Festival de Marseille 2019

Le festival, dirigé par Jan Goossens,  irrigue la cité phocéenne pendant 3 semaines et 4 week-ends proposant danse, théâtre musique et cinéma et s’ouvrant à d’autres cultures et d’autres continents. Pas moins de 28 propositions artistiques pour 55 représentations et 20 rendez-vous autour de la programmation mêlant ateliers, restitutions, bords de plateaux et rencontres. La ville sera agitée par 4 grandes fêtes et accueillera des artistes venus du monde entier (Afrique du Sud, Bahrein, Belgique, Canada, Égypte, États-Unis, France, Irak, Jordanie, Maroc, République Démocratique du Congo, Tunisie).

Près de 600 Marseillais sont impliqués au cœur des processus de création et participent à quatre projets Le Sacre – Sous Influence – L’Autre – Le Moindre Geste

Programme danse

Cion, Gregory Maqoma © Siphosihle Mkhwanazi.

Cion : le requiem du Boléro de Ravel, Grégory Maqoma, Johannesbourg

Jeudi 13 juin 14h30 (représentation scolaire), vendredi 14 juin 20h30, samedi 15 juin 18h, dimanche 16 juin 16h, Théâtre La Criée, première en France

Figure de proue de la danse sud-africaine, Gregory Maqoma est de retour au Festival de Marseille avec une pièce chorale qui réussit la symbiose de la voix et du corps. Et revisite avec neuf danseurs et quatre chanteurs l’un des chefs-d’œuvre du répertoire classique occidental.

Création 2017 | Compagnie Vuyani Dance Conception et chorégraphie Gregory Maqoma Assistant à la chorégraphie et à la dramaturgie Shanell Winlock Assistant aux répétitions Lulu Mlangeni Direction musicale et composition Nhlanhla Mahlangu Aide à la composition Xolisile Bongwana Costumes BlackCoffee Scénographie et direction technique Oliver Hauser Création lumière Mannie Manim Accessoires Wesley Mabizela Création sonore Ntuthuko Mbuyazi Régie son Katleho Mokgothu Danseurs Otto Andile Nhlapo, Roseline Wilkens, Thabang Mojapelo, Smangaliso Ngwenya, Katleho Lekhula, Itumeleng Tsoeu, Lungile Mahlangu, Ernest Balene, Nathan Botha Musiciens Thabang Mkhwanazi, Sbusiso Shozi, Simphiwe Bonongo, Xolisile Bongwana.

Le Sacre Marseille, création avec 300 Marseillais

Le Sacre Marseille, Yendi Nammour, Isabelle Cavoit, Samir M’Kirech © Pierre Gondard.

Samedi 15 juin 20h, dimanche 16 juin 18h, Parc Borély

Trois cents danseurs amateurs marseillais se réunissent pour danser sur Le Sacre du printemps de Stravinsky… une œuvre culte qu’ils se réapproprient en ouvrant la danse à tous !

Durant six mois, vingt groupes de danseurs amateurs venus d’horizons aussi divers que le hip-hop, le flamenco, le tango, la danse brésilienne ou contemporaine œuvrent ensemble sous la houlette des chorégraphes Yendi Nammour, Isabelle Cavoit et Samir M’Kirech, tous trois installés à Marseille

Sous Influence, Éric Minh Cuong Castaing, Marseille

Sous Influence, Eric Minh Cuong Castaing ©Victor Zebo & Eric Minh Cuong Castaing.

Samedi 15 juin à partir de 22h, MAC, Musée d’Art Contemporain

La nuit est à la danse, à la fête, à l’électro sensorielle avec le duo de DJ Yes Sœur! aux platines ! Sous influence, du chorégraphe et danseur marseillais Éric Minh Cuong Castaing, s’offre à tous et fait tomber les barrières entre les corps. Éric Minh Cuong Castaing surprend encore avec cette proposition décalée et festive, qui meut les corps en osmose et en communion. Ce dancing chorégraphié, cette « épidémie dansante » orchestrée par Yes Sœur! (Berlin/Paris) rassemble des danseurs professionnels, amateurs et toutes personnes prêtes à danser jusqu’à l’aube…

Not another Diva… Hlengiwe Lushaba et Faustin Linyekula, Johannesbourg / Kisangani

Not another diva, Hlengiwe Lushaba et Faustin Linyekula © Gregor Brändli.

