Le festival des Jeunes chorégraphes de Voreppe fête ses 10 ans !

Depuis 2009, date du premier festival, pas moins de 47 compagnies et de très nombreux chorégraphes, danseurs et musiciens sont passés par le festival, il met à l’honneur les jeunes chorégraphes mais se veut aussi lieu de rencontres et partage chorégraphique. L’idée de celui-ci est né d’un double besoin que sa fondatrice Julie Callet nous expose. L’envie de créer un réseau entre jeunes compagnies, jeunes chorégraphes afin qu’ils puissent échanger sur leurs expériences, se sentent moins isolés et croisent leurs regards sur des univers créatifs et esthétiques parfois très différents. Idée aussi de partager la création dans un lieu ouvert en direction d’un public qui n’est pas ou pas seulement celui des salles de spectacle. Au bout de 10 ans d’existence, le bilan est impressionnant, le festival des Jeunes chorégraphes de Voreppe a servi de tremplin pour des artistes qui aujourd’hui se produisent au niveau national voire européen ou international comme Edouard Hue chorégraphe de la compagnie Beaver Dam.

Compagnie Lève un peu les bras, festival 2015 (c) Jean-Pierre Peyrin.

La programmation très riche et très diversifiée du festival sur ces 10 années d’existence a permis à tout type de danse de se côtoyer, du hip hop (Crew exhibeat) à la danse voltige verticale en passant par le rapport danse/musique du collectif A/R de Paul Changarnier, s’y sont croisés la physicalité d’un Liam Warren ou celle pleine d’humour du Collectif ES (plusieurs des compagnies présentées ont été candidates au concours (Re)connaissance),  les acrobaties portées de la Cie Lève un peu les bras ou la danse afro-jazz de la compagnie parisienne Afro Ka’danse (voir la liste exhaustive sur le site du festival ici). Un bilan en forme de question aussi pour Julie Callet qui souhaite poursuivre l’aventure sous d’autres formes, pas d’arrêt mais une réinvention qui ouvrira peut-être les portes du festival à d’autres arts, un indice ? … la présence cette année pour clore ce festival-anniversaire d’un concert !

Au programme

Vendredi 6 juillet chorégraphie participative à 19h

Picky Banshees (c) Clément Chaffange.

Une chorégraphie simple sera transmise sur une musique des Picky Banshees. Elle sera dansée en clôture du festival samedi soir pendant le concert des Picky Banshees. Dress code : un haut blanc les vendredi et samedi !

Groupe Confidences / Voreppe, Grenoble. Répète un peu pour voir

Répète un peu pour voir, Cie Confidences (c) Jean-Pierre Peyrin.

Répéter les mouvements. Répéter les mots. Reprendre le même itinéraire… fait partie de notre quotidien. La répétition est traversée différemment à chaque période de la vie, elle peut être rassurante, lassante ou excitante voire transcendante.

Chorégraphe : Julie Callet et les danseuses interprètes : Alice Brand, Marjorie Bresson, Elsa Caillat-Mousse, Leila Chatti, Margaux Deschamps, Emma Dubald, Gabrielle Dujardin, Natacha Finet, Zoé Gullon, Virginie Lazzarotto, Marine Mandin, Justine Mignot, Oriane Ollivier, Charlotte Petit, Léia Roux, Ninon Sillard, Ariane Vernet, Margot Viard.

Julie Callet s’investit depuis les débuts de la Compagnie dans la création auprès des publics amateurs et professionnels. Elle a à cœur de transmettre et partager, son travail et sa recherche chorégraphique… Depuis 2008, elle intervient pour les Ateliers de Création de la Cie Confidences, afin d’accompagner de jeunes danseurs à découvrir le travail de création. Cette année, c’est une première pour le Groupe Confidences, composé d’adolescents et adultes, qui se sont investis dans un projet de création construit en trois actes (deux présentés ici) : Répète un peu pour voir.

Compagnie Kontamine / Montpellier. Petite mécanique humaine

Petite mécanique humaine, Compagnie Kontamine (c) José Pazos.

