La Cie La Mangrove au Festival Danses Métisses de Guyane

La 13ème édition du Festival Danses Métisses organisée par le Centre de développement chorégraphique de Guyane Touka Danses, devenu le 11ème  centre de développement chorégraphique du réseau national et le 1er  des Outre-Mer en septembre 2015, associé à Norma Claire directrice artistique de la compagnie éponyme se tiendra du 25 novembre au 3 décembre 2017.

 » Rencontres de Danses Métisses donne à voir la création contemporaine internationale. Il favorise le développement de la danse contemporaine dans le bassin amazonien et les Caraïbes, valorise les différentes cultures de Guyane tout en participant au désenclavement artistique et culturel de la région et du continent. Il recréé un nouveau langage entre tradition et modernité.

Des spectacles à voir sur les scènes dédiées ou à découvrir dans l’espace urbain (marché, plages, centres commerciaux, places publiques, parvis, musées, jardins…). »

Le festival, c’est 12 compagnies internationales invitées, 7 pays représentés, 10 villes et communes de Guyane parmi lesquelles Cayenne, Rémire-Montjoly, Matoury, Macouria, Kourou, Saint-Laurent du Maroni, 45 artistes, 4000 spectateurs, 200 participants aux ateliers, 100 élèves des lycées et collèges découvrant les spectacles, 25 associations guyanaises participants aux manifestations de rue…. »

Au programme des compagnies guyanaises, guadeloupéennes, martiniquaises, cubaines ou haïtienne mais aussi  françaises avec des danseurs chorégraphes de Käfig ou  venant de chez Carolyn Carlson comme Sara Siméoni ou Chinatsu Kosakatani. Spectacles, masterclasses, conférences, danses traditionnelles des Antilles, danse contemporaine, danse hip hop,  danse hybridée de cirque, bref, un programme de danses métissées très riche à retrouver ici !

Parmi les spectacles à noter les deux propositions de la compagnie La Mangrove (Guadeloupe/France) qui présentera sa création 2017, Ré(z)oné pièce pour 2 danseurs et L’Échappé(e) (solo créé en 2014)

Ré(z)oné, Cie La Mangrove ©David Pochal

Ré(z)oné

Samedi 25 novembre – à partir de 9h Ré(z)oné en performances – Marché de Cayenne (3 fois 15 minutes toutes les 15 minutes)

Jeudi 30 novembre – 20h Conférence dansée+ performances – Musée des Cultures Guyanaises (Cayenne)

Vendredi 1er décembre – 20h Ré(z)oné (version courte 30mn) – À l’encre (Cayenne)

Ré(z)oné, Cie La Mangrove ©Delphine Cammal.

« Ré(z)oné est une création où pendant cinquante minutes deux danseurs font un pied de nez aux systèmes qui codifient les réalités afin de retourner vers un imaginaire à construire. Résistance, résilience, l’intention part d’un appel musical, «la reprise», que l’on attend annonciatrice d’un nouveau cycle; afin de la déconstruire, l’étirer, la déformer. Explorer les trajectoires et affirmer leur créolité comme «identité ouverte». Un chassé-croisé corps/musique, un travail sur les frontières, où la reprise danse pour que les corps jouent. L’un est dans le souhait de transfigurer la réalité, l’autre dans une poésie. Aujourd’hui alors que les nations se crispent, les interprètes échangent sur l’infinité des relations possibles et imprévisibles entre les cultures, les lieux et les temporalités, les métamorphoses, leurs rythmes, leurs limites et leurs horizons. À travers leurs tempéraments nouant et dénouant un propos politique, Jean-Claude Bardu et Hubert Petit-Phar interrogent le rapport Territoire/ Homme. »

L’Échappé(e)

Mardi 29 novembre – 20h00 L’Échappé(e) – solo – Salle Paroissiale Antonin Manga (Rémire-Montjoly)

« L’Échappé(e) est un diptyque constitué d’un solo nommé Le discours et d’un trio féminin nommé La traversée. La mangrove, cet écosystème où l’on peut se perdre; un endroit où l’on peut trouver une liberté au-delà des choses qui emprisonnent… Quel être s’en échappe ? En somme, ne pas être uniquement qui on « naît ». Dans ce projet, la mangrove est comme l’image des Antilles, avec son extrême complexité, le côté inextricable de la situation qui laisse néanmoins des ouvertures, des échappées… Une pièce inspirée de deux auteurs, deux regards : Édouard Glissant qui revendique un « tout-monde », et Maryse Condé qui prône la rébellion et qui pense un monde de différences. »

Pour en savoir plus sur la Cie La Mangrove que vous pouvez aussi découvrir en France, c’est ici !

Image de Une visuel du festival de danse métisses 2017 tous droits réservés.

 

 

 

 

Written By
More from Véronique

Avec Littéral, Daniel Larrieu conjugue jeu, poésie et légèreté à la lettre

60 ans ce n’est pas rien ! Un temps âge de la retraite,...
Read More