Dimanche 16 juin 22h, lundi 17 juin 20h30, théâtre de la Sucrière, première en France

Le chorégraphe congolais Faustin Linyekula et la performeuse sud-africaine Hlengiwe Lushaba rêvaient de musiques qui réchaufferaient l’âme. De leur désir commun est né Not Another Diva…, dans un grand mouvement de corps et de chants autour d’une figure centrale : la femme artiste. Le danseur, chorégraphe et metteur en scène Faustin Linyekula se présente toujours comme « un conteur d’histoires ». Celle de Not Another Diva…, écrite avec l’actrice et chanteuse Hlengiwe Lushaba, dresse un portrait sans paillettes ni strass d’une autre diva possible. Par-delà les misères et la tragédie, une diva ancrée dans le présent renaît, libre de rêver et de choisir son destin. Sur scène, entre histoires, chants, rythmes congolais et sud-africains, l’esprit est au jam, aux connexions musicales et culturelles, mais aussi aux constats politiques sur cette Afrique du Sud post-apartheid

Création 2018 | Compagnie Studios Kabako Conception et direction artistique Hlengiwe Lushaba, Faustin Linyekula Avec Hlengiwe Lushaba (voix), Johanna Tshabalala (danse), Franck Moka (machines), Huguette Tolinga (percussions et voix), Pati Basima (basse), Zing Kapaya (guitare), Heru Shabaka-Ra (trompette) Production Virginie Dupray / Studios Kabako

L’Autre, Dorothée Munyaneza, Marseille

L’Autre, Dorothée Munyaneza © Maya Mihindou.

Samedi 22 juin et dimanche 23 juin, étape de création lieu et horaire à confirmer

La chorégraphe marseillaise originaire du Rwanda mène un projet avec des habitants de la cité La Castellane. De rencontres en ateliers, d’histoires intimes en voix mêlées, elle tisse des liens sensibles, fait surgir des paroles, provoque des étincelles. « Cette ville qui est à nous tous » a donné envie à Dorothée Munyaneza de se lancer dans une aventure nouvelle sur le territoire en menant un travail d’exploration, d’immersion et de relation avec les Marseillais. Autant de matières qui nourrissent sa démarche pour L’Autre

Compagnie Kadidi Conception Dorothée Munyaneza Illustration Maya Mihindou Production Compagnie Kadidi ; Anahi

Khouyoul, Kabinet K et l’Art rue, Gand / Tunis

Khouyoul, Kabinet K et l’Art rue © Safa Ben Brahim.

Lundi 24 juin 14h30, mardi 25 juin 20h30, mercredi 26 juin 19h, Friche de La Belle de mai, Grand plateau, première en France

Six enfants, trois adultes et trois musiciens en quête d’une alliance singulière avec l’autre, d’une communauté harmonieuse, dans un spectacle de danse animé d’une énergie indomptable. Khouyoul trouve sa source dans une première version, Horses, recréée à Tunis à la demande de l’association L’Art Rue. La pièce fait danser artistes et enfants dans un spectacle mettant en scène la tendresse, la joie de vivre. Une manière de conjurer la violence et l’irrespect pour les chorégraphes belges Joke Laureyns et Kwint Manshoven, qui imaginent une ronde chorégraphique intergénérationnelle comme « une forme possible de construction sociale ».

Création 2018 | Compagnie kabinet k et L’Art Rue Chorégraphie Joke Laureyns et Kwint Manshoven Danseurs Aya Abid, Mohamed Ouissi, Nawress Azzabi, Rihem Nefzi, Yassine Najmaoui, Zakaria Ouissi, Fetah Khiari, Jihed Blagui, Sabrina Ben Hadj Ali Création musicale et musique live Mahmoud Turki (luth), Imen Mourali (kanoun, percussions, guitare), Alaa Eddine El Mekki (saxophone, clarinette) Coaching musical Thomas Devos, Bertel Schollaert Scénographie Dirk de Hooghe, Kwint Manshoven Direction technique et régie son Mohamed Hédi Belkhir Lumière Bastien Lagier Assistantes de production Insaf Mejri, Mariem Chakroun

Le moindre geste, Selma et Sofiane Ouissi, Tunis

Le moindre geste, Selma et Sofian Ouissi ©Els De Nil.

