27ème édition des Plateaux de la Briqueterie

Pour leur 27ème édition les Plateaux se transforment en musée des émotions, du nom du projet international qui se déploie en Italie, au Japon et à Taïwan, 3 jours de danse et 15 compagnies invitées, en complicité avec le Théâtre Jean Vilar et le Mac Val, alors que La Briqueterie se régénère en jouant de tous ses espaces, studios, parvis et jardin. Cette année les Journées du Patrimoine coïncident avec les Plateaux. Il y sera question du patrimoine de la danse, en inaugurant le fonds de la danseuse et journaliste Lise Brunel, fonds, que son son fils Frédéric Dugied, a légué à la Briqueterie. 

Jeudi 19 septembre 19h La Briqueterie studio ouest

Vendredi 20 septembre 19h La Briqueterie studio ouest précédé de Leïla Ka, PODE SER

Likes, Nuria Guiu Sagarra(c)Alice Brazzit.

Núria Guiu SagarraLIKES

LIKES est basé sur l’analyse de deux phénomènes populaires de YouTube : les tutoriels de danse et les vidéos sur les différentes techniques de yoga qui ont émergé et qui se sont massivement répandues sur les réseaux sociaux au cours des dernières années.
Conception, chorégraphie et interprétation Núria Guiu Sagarra. Conseillères artistiques Esther Freixa et Sónia Gómez. Costumes Nestor Reina. Lumières et musique Núria Guiu Sagarra (Byetone, William Basinski, Mike Posner, Ed Sheeran).

Jeudi 19 septembre 20h45 La Briqueterie studio scène, coproduction 2019 de l’A-CDCN

La nuit, nos autres, Aina Alegre (c) Hadrien Touret.

Aina Alegre-LA NUIT, NOS AUTRES

LA NUIT, NOS AUTRES est une célébration vers un corps qui active un rituel intime, d’émancipation et de fiction de soi; un corps en devenir, hybride. Cette création met en jeu une expérience gestuelle et plastique autour de la représentation, de la figuration, et de la transformation permanente de soi. Un rituel, une pratique du portrait, liés ici à la pluralité d’identités entendues comme de multiples états de présence qui habitent les corps.
Conception Aina Alegre. Interprétation Isabelle Catalan, Cosima Grand, Gwendal Raymond. Musique originale Romain Mercier. Création lumière Pascal Chassan. Scénographie James Brandily. Conseil artistique / dramaturgie Quim Bigas. Régie générale Guillaume Olmeta. Régie lumière Leslie Horowitz.

Vendredi 20 septembre 15h

Dimanche 22 septembre 17h30 Mac Val, Place de la Libération, Vitry-sur-Seine

Ana Pi, self portrait (c) Ana Pi.

Ana PiO BANQUETE

Dans Le Banquet de 380 avant JC, Platon a engagé un dialogue avec d’autres hommes, et seulement avec eux, à propos de « l’Amour », lors d’une fête. Ana Pi en 2019 invite Mylia Mary, sa tante paternelle, à cuisiner ensemble une recette emblématique de la cuisine brésilienne et à discuter de « l’Amour » lors d’une tragédie. L’intimité autour de la cuisine, – le nom qui est également attribué au groupe de percussionnistes dans une « Roda de Samba » -, nourriture et danse servent de prétexte à ces femmes noires pour dialoguer sur le Brésil d’aujourd’hui. O BANQUETE proposé ici invite à une réflexion sur les notions d’héritage, d’affect et de résistance.
Création de et avec Ana Pi. Interprétée avec Mylia Mary.Musique de et avec Aishá Lourenço. Conseil philosophique Professeure Docteure – Maria Fernanda Novo. Costumes Remexe – Centre Cultural Lá Da Favelinha.

Vendredi 20 septembre 16h Théâtre Jean Vilar Vitry sur Seine

Répercussions, Ana Pérez (c) Alain Scherer.

Ana PérezRépercussions

« Écho, choc, conséquence, effet, réverbération, suite, son, réflexion, rebondissement…Nos actes semblent dictés par les répercussions de nos parcours… Ma danse est mon empreinte, elle me décrit, me raconte. Elle porte en elle un bagage génétique qui me dépasse et dont j’ai à peine conscience. Et quand le public me parle de mon style si particulier, je m’interroge et cherche à comprendre… Mes mouvements seraient-ils les simples répercussions de mon histoire ? Ces répercussions iraient-elles jusqu’à conditionner mon attitude… jusqu’à parfois me contraindre ? Refuser l’évident, besoin de liberté ! Histoire d’un corps en quête de vérité. » Ana Pérez
Chorégraphie et interprétation Ana Pérez. Accompagnement chorégraphique Andrés Marín, Christian Ben Aïm. Regards extérieurs Patrick Servius et Patricia Guannel. Costume Virginie Breger. Environnement sonore Aurélien Dalmasso avec la participation de Manuel Gomez (guitare), et Luis de la Carrasca (chant). Aide à la composition musicale Jérôme Boudin-Clauzel.

Vendredi 20 septembre 17h Théâtre Jean Vilar Vitry sur Seine

Posare il tempo, Claudia Catarzi (c) Luca Hosseini.

