infinies variations d’un mouvement chaloupé fait de rondes, duos ou solo compulsifs et jouissifs qui se font, se défont à l’infini, tandis que d’immenses étoiles lumineuses rôdent aux alentours. La musique de Puce Moment, par sa pulsation continue, hypnotique et vibrante, rend hommage aux dancefloors de la culture clubbing. »

Chorégraphie Christian Rizzo – Interprétation Miguel Garcia Llorens, Pep Garrigues, Kerem Gelebek, Julie Guibert, Hanna Hedman, Filipe Lourenco, Maya Masse, Antoine Roux-Briffaud, Vânia Vaneau – Création lumière Caty Olive – Assistante artistique Sophie Laly – Direction technique Thierry Cabrera – Régie générale Marc Coudrais – Régie de scène Jean-Christophe Minart − Crédit photo Marc Coudrais – Durée 1h

Samedi 28

18hLe jour de la bête À la Maison des Artistes Sortie de résidence – Aina Alegre

20hAvant toutes disparitions Au Vivat Thomas Lebrun

Avant toutes disparitions, Thomas Lebrun© Frédéric Iovino.
Avant toutes disparitions, Thomas Lebrun© Frédéric Iovino.

« C’est une pièce de longue haleine, une pièce « pleine face », une pièce pour 12 danseurs. Cela commence là, avec certains d’entre eux. Lentement, comme dans une cérémonie d’introduction, un homme et une femme créent l’espace d’un jardin où il fera bon pénétrer. Regards droits et fermes, corps et âmes volontaires. Ensuite, il sera question de conviction, celle d’un peuple, d’une communauté, d’une esthétique et d’une pensée. Puis d’un affrontement, une prise de l’espace radicale, un mouvement de vie, de survie, comme une dernière danse orgasmique, avant toutes disparitions. »

Chorégraphie Thomas Lebrun – Interprétation Odile Azagury, Maxime Camo, Anthony Cazaux, Raphaël Cottin, Anne-Emmanuelle Deroo, Anne-Sophie Lancelin, Daniel Larrieu, Thomas Lebrun, Matthieu Patarozzi, Léa Scher, Yohann Têté, Julien-Henri Vu Van Dung – Création musicale Scanner – Musiques David Lang, Julia Wolfe, Michael Gordon, McKinney’s Cotton Pickers – Création lumière Jean-Marc Serre – Création costumes Jeanne Guellaff – Scénographie Thomas Lebrun – Création son Mélodie Souquet – Régie générale et lumière Xavier Carré – Régie plateau Vivien Lambs – Administratrice de tournée Caroline Deprez  – Durée 1h30

21h30 – Soirée Mad Madison Au salon d’honneur de l’Hôtel de Ville

Un Madison géant sous la houlette de Bérénice Legrand et avec la participation de plusieurs autres chorégraphes invités dans la saison 16/17.

Pour fêter 20 ans de festival, de supers artistes  ont envoyé chacun-chacune un cadeau : un tutoriel vidéo d’une version revisitée de cette danse bien connue.  Avec la participation de groupes constitués ayant appris les Madison avec Bérénice Legrand !

Et pendant tout le festival

Tact,image du film de Thibaud Le Maguer
Tact,image du film de Thibaud Le Maguer

Projection du court métrage chorégraphique Tact de Thibaud Le Maguer

En marge du festival

Jeudi 2 février 20h, au Phénix de Valenciennes 7 Pleasures, Mette Ingvartsen

Samedi 4 février à partir de 15h, Yes week-end Matrioska, Tiago Guedes

Pour tout savoir sur  Vivat la danse ! c’est ici !

Image de Une, visuel du Vivat 2017 tous droits réservés.

 

 

Written By
More from Véronique

PODIUM !1ère édition

La 10ème édition de [re]connaissance devient la 1ère édition de PODIUM !...
Read More