Jeudi 27 et vendredi 28 juin 20h30, samedi 29 juin et dimanche 30 juin à 15h et 19h, Klap Maison pour la danse, performance, création

Par une combinaison subtile de voix et d’images, le duo tunisien Selma et Sofiane Ouissi redonne à l’écoute un rôle majeur. Chaque représentation invite à découvrir de nouveaux « portraits dansés ». À Marseille comme ailleurs, Selma et Sofiane Ouissi s’attachent à capter la parole et les gestes des habitants dans un spectacle unique à la fois par sa méthode de travail, son dispositif de représentation et sa réception. Le Moindre Geste s’appuie sur des interviews filmées, des récits de vie de Marseillais ordinaires qui, par la mise en écoute, deviennent extra-ordinaires.

Création 2019 | Un projet de Selma et Sofiane Ouissi Collaboration et vidéo Nicolas Sburlati Illustration Mahn Kloix Repérage des participants Judith Fraggi, Claire Oberlin Transcription Fernand Bordas, Garance Delaunay, Léo Maurice, Laëtitia Platillero, Ambroise Recton.

Invited, Seppe Baeyens | Ultima Vez, Bruxelles

Invited, Seppe Baeyens © DannyWillems.

Vendredi 28 et samedi 29 juin 14h30 et 20h30, La Gare franche, première en France

Dans un décor simplissime – un cordon géant, bleu ciel, enroulé en spirale –, Invited fait feu de toutes les hiérarchies, de toutes les différences, de tous les âges et toutes les nationalités. Sur une bande-son dynamique jouée en live par trois musiciens. Interactive, intergénérationnelle, interprétative, la dernière création de Seppe Baeyens ne laisse personne sur le carreau. Ni les trois musiciens qui jouent en live ni le public convié à entrer dans la danse. À expérimenter le toucher, la vitesse, le balancé, les portés, le déséquilibre dans l’espace codifié du plateau. L’expérience mille et une fois recommencée est unique car les spectateurs, réunis avec les acteurs au sein d’une configuration claire, jouent un rôle déterminant.

Création 2018 | Compagnie Ultima Vez Mise en scène et chorégraphie Seppe Baeyens Créé avec Emile Van Puymbroeck, Luke De Bolle, Chisom Onyebueke Chinaedu, Leonie Van Begin, Rosa Boateng, Oihana Azpillaga, Ischa Beernaert, Esther Motuanya, Roel Faes, Trui De Mulder, Adnane Lamarti, Seppe Baeyens, Frank Brichau, Stephan Verlinden, Elisabeth Wolfs, Leon Gyselynck Musique originale live Elias Devoldere, Stef Heeren, Kwinten Mordijck Dramaturgie Kristin Rogghe Scénographie et création lumière Ief Spincemaille Costumes Lieve Meeussen Assistant mouvement German Jauregui Conseil artistique Wim Vandekeybus Coordination technique Tom De With

Luminescence, Amir ElSaffar, New York / Bagdad

Luminescence, Amir Elsaffar © Foppe Schut.

Vendredi 28 juin 21h30, samedi 29 juin 22, Vieille Charité, première en France

Le musicien irako-américain Amir ElSaffar s’entoure d’une chanteuse, d’une danseuse et de trois musiciens pour créer un univers sonore à la marge des routes balisées du flamenco. Luminescence, ou comment la musique irradie et transcende. Rien de plus juste que le titre Luminescence emprunté par le compositeur, trompettiste, chanteur et joueur de santour Amir ElSaffar pour ce projet porté par la Fondation Royaumont, qui touche au magique, à l’universel, à l’éphémère. Dans les micro-intervalles subtils du maqâm arabe et du flamenco, dans les rotations du compás, le duende profond et le twarab extatique, Amir ElSaffar « cherche le son qui émane de l’ancien, du passé éternel, qui est néanmoins dans ce moment présent, où l’expérience personnelle individuelle est égale à une conscience plus large »

Création 2019 | Composition, trompette, santour, chant, direction artistique Amir EISaffar Voix flamenca Gema Caballero Alto, joza Dena EISaffar Électronique Lorenzo Bianchi Hoesch Percussions Pablo Martin Jones Danse Vanesa Aibar Son Vincent Mahey – Studio Sextan

Opus/Le Score, Christine Fricker

Dimanche 30 juin dans le cadre des Dimanches de la Canebière

Opus, Ben Fury © Pierre Gondard.

