Femmes qui dansent, femmes plus libres

Il y a des structures culturelles qui jouent pleinement leur rôle dans les quartiers. Grâce à des médiations intelligentes, auprès des habitants et en s’engageant à soutenir de jeunes compagnies, on peut mettre en place de jolis projets qui font danser les amateurs et créent du lien social là où le public est parfois difficile à fidéliser et où les habitants ont parfois du mal à s’octroyer des temps de vie autre qu’un quotidien qui les submerge.

C’est donc un peu un challenge que lance le Théâtre Prémol de Grenoble en invitant un des chorégraphes de la Cie Apart, Yannick Siméon, pour des ateliers chorégraphiques autour de la femme et la liberté d’expression, proposés gratuitement aux femmes qui le souhaitent pendant une semaine et trois week-ends s’étalant de la fin octobre au début décembre. Devant l’implication de ces femmes le chorégraphe a décidé de transformer les séances en ateliers de création impliquant une restitution publique le 12 décembre prochain.

Rencontre avec des femmes qui aiment danser et qui s’expriment sur le choix de participer à cette aventure. Elles sont une dizaine, la moyenne d’âge tourne autour de 50 ans, deux d’entre elles sont en fauteuils roulant dont une est danseuse professionnelle.

Yannick Siméon, et les femmes de l'atelier du Théâtre Prémol  tous droits réservés.
Yannick Siméon, et les femmes de l’atelier du Théâtre Prémol tous droits réservés.

En expliquant le choix de participer à ces ateliers, elles se racontent un peu elles-mêmes, plusieurs sont des habituées des activités proposées par la MJC et le Théâtre Prémol. Elles s’inscrivent les yeux fermés parce qu’ici il y a une belle qualité d’écoute, une attitude particulière de la structure qui est très rassurante pour des amateurs. La plupart insiste sur le fait que danser libère leur corps et leur esprit, qu’elles se sentent plus déliées, voire qu’elles rajeunissent, d’autres privilégient le travail en groupe et l’aboutissement créatif. Elles considèrent comme un cadeau de travailler avec un chorégraphe professionnel, de se confronter à des demandes exigeantes sur le geste, le placement, le travail de mémoire. Se confronter à soi-même, à ses propres limites mais aussi à ses capacités. Accepter aussi d’autres corps moins mobiles mais qui ont acquis une expérience artistique qu’elles n’ont pas. Bahia, danseuse professionnelle, utilise son fauteuil roulant avec une dextérité déconcertante et génère des déplacements et une énergie particulière au sein du groupe, alors que d’autres s’expriment aussi par la voix. Pour chacune d’entre elles, on sent que ces ateliers chorégraphiques sont des ballons d’oxygène, des petites bulles de bonheur dans des vies parfois difficiles.

Yannick Siméon confirme l’impression de plaisir partagé : « Ce qu’il y a de beau dans ces projets où l’on travaille avec des amateurs quand on est professionnel c’est qu’ils sont sincères dans leurs propositions, ils ne sont pas formatés comme nous pouvons parfois l’être et on apprend beaucoup à leur contact, c’est un enrichissement réciproque. Et il y a une autre dimension ici, c’est qu’il s’agit d’amateurs mais que le projet lui est mené de façon professionnelle avec l’objectif d’une représentation publique de 20 à 25 minutes soit un format qui est par exemple celui demandé pour des concours chorégraphiques ou des plateaux partagés. Il y a aussi le fait que je pars de ce qu’elles me donnent en tant qu’interprètes. Toute la matière que nous avons accumulée vient de leurs propositions de départ que je retravaille ensuite. J’ai une exigence non pas technique mais dans la qualité du rendu que l’on va donner à voir. Être chorégraphe c’est aussi s’engager réellement y compris dans des projets menés avec des amateurs. »

Restitution du travail le samedi 12 décembre à 16h30 au Théâtre Prémol.

Rodéo, cie Apart,Jérémy Silvetti et Yannick Siméon(c)
Rodéo, Cie Apart,Jérémy Silvetti et Yannick Siméon (c) Gérard Brun.

Par ailleurs,  la Cie Apart (Yannic Siméon et Jérémy Silvetti) propose le vendredi 11 décembre à 16h une répétition ouverte de son spectacle Rodéo dans le cadre du Théâtre Prémol en Escales, ce spectacle est le premier à être délocalisé au CDC-Pacifique, lieu qui accueille les chorégraphes en résidence pour cette création.

En savoir plus sur la cie Apart.

 

Written By
More from Véronique

16éme édition de Danse de tous les sens à Falaise

L’association Chorège très présente sur le territoire normand en tant que relais culturel...
Read More