Claudia CatarziPosare il tempo
Posare il tempo est une déclinaison de la vision, parfois une tentative de simultanéité des temps et des espaces. La matière première sont deux corps, deux personnes, deux portraits, deux entités sculpturales, deux fragments, deux et parfois « un unique ». Comme l’argile entre les mains d’un sculpteur, les deux corps sont au service de cette expérience, rester, poser et se transformer. Du verbe italien posare : « poser » en français. Nous posons pour être regardés et posons notre poids, inéluctablement nous sommes soumis aux lois physiques de la gravité et mystérieusement nous parlons sans mots avec nos corps. Posare il tempo invite chaque spectateur à laisser de côté son insatiable besoin de comprendre.

Chorégraphie Claudia Catarzi. Dramaturgie Amina Amici. Interprétation Claudia Caldarano et Claudia Catarzi. Création musicale et dramaturgie sonore Bruno de Franceschi. Percussions live Gianni Maestrucci. Designer sonore Francesco Taddei. Régisseur général Massimiliano Calvetti.

Vendredi 20 septembre 18h30 La Briqueterie mezzanine

Lise Brunel et Merce Cunningham (c) Anne Nordmann.

Inauguration du fonds documentaire de Lise Brunel – Discours, projection et performance
Performance LULLABY FOR LISE. Extrait de La Collection Lise B. de Fabrice Dugied. Les Zonards Céleste, France. Création Biennale 2015 – 3 min

Chorégraphie Fabrice Dugied, interprétation Frédéric Dugied et Edwige Wood. Musique Meredith Wood.

Vendredi  20 septembre 19h La Briqueterie studio ouest suivi de Núria Sagarra Guiu, LIKES 

Pode ser, Leïla Ka (c) Yoann Bohac.

Leïla KaPODE SER

Pode Ser nous parle, à travers le corps rageur d’une danseuse, de tout ce qu’on a été, les rôles qu’on a joués, certains assignés ; et de ce qu’on aurait pu être, peut-être… Un solo percutant sur la difficulté d’être soi, qui a trouvé en quelques mois une reconnaissance internationale.

Chorégraphe, interprète Leïla Ka. Création lumières Laurent Fallot.

Vendredi  20 septembre 20h45 La Briqueterie studio scène

Choy Ka Fai Surjit-SoftMachine
Le projet SoftMachine étudie le statut contemporain de la danse via une recherche à travers l’Asie afin d’inspirer une nouvelle série d’expériences et de créations chorégraphiques. Depuis 2012, Choy Ka Fai s’est rendu dans 13 villes de 5 pays pour rencontrer et interviewer des créateurs de danse contemporaine. Par le biais de ces rencontres, il a rassemblé des archives indépendantes d’entretiens vidéo avec 88 chorégraphes, danseurs et conservateurs. En 2015, le projet SoftMachine a présenté 4 performances documentaires uniques dans lesquelles les chorégraphes (Rianto – Indonésie, Surjit Nongmeikapam – Inde, Yuya Tsukahara – Japon et XiaoKe x ZiHan – Chine) décrivent leur version et leur vision de la danse contemporaine en Asie.

Soft Machine: India – Surjit, Esplanade Theatre Studio, Singapore (c) Choy Ka Fai DR.

SURJIT

La performance documentaire présente le processus de création d’une nouvelle performance de danse destinée à la consommation du public européen, révélant les stratégies artistiques, les idéologies de marketing et la tentative précaire visant à se rendre exotique.
Conception, direction documentaire et performance Choy Ka Fai. Chorégraphie et performance Surjit Nongmeikapam. Dramaturgie Tang Fu Kuen. Son Zulkifle Mahmod. Lumières Andy Lim – ARTFACTORY

Rianto, SoftMachine (c) Choy Ka Fai DR.

RIANTO

La performance documentaire explore les tensions entre les pratiques chorégraphiques du traditionnel et du contemporain, du masculin et du féminin, et de l’urbaniste face au ruraliste.

Conception, direction et documentation Choy Ka Fai. Chorégraphie et performance Rianto. Dramaturgie Tang Fu Kuen.

Samedi 21 sept 14h et 17h45 La Briqueterie parvis

Arnaud Pirault & Groupenfonction WE CAN BE HEROES performance participative
WCBH est une performance participative. Une trentaine de pieds avec leurs micros dans un carré de quelques m2 délimité au sol par du ruban adhésif noir, une sonorisation discrète qui diffuse une compilation de pop moderne, réunissant des titres de Shirley Bassey, MGMT, Jamie T ou Björk. Une trentaine d’habitants entrent dans le carré et interprètent en playback les chansons.Un geste généreux, ironique et joyeux, un acte fédérateur.
Conception et réalisation Arnaud Pirault. Workshops donnés par Julien Derivaz et Elodie Colin. Interprétation groupe de 15 à 30 amateurs

Samedi 21 sept 14h30 et 16h La Briqueterie. Parcours chorégraphiques de la Briqueterie avec les artistes de Museum of Human E-motions
Museum of Human E-motions est un projet de coopération qui relie 4 pays (Italie, France, Japon et Taïwan), 4 organisations partenaires (CSC Bassano del Grappa en Italie, La Briqueterie – CDCN du Val-de-Marne en France, Saison Foundation au Japon et National Kaohsiung Center for the Arts – à Taiwan) et des artistes vivant en France, en Italie, au Japon et à Taiwan. Les artistes sont invités à choisir une émotion comme source d’inspiration pour le projet. Dans le cadre des Plateaux, trois des artistes (Teita Iwabuchi, Masako Matsushita et Ming-Hwa Yeh) présenteront un parcours chorégraphique qui permettra au public de découvrir la Briqueterie sous un autre angle.