Opus

Six jeunes danseurs hip-hop marseillais détournent les techniques du popping, du locking et du boogaloo pour une création originale qui questionne notre rapport au travail. Le chorégraphe Ben Fury, danseur contemporain aux multiples influences, a mené plusieurs semaines de résidence d’octobre 2017 à septembre 2018 avec de jeunes danseurs de la scène urbaine marseillaise. Après plusieurs étapes à Marseille, ils présentent au cœur de la ville l’aboutissement de ce parcours initiatique et chorégraphique. durée 25’ environ

Chorégraphie Ben Fury Danseurs Flo, Jeff, Jikay, Lilo Kay, Mike, Tiga Création musicale Sébastien Bromberger, Laurent Cristofol Le projet Cities on the Edge a été initié en 2017 par le Goethe-Institut et soutenu à Marseille par la Friche la Belle de Mai et le Festival de Marseille.

Le Score

Share, Christine Fricker © Cie Itinérrances.

Christine Fricker revisite un concept ludique et participatif de partition : 1 chiffre = 1 consigne. S’abandonnant au jeu de l’aléatoire, un groupe de danseurs lance les chiffres et suit les règles du jeu qui y sont associées. Nourrie par les idées démocratiques de la Postmodern Dance américaine et par les utopies de communautés égalitaires des années 1960-1970, cette pièce aborde la question de l’engagement du corps, du poids, de la responsabilité de chacun dans la fabrication du commun. durée 30’ environ

Compagnie Itinérrances Conception Christine Fricker Avec les danseurs de la Compagnie Itinérrances et un groupe de danseurs amateurs

20 Danseurs pour le XXème siècle, Boris Charmatz | Terrain, Hauts-de-France

20 danseurs..., Boris Charmatz ©César Vayssié.

Samedi 29 et dimanche 30 juin de 17h à 20h, Mucem

20 danseurs pour le XXème  siècle est une archive vivante de soli du siècle dernier interprétés par des danseurs, performeurs et acteurs. Un sacre de la danse d’un genre nouveau où il fait bon naviguer d’un geste à l’autre, d’écho en écho… Boris Charmatz a l’art d’infiltrer la danse dans des espaces non conventionnels. Artiste associé pour la saison 2019 au Mucem, après avoir présenté l’inoubliable 10000 gestes au Festival de Marseille 2018, le voici célébrant la danse du xxe siècle. Une promenade balisée par vingt interprètes tout-terrain, véritables guides pour le spectateur qui composera son propre musée

Création 2012 | Compagnie Terrain Un projet proposé par Boris Charmatz / Terrain Danseurs Djino Alolo Sabin, Mackenzy, Magali Caillet-Gajan, Boris Charmatz, Raphaëlle Delaunay, João Fiadeiro, Christophe Haleb, Filipe Lourenço, Tatiana Julien, Laurence Laffon, I-Fang Lin, Ioannis Mandafounis, Julien Monty, Sonja Pregrad, Fabrice Ramalingom, Marlène Saldana, Sònia Sánchez, Asha Thomas, Javier Vaquero Ollero, Frank Willens.

Botero en Orient, Taoufiq Izeddiou, Marrakech / Aix-en-Provence

Botero en Orient, Taoufiq Izzediou © Dorothea Tuch.

