FAITS D’HIVER, les chaudes couleurs de la danse

Christophe Martin pour cette 21ème édition de Faits d’Hiver souhaite que la danse soit aussi belle qu’un mystère et cite un superbe texte de Godard (Histoire(s) du cinéma, T. 4, Gallimard, 1998 p 221-225) qui parle d’une « saturation de signes magnifiques » et qui dit aussi que : lorsque la danse commence alors nos mains glissent et se séparent nos regards s’abîment les uns dans les autres nos corps s’effleurent avec précaution chacun évite de réveiller l’autre du rêve de lui faire regagner l’obscurité quitter la nuit de la nuit qui n’est pas le jour »

Une belle entrée en matière pour un festival qui s’enrichit cette année de trois partenaires de diffusion le Centre culturel suisse, le Centre Pompidou, et la MAC de Créteil. Au total 11 lieux de diffusion, 36 représentations, 8 créations. En maître de cérémonie Thomas Lebrun ouvre et clôt le festival. Pour la dernière soirée, il propose dans Blitz, de très courtes propositions dansées pour un jeu où de vieux chorégraphes, c’est son terme, dansent et invitent de jeunes chorégraphes, lors d’une soirée partagée multi générationnelle.

Figures reconnues comme Catherine Diverrès, Jan Fabre et Thomas Lebrun côtoieront de jeunes chorégraphes comme Yaïr Barelli, Louis Barreau, Benoît Canteteau, Edouard Hue, Sylvère Lamotte. Invitation est faite également à Marion Lévy, Aïcha M’Bareck et Hafiz Dhaou, Laurence Yadi et Nicolas Cantillon.

Programme

14 et 15 janvier 2019 | Théâtre de la Cité Internationale 20h30 Thomas Lebrun Another look at memory

Another look at memory, Thomas Lebrun ©Frédéric Iovino.

« Dans Another look at memory, Thomas Lebrun traverse, en compagnie de trois de ses plus fidèles interprètes, dix années d’écriture chorégraphique. Rejoint pour un quatuor final par un jeune danseur rencontré à l’école supérieure du CNDC d’Angers, cette création parle de mémoire et de l’importance de la transmission. »

Chorégraphie : Thomas Lebrun. Interprétation : Maxime Aubert, Raphaël Cottin, Anne-Emmanuelle Deroo, Anne-Sophie Lancelin. Musique : Philip Glass. Création lumière : Jean-Marc Serre. Régie Lumière : Xavier Carré. Création son : Mélodie Souquet. Costumes : Jeanne Guellaf.

Du 16 au  31 janvier | Théâtre de la Bastille 21h (relâche du 20 au 24.01, et le 27.01) Jan Fabre La générosité de Dorcas création

The Generosity Of Dorcas, Jan Fabre ©Marcel Lennartz.

 

« Le nom Dorcas fait référence à une figure biblique connue pour sa générosité, elle distribuait des vêtements aux pauvres, vêtement qu’elle avait elle-même fabriqués, cousus. Pour Jan Fabre et Matteo Sedda, l’interprète masculin de cette création, cette générosité est le point de départ dans leur recherche d’un corps vibrant, d’un corps en extase. »

Conception, chorégraphie et direction : Jan Fabre. Performeur : Matteo Sedda. Musique : Dag Taeldeman. Scénographie et costume : Jan Fabre. Dramaturgie : Miet Martens. Technicien : Geert Vanderauwera. Responsable de production : Sebastiaan Peeters.

21 et 22 janvier | Micadanses 20h30 Yaïr Barelli Dolgberg création

Dolgberg, Yaïr Barelli © Lili Zhang.

« Dolgberg s’articule autour d’expériences liées aux Variations Goldberg, traversées par Yaïr en tant qu’interprète. Elle porte aussi la trace d’une mémoire familiale. De la danse au geste quotidien, du chant à la parole, Dolgberg construit une tension entre le classique et le trivial/pop, et questionne l’interprétation comme essence même de la chorégraphie. »

Conception et interprétation : Yaïr Barelli. Son : Cristiàn Sotomayor. Lumière : Yannick Fouassier.

23 et 24 janvier | Le Carreau du Temple 20h Marion Levy Training création

Training, Marion Lévy © Joachim Olaya.

« Bienvenue dans un monde où la vie est un concours, où l’on élève les jeunes femmes dans le culte de l’excellence, de la beauté et de la gloire. Dans Training, on suivra particulièrement l’une d’elle, dans différents moments de sa vie, et on verra comme son corps s’adapte à chaque moment à ce qu’on attend d’elle : aux codes, aux conventions, aux convenances, aux modes du moment, avec le plus grand sérieux et sans peur du ridicule. »

Chorégraphie et interprétation : Marion Lévy. Textes et dramaturgie : Mariette Navarro. Collaboration artistique et Musique : Joachim Olaya. Collaboration à la mise en scène : Patrice Thibaud. Regard Clown : Ludor Citrik. Regard sur le jeu et remerciement : Damien Dutrait. Costumes : Hanna Sjödin.