Petite mécanique humaine c’est un métro, trois personnages et l’espace-temps entre deux stations. La compagnie Kontamine redessine ce lieu symbolique de passage et de quotidien en invitant le mouvement accidentel. Les danseurs utilisent les corps comme moyen de communication et vont jusqu’à la transformation de leurs propres habitudes gestuelles. Petite mécanique humaine c’est accepter que le corps dise tout haut ce que l’esprit pense tout bas.

Chorégraphe : Emmanuelle Jay et Mohamed Kouadri-Sameut Interprètes : Claire Trouvé, Emmanuelle Jay et Mohamed Kouadri-Sameut.

La Compagnie Kontamine, compagnie de danse contemporaine, a été créée en 2014 à Montpellier. Son domaine est celui de l’art gestuel élargi au monde théâtral. Les thématiques abordées portent sur des sujets sociaux : « Nous abordons également la notion de partage multiculturel, par des rencontres de tous horizons et des collaborations artistiques internationales. Au travers de la création et de la représentation, nous espérons mettre en valeur notre art, contaminer notre public par le virus de la danse, transmettre et entrer en contact avec lui ». La compagnie mène un travail de sensibilisation régulier avec des ateliers de création, des répétitions publiques et des interventions éducatives. Kontamine bénéficie du soutien de la compagnie La Zouze de Christophe Haleb à Marseille avec « la résidence dans les parages », de l’espace L’abri à Genève, du théâtre D22 à Istanbul, de La plus petite galerie du monde ou presque… à Roubaix, de la Ville de Montpellier et de l’Université de Caen.

Compagnie Laetitia Arnaud / Paris. Extinctions des feux

Extinction des feux, Cie Laetitia Arnaud (c) Jean-Marie Dufour.

Extinction des Feux est une création traitant de la maladie d’Alzheimer, sublimée en réflexion sur la complexité de l’être humain et du rapport corps-esprit dans un processus dégénératif. Quatre danseurs, pour exprimer ce mal, se croisent via une scénographie poignante où le travail de lumière est roi, mettant en exergue les déformations des corps. Car c’est de cela dont il est ici question : la dégénérescence des cerveaux comme des corps. Une dédramatisation qui démontre que les malades peuvent aussi ouvrir leurs champs des possibles, laissant derrière eux doute et angoisse, renouant avec l’enfance. Ne serait-ce que le temps d’une danse.

Chorégraphe : Laetitia Arnaud Création musicale : Julien Arnaud Interprètes : Andrea Apadula, Lisa Deckert, Mélanie Manoutsis, Pauline Sarrazin.

Laetitia Arnaud crée, en 2017, la Compagnie Laetitia Arnaud. Elle débute son travail sur un solo dansé par elle-même, puis éprouve le besoin de réunir les corps dans le mouvement. C’est alors qu’elle décide de développer son travail chorégraphique pour 4 danseurs.

Compagnie Kay / Grenoble. Bailamos ?

Balaimos ? Cie Kay (c) Raoul Lemercier.

Bailamos ? est une invitation à danser. Un lien entre la danse de scène et la danse populaire par les moteurs communs que sont le désir de danser, l’enivrement du rythme, par une atmosphère qui nous dépasse, le plaisir d’interpréter et de partager une expérience sensible commune. À travers sa première création Bailamos ?, elle met au cœur de sa recherche la rencontre des deux cultures de ses créateurs.

Chorégraphes et interprètes: Ximena Figueroa et Nicolas Diguet

La Compagnie Kay est née de la rencontre des artistes Ximena Figueroa et Nicolas Diguet. Implantée à Grenoble, elle mène des projets autour de la danse et du corps.

Samedi 7 juillet à partir de 17H

Compagnie Equis / Lyon. Serre bien tes lacets ! à 17h.

Serre bien tes lacets, Cie EQUIS (c) Raving Deer – Fanny Magot.

Sylvain et Jean, se préparent pour un match très disputé dans les pas du tango argentin. Leur entraîneur les a prévenus : au foot comme au tango, il vaut mieux serrer ses lacets. Du tacle à la saccada, du contrôle orienté à la barrida, les gestes de ces deux disciplines populaires du Rio de la Plata se rencontrent et se confondent. Dans cette création chorégraphique écrite pour deux hommes, l’ovale du stade se superpose à celui de la piste de danse accueillant « la milonga » (bal tango).