Samedi 21 sept 15h La Briqueterie studio ouest

Don’t stop, Tereza Hradilkova (c) Vojtech Brtnicky.

Tereza Hradilková, Floex and coll.- Don’t stop

Dans son nouveau projet, Don’t Stop, Tereza Hradilková teste les possibilités d’exprimer les mondes insaisissables de la musique, de la passion, de la sexualité … Le point de départ de ce sujet est la figure du chef d’orchestre, une personne qui semble détenir les clés du monde de la musique. Hradilková révèle le désir de contrôler la musique, elle s’intéresse aux moments où elle maîtrise la situation, d’autant plus lorsque la musique (la passion) l’emporte et que l’expression physique est à première vue en désaccord. Elle demande quand et comment nous assumons le rôle de chef d’orchestre dans nos propres vies, dans quelle mesure contrôlons-nous la passion et quand cette passion nous contrôle-t-elle ? Qui est le chef d’orchestre en nous ?
Conception, chorégraphie Tereza Hradilková. Interprétation Tereza Hradilková. Dramaturgie Lukáš Jiřička. Musique Floex, Antonio Vivaldi. Lumières Zuzana Režná. Assistant technique. Jonáš Svatoš. Costumes Marjetka Kürner Kalous.

Samedi 21 sept 16h30 La Briqueterie studio ouest

Julie Salgues – De si loin, j’arrive

« Constatant l’absence d’ouvrage écrit depuis le point de vue de l’interprète, j’initie un projet d’écriture, sur un cycle de trois ans, soutenu par les CCN de Caen et du Havre. Un temps long me paraît nécessaire pour m’engager dans l’exercice délicat de la formulation cherchant, autant que possible, à écrire depuis mon expérience perceptive de danseuse. J’ai eu la chance de rencontrer trois chorégraphes, Dominique Brun, Nathalie Collantes et Myriam Gourfink dont j’ai suivi les transformations chorégraphiques sur de longues périodes et dont les œuvres continuent à me passionner et à m’intriguer.
Pour ne pas m’éloigner du champ de l’art chorégraphique, je relie ce projet d’écriture à un projet de création de courts soli avec les trois chorégraphes avec lesquelles j’entretiens et je poursuis un long dialogue. Pour chacune de ces trois chorégraphes aux ressorts artistiques bien différents, je concevrai depuis mon cheminement d’interprète dans leurs œuvres, une demande spécifique liée à notre fidèle et fructueuse collaboration. » Julie Salgues

Chorégraphie : Julie Salgues, Dominique Brun et Nathalie Collantes. Interprétation : Julie Salgues.

Samedi 21 sept 17h La Briqueterie studio scène

MATERIA, Andrea Salustri (c) Darragh McLoughlin.

Andrea SalustriMATERIA
MATERIA est une chorégraphie pour plusieurs formes de polystyrène et un homme. MATERIA explore les frontières entre le cirque contemporain, la danse et le théâtre d’objets. La pièce a pour objectif d’explorer les possibilités d’un matériau, le polystyrène, jusqu’au point où il devient vivant et protagoniste des événements sur scène. Le rôle de l’interprète se déplace vers celui de facilitateur et l’attention est constamment négociée entre objet, manipulateur et manipulation. La pièce ne tente pas d’imposer un récit mais plutôt de laisser le public projeter son propre récit sur le matériel présenté sur scène. Au sein d’une partition donnée, les objets sont libres d’exécuter et de prendre des initiatives.

Création et interprétation Andrea Salustri. Création lumières et direction technique Michele Piazzi. Création sonore Federico Coderoni. Conseillers artistiques Kalle Nio, Roman Müller, Darragh McLoughlin, Alex Lempert, Benjamin Richter et Matthias Buhrow.

Et aussi 
Journée professionnelle – « To be seen or not to be… »

Quel accompagnement pour quelle visibilité dans le champ chorégraphique ? ateliers / table-ronde le jeudi 19 sept 10h-15h / 15h30-18h La Briqueterie

Où et quand ?

Les Plateaux, La Briqueterie, 17 rue Robert Degert, 94407 Vitry-sur-Seine du jeudi 19 septembre au samedi 21 septembre 2019.

Tout savoir c’est ici !
Image de Une, affiche des Plateaux 2019 tous droits réservés.

Written By
More from Véronique

PODIUM !1ère édition

La 10ème édition de [re]connaissance devient la 1ère édition de PODIUM !...
Read More