Du 29 au 31 janvier | Centre culturel suisse 20h  Laurence Yadi et Nicolas Cantillon Today suivi de Edouard Hue Forward

Today 

Today, Laurence Yadi et Nicolas Cantillon © Grégory Batardon.

« Pour la première fois depuis la création de la Compagnie 7273, la danseuse et chorégraphe Laurence Yadi évolue seule sur scène. Avec cette création, les chorégraphes creusent la démarche développée depuis leurs débuts : faire le pari d’un mouvement continu, nourri par l’envie de flirter avec l’infini et ajuster, puis sculpter le corps dans une transe qui en révèle l’intimité autant que son universalité. »

Chorégraphie, Concept : Laurence Yadi, Nicolas Cantillon. Interprétation : Laurence Yadi. Composition musicale : Maurice Louca. Création lumière : Ursula Degen. Régie technique : Arnaud Viala ou David Kretonic. Diffusion sonore: Thierry Simonot.

Forward

Forward, Edouard Hue, Cie Beaver Dam © Grégory Batardon.

« Avec cette nouvelle création FORWARD, Edouard Hue fait le choix d’un retour sur soi résolument expérimental, par lequel il réinterroge les fondamentaux de sa danse. Son solo revient en effet à une organicité radicale (saisie « à la racine ») par laquelle il éprouve son propre corps et ses limites, réduit à une sorte de degré zéro. À l’écoute de ses rythmes et de ses intensités, observateur scrupuleux de ses qualités physiques, il retrouve ici le sens de sa propre morphologie. La solitude de l’exercice le mène ainsi à s’interroger sur la possibilité pour lui d’être dans une certaine mesure irréel, au double sens de performer en virtuose et de s’affirmer comme irréductiblement singulier. »

Chorégraphe, danseur : Edouard Hue. Assistante création : Yurié Tsugawa. Compositeur : Charles Mugel. Créateur lumières : Arnaud Viala. Conseils dramaturgiques : Merel Heering. Répétitrice : Sophie Ammann. Administration : Sophie Ammann, Saül Dovin.

29 et 30 janvier | MPAA – Saint-Germain 20h Sylvère Lamotte Ruines + Corps constellaire

Ruines, Sylvère Lamotte © Nora Houguenade.

Ruines : « L’oeil du spectacteur, sa propension au jugement et à la compartimentation des émotions sont des outils qui m’ont été nécessaires lors de la composition de cette création. J’ai cherché à dépasser le premier jugement de l’oeil, dépouiller le mouvement de son affect pour laisser apparaître son essence. Au coeur de cet oxymore chorégraphique, les corps des danseurs sont modelés par le regard de chaque spectateur. L’idée est de soustraire les interprètes (danseurs et musiciens) à toute notion de temporalité, les mouvements des corps sont isolés, en suspension, mêlant tour à tour des situations de déploration à des scènes de violence[…] »

Texte, conception et chorégraphie : Sylvère Lamotte Interprètes : Jérémy Kouyoumdjian et Sylvère Lamotte / Composition et interprétation musicale : Stracho Temelkovski Création lumières : Arnaud Cabia.

Corps constellaires : « À la base de ce projet transgénérationnel le corps de l’autre est à envisager comme un miroir reflétant aussi bien nos histoires passées que nos pressentiments. Issu d’une rencontre entre des corps et vécus différents, Corps constellaires réunit vingt-deux personnes autour d’une composition sensible faite de nos blessures et nos victoires. »

Chorégraphie : Sylvère Lamotte Création pour 22 danseurs et danseuses amateurs Création mai 2018 à la MPAA dans le cadre des Denses Journées de la Danse.

Du 4 au 6 février | LE Tarmac – La Scène Internationale francophone 20h Aïcha M’Bareck et Hafiz Dhaou Ces gens là !

Ces gens là !, Cie Chatha © Blandine Soulage.

« Comme souvent dans leur pièce, d’une situation banale comme celle de cette chanson de Jacques Brel tel un croquis social, Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou en font un appui pour parler du mal moderne : la communication… ses excès, ses travers. »

Conception et Chorégraphie : Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou. Interprètes : Stéphanie Pignon, Johanna Mandonnet , Gregory Alliot, Fabio Dolce, Phanuel Erdmann. Performeur : Heythem Achour Alias OGRA. Univers sonore : Heythem Achour Alias OGRA et