Chorégraphes et interprètes : Sylvain Beauchamps et Jean Delaval.

Créée en 2013, la compagnie Équis porte des projets chorégraphiques où les arts vivants s’entremêlent et suscite des questionnements sur les rapports humains. Serre bien tes lacets ! deuxième création de la compagnie, croise les univers du tango argentin et du football en se libérant des stéréotypes.

Initiation au Tango à 17h30 avec Sylvain Beauchamps et Victoria Killijian de la Cie Equis.

Promenade chorégraphiée à  18h30  Promenade chorégraphiée par la Cie Confidences. Hors Champs

Album Cie (c) Paul Callet.

Les danseurs vous proposent une balade dans le parc faite de petites performances dansées dans des lieux magiques et insolites. Laissez-vous guider par L’Album Compagnie / Grenoble.

Sortir du cadre ? 14 jeunes danseurs, une chorégraphe, un musicien, un vidéaste se sont réunis autour du cinéma de Xavier Dolan. Surgit alors pour Julie Callet, la chorégraphe, l’envie de faire dialoguer la singularité du réalisateur, sa sincérité et son urgence de vivre avec celles de l’Album Cie, l’envie d’interroger les processus cinématographiques : plans et mouvements, champs et hors champs, musiques et silences… Hors Champs est une invitation à voir plus loin pour voir plus près.

Chorégraphe : Julie Callet. Musicien : Erwan Flageul Interprètes : Zoé Casert, Emma Chamoux, Johanne Charpe, Ludine D’Ham Craperi, Anouk Glorieux, Martha Isaac, Lucie Molard, Maud Molard, Salomé Moro, Eva-Luna Portier, Elhouan Richard, Emile Rigard Cerison, Anaëlle Trehoust.

Compagnie junior de danse contemporaine, créée en 1981 par Cathy Cambet, l’Album Compagnie est une tribu de passionnés. Un espace de partage, d’écoute active. Danser, créer, s’engager seul ou avec les autres, voilà le quotidien des jeunes danseurs et de l’équipe. Cathy Cambet a légué un savoir-faire et un savoir-être qui sont les fondamentaux de l’Album Cie. Après Over Game créé par le Collectif Es (présenté ici en 2016), une nouvelle aventure a débuté avec Hors Champs.

Resodancer Company / Lyon. Ambush

Ambush, Resodancer company (c) Tony Noël.

C’est dans un espace indéfini, proche du chaos, que fusionne une multitude de souvenirs conscients et inconscients. C’est dans cet univers bousculé, entre amour et violence, que les danseurs, comme une petite famille, nous dévoilent des histoires qui semblent exister en tout temps et en tous lieux, à la fois intemporelles et infinies. Le temps semble alors s’arrêter et nous rend spectateur de photographies déjà envolées. La pièce est portée par un univers sonore atypique et intemporel, lui aussi partagé entre tension et poésie, mêlant les vibrations de la musique électro et la chaleur presque «rétro» de la chanson française et du jazz.

Chorégraphe : Guy Shomroni & Yaniv Abraham Interprètes : Ludovic Collura, Claire-Marie Ricarte, Laura Lamy, Tristan Robilliard.

Resodancer Company est une compagnie de danse contemporaine dont le répertoire est écrit par des chorégraphes internationaux invités. Les fondateurs et directeurs artistiques, Tristan Robilliard et Laura Lamy, danseurs free-lances internationaux depuis 2010 et anciens étudiants du Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon. « Danseurs professionnels et interprètes pour divers chorégraphes à travers l’Europe, nous avons eu l’envie de créer une structure nouvelle pour amener un répertoire physique différent au public français. Nos carrières nous ont conduits à parcourir le monde pour découvrir de nouveaux horizons artistiques ».

Beaver Dam Compagny / Annecy. Forward

Forward, Beaver Dam Company (c) Grégory Batardon.