Mercredi 3 juillet 20h30, jeudi 4 juillet 19h, Klap Maison pour la danse

L’artiste marocain invite à la découverte d’une beauté et d’une cruauté inattendues en chorégraphiant des corps généreux, sa nouvelle création inspirée de l’univers du peintre colombien Botero prend les corps à bras-le-corps, de préférence les formes opulentes. Hors normalité pour certaines cultures, beaux pour d’autres, ces corps-masses dansent loin des images convenues des défilés de mode ou des plateaux de danse contemporaine…

Création 2019 | Compagnie Anania Danses Chorégraphie Taoufiq Izeddiou Danseurs Essiane Kaïsha, Karine Girard, Marouane Mezouar, Taoufiq Izeddiou Chant enregistré Fatima Ezzahra Nadifi Documentation dramaturgique Nedjma H. Benchelabi Création costumes Équipe artistique Création lumière Léa Schneidermann Création son Saïd Aït El Moumen, Taoufiq Izeddiou Texte To be in a time of war, in « In the Heart of the Heart of Another Country » par Etel Adnan, avec l’aimable autorisation de l’auteur

White dog, Latifa Laâbissi, Rennes

White dog, Latifa Laâbissi © Nadia Lauro.

Vendredi 5 juillet 20h30, samedi 6 juillet 17h, Théâtre Joliette

Habituée à nous interpeller sur des sujets sensibles, Latifa Laâbissi fait du corps le lieu du politique, pour interroger les rapports de pouvoir et de domination dans une pièce hybride créée pour quatre danseurs.

« Un pas de côté, un mouvement de recul, une esquive ou encore une torsion pour entrer le temps d’une ronde à quatre corps, dans une polyphonie de figures composites et entrelacées, afin de passer les frontières et d’éviter les ornières de nos assignations. »

Création 2019 | Compagnie Figure Project Conception Latifa Laâbissi Avec Jessica Batut, Volmir Cordeiro, Sophiatou Kossoko, Latifa Laâbissi Scénographie et costumes Nadia Lauro Création lumière Leticia Skrycky Création son Manuel Coursin Collaboration artistique Isabelle Launay Direction technique Ludovic Rivière.

Dans la peau de l’autre, Pepe’Elmas’Naswa, Kinshasa

Dans la Peau de l’autre, Pepe’Elmas’Naswa © Danny Willems.

Jeudi 4 juillet 20h30, vendredi 5 juillet 22h, samedi 6 juillet 20h30, Friche de la Belle de mai, Grand plateau, première en France

Des rues de Kinshasa à la scène, « la danse du serpent » imprégnée de rage et de frustration bat son plein sur les rythmes endiablés de DJ Samantha, le tout orchestré par le jeune chorégraphe Pepe ‘Elmas’ Naswa. Quand la nouvelle « star » de la danse à Kinshasa croise la danse du serpent des enfants des rues et des enfants de gangs avec la danse contemporaine, le cocktail s’avère explosif ! Plus que jamais, Pepe ‘Elmas’ Naswa relève avec brio le défi de marier les contraires : imaginer une chorégraphie sophistiquée sans jamais effacer son caractère urbain, populaire et citoyen ; conserver sur scène l’énergie inventive et le style fougueux de la danse du serpent influencée par les rythmes des boîtes de Kinshasa ou le hip-hop.

Création 2018 | Compagnie Pepenas Chorégraphie Pepe Elmas Naswa Danseurs David Bakonese, Serge ‘DJ Samantha’ Boka, Bel’Ange Hangidi, André ‘Bared’ Kabangu, Chadrack ‘King’ Ngambieni, Trésor Ngonzama, Dieu ‘Charlo’ Risasi Paysage sonore Salva Mose Création lumière Ralf Nonn Regard extérieur Ben Fury

Où et quand ?

Festival de Marseille du 14 juin au 6 juillet 2019 dans 14 lieux dans Marseille du Nord au Sud : La Gare Franche, L’Alhambra, Théâtre de la Sucrière, Klap maison pour la danse, Friche la Belle de Mai, Théâtre Joliette, La Vieille Charité, Mucem, L’Alcazar_BMVR, La Criée, théâtre national de Marseille Théâtre Silvain, Parc Borély, La Cité Radieuse, [mac] musée d’art contemporain et un QG /Billetterie au 36-38 rue de la République ouvert dès le 14 mai !

Tout savoir sur le festival c’est ici !

Image de Une, Festival de Marseille 2019 © Photo Léa Magnien et Quentin Chantrel. Graphisme Floriane Ollier.

Written By
More from Véronique

Stage pré-rentrée association Noun

Nous faisons le relais ci-dessous d’un stage de pré-rentrée proposée par Sylvie...
Read More