Instances danses à Châlon

Le Festival de Danse Instances 2014 propose  sa nouvelle édition à Chalon sur Saône du mardi 18 novembre 2014 au samedi 22 novembre 2014.

Au programme du Festival de Danse Instances 2014, de nombreux artistes représentant des courants et des esthétiques chorégraphiques variés et donnant un bon aperçu de la création chorégraphique contemporaine.

On y croise des chorégraphes souvent invités des festivals comme Tatiana Julien, Emmanuelle Huyn, Nathalie Pernette, Emanuel Gat, La Bazooka,  ou Rafaelle Delaunay et d’autres moins connus, Ame Henderson, Matija Ferlin,  Florent Mahoukou.

Le programme dans le détail :

Ruines, Tatiana Julien, Marine de Missolz©Nina Flore Hernandez
Ruines, Tatiana Julien, Marine de Missolz©Nina Flore Hernandez

.Ruines , nouvelle création de Tatiana Julien, pour cette pièce la chorégraphe collabore avec Marine de Missolz , comédienne et metteur en scène. Depuis leur rencontre en juin 2011, elles recherchent une forme, entre danse et drame, entre incarnation et théâtralité. Ruines, témoigne de cette exploration. «  Un silence éternel surplombe la pièce. Débris et poussière, et là, quand on a tout perdu, un morceau de lumière tombe sur les ruines et rayonne. Une jeune femme est jetée hors du temps, autour d’elle, une trentaine de chaises éparses. Moment de légèreté au bord du vide. Car la danse nous convoque au bord d’un précipice, celui du vide qui nous hante, d’une exigence sauvage, tout entier tendu vers un désir d’être plus ou de s’anéantir. Peut-être est-il encore temps d’espérer ? ».

Tozaï, Emmanuelle Huyn©Marc Domage.
Tozaï, Emmanuelle Huyn©Marc Domage.

TÔZAÏ !... avec cette pièce  Emmanuelle Huynh réinterroge son rapport intime à la culture japonaise, en explorant les codes du Bunraku, tradition théâtrale du 17e siècle. Les questionnements de la chorégraphe passionnée de philosophie, ressurgissent ici 18 ans après Mua : origine du mouvement, apparition disparition du corps, le tout dans un dispositif scénique hérité du théâtre de marionnettes japonais, Bunraku.

Attractions plurielles, la création de  Kitsou Dubois propose un parcours expérimental et spectaculaire avec la collaboration d’une danseuse et d’une circassienne. La chorégraphe pionnière de l’exploration du mouvement en réelle apesanteur multiplie toutes sortes d’expériences autour de l’envol. Depuis 20 ans, elle a travaillé avec les équipes du CNES, de la NASA ou de la Cité des étoiles et effectué une vingtaine de vols paraboliques…Forte de cela, elle a inventé une esthétique et une écriture chorégraphiques issues de l’imaginaire des corps en perte de repères et en absence d’appuis. Pour Attractions plurielles, Kistou Dubois utilise un système de captation de pointe, capable de jouer sur la temporalité de l’image, pour faire percevoir au spectateur les sensations de cet univers inconnu.

La Figure du gisant de Nathalie Pernette propose une étape de création dont le point de départ est la statuaire et ce qui de cette forme immuable nous renseigne pourtant sur le mouvement, la texture, la vie : « Une danse entre respiration et apnée, crispation et relâchement, apparition et disparition de brins de corps, jeux complices avec le suaire qui couvre, découvre, s’entortille ou claque au vent au gré des danses.» Nathalie Pernette.

Photo by Ben Welland.
The Most Together We’ve Ever been, Ame Henderson, Matija Ferlin Photo by Ben Welland.

The Most Together We’ve Ever Been… de la canadienne Ame Henderson  et du croate Matija Ferlin , création née de rencontres qui ont donné à ces deux artistes aux champs artistiques multiples et pluridisciplinaires envie d’une collaboration artistique. Cela donne une performance qui tire vers l’absurde du théâtre de Becket, une pièce qui n’en finit pas de finir, aux personnages décalés.

Stravinsky Motel (1-”L’Évasion”),  La Bazooka  dévoile la première partie de Stravinsky Motel, diptyque comprenant deux pièces du compositeur : Pétrouchka et Le Sacre du printemps. Revisitées à la lumière du cinéma, retranscrites le pour le piano à quatre mains et agrémentées de la diffusion d’images de films. Cette première étape de création propose une chorégraphie joyeuse et bouillonnante  sur des images du film Psychose d’Alfred Hitchcock, alors que Pétrouchka est joué en direct au piano, à quatre mains.

Debout, Rafaelle Delaunay © Laurent Philippe
Debout, Rafaelle Delaunay © Laurent Philippe

Debout ! Solo biographique de Rafaelle Delaunay  qui raconte son parcours pour conquérir une place de danseuse, chorégraphe libre dans son corps et ses choix esthétiques et chorégraphiques. « Hip hopeuse chez les petits rats et ballerine chez les B-boys Raphaëlle Delaunay mêle son expérience intime à la grande histoire de la danse en tissant des liens peu convenus… Et nous bouleverse par sa présence fragile et inébranlable. »Toutelaculture.com.

Là où j’en suis… (check Two) Florent Mahoukou tisse une histoire de la danse spontanée, danse de rue qu’il pratique depuis l’âge de 12 ans, et rend hommage à Godet, pionnier de la nouvelle expression chorégraphique au Congo. Cette pièce, en forme de récapitulatif de son parcours de danseur chorégraphe : « mêle aux couleurs du maquillage congolais, les arts plastiques contemporains et convoque Alissa Shiraishi, danseuse traditionnelle japonaise pour confronter l’art spirituel du butô à l’énergie de la danse Kongo. »

The Godlandbergs, Emanuel Gat crédit photo Julia Gat.
The Godlandbergs, Emanuel Gat crédit photo Julia Gat.

The Goldlandbergs, d’Emanuel Gat  a déjà été beaucoup apprécié d’un festival à l’autre comme en témoigne cet extrait de l’article de Rosita Boisseau paru dans le Monde du 27 mars 2014 : « Une fois encore, observer l’écriture gestuelle d’Emanuel Gat est jouissif. Chez lui, la chorégraphie a tout d’un organisme vivant qui se faufile sur le plateau pour contaminer les corps et leur faire prendre des formes qui se relayent les unes les autres. »

 En savoir plus sur Instances

Image de Une, Attractions plurielles, Kitsou Dubois, crédit photo Ki-productions-Loic-Parent.

 

 

 

Written By
More from Véronique

Le Temps d’Aimer la danse

Comme chaque année Biarritz s’anime sous le Temps d’Aimer la danse, 10...
Read More