La pièce incarne le combat perpétuel de l’être à la recherche d’évolutions et de changements. Traduites par le corps, les émotions qui submergent l’interprète sont provoquées par l’obsédant désir d’avancer. Dans une atmosphère instable et déconstruite, le tiraillement de l’interprète prend place. C’est un acharnement, pour un simple pas en avant.

Chorégraphe et interprète : Edouard Hue Création musicale : Charles Mugel.

Beaver Dam Company, compagnie franco-suisse, est dirigée par le chorégraphe Edouard Hue, dont le travail se focalise sur la physicalité du corps. La première production, rapidement présentée à l’international, est le duo Murky Depths. La chorégraphie remporte plusieurs prix. En 2016, Beaver Dam Company / Edouard Hue entre officiellement en résidence triennale à l’Auditorium de Seynod / Scène Régionale à Annecy. En 2017, pour la création Meet me halfway, la cie est soutenue par Pro-Helvetia / Fondation Suisse pour la culture, qui met en place un mentoring avec Olivier Dubois. La pièce est sélectionnée par plusieurs plateformes et tourne à l’international. En 2018, la cie produit le solo Forward. Le festival a accueilli la Cie Beaver Dam en 2014 avec la création Murky Dephts, en 2015 avec Blue Twig et en 2017 avec Into Outside 2.0.

Collectif ÈS / Lyon. ÈS étape de travail

ÈS, Collectif ÈS (c) Charles-Louis Gellenoncourt.

ÈS, sera créée pour le Mois de la Danse des Subsistances de Lyon en janvier 2019. ÈS (trois solos au plateau : Sidonie Duret, Jeremy Martinez et Emilie Szikora) est un zoom sur l’individu, sa construction intime et comment il fait œuvre collective. Un projet qui creuse la définition même de ÈS. Cette préposition est toujours suivie d’un pluriel, pour exprimer l’idée “en matière de”. De quoi est composé l’entité́ du Collectif ÈS ? De quoi sont faits les trois artistes du Collectif ÈS ? Comment trois identités, trois parcours, trois sensibilités, trois prises de parole, trois danses, se rencontrent pour former et créer une entité́, une création collective.

Chorégraphes et interprètes : Collectif ÈS – Sidonie Duret, Jeremy Martinez et Emilie Szikora.

Le Collectif ÈS est né sous l’impulsion de Sidonie Duret, Jeremy Martinez et Emilie Szikora. Il explore, fouille et crée à trois. En 2017, ils créent leur troisième création Jean-Yves, Patrick et Corinne, un trio pour cinq interprètes. En 2019 ils créent ÈS, qui résonne avec la Série Populaire du Collectif ÈS et revisite rassemblements et événements populaires pour questionner le collectif au sens large : Le Bal I Wanna dance with somebody (2016), Le Karaodance (2018), Le Mode d’emploi à danser (2018) et le Lotodance (2019). Le Collectif ÈS a présenté sa première création P’lay’s, ici, en 2011.

Teaser d’un des festivals précédents.

 

Rappelons que le festival c’est La Compagnie Confidences . Directrice artistique : Julie Callet. Coordinatrice : Sarah Goliard. La Ville de Voreppe et le pôle animation et de la vie locale, Flavie Souchon, Benjamin Delor et l’équipe technique d’animation. La direction de la communication et des relations extérieures. Les bénévoles de la Cie Confidences. Régisseur : Serge Douguet. Photographe : Jean-Pierre Peyrin. Vidéaste : Paul Callet. Le Festival des Jeunes Chorégraphes est soutenu par le département de l’Isère et le fond d’initiative locale. Remerciements à la boulangerie Magnin et au Cellier Gravillas.

En savoir plus sur le festival c’est !

Où et quand ?

Festival des jeunes chorégraphes vendredi 6 et samedi 7 juillet dans le parc de la médiathèque Stravinski (repli à l’Arrosoir en cas de pluie) de Voreppe. Renseignements 04 76 50 47 31

Image de Une, affiche du festival des jeunes chorégraphes Jean-Pierre Peyrin, conception Ville de Voreppe.

Written By
More from Véronique

Suspiria le film culte de Dario Argento repris par Luca Guadagnino

Une compagnie de danse comme prétexte à un film d’horreur, c’est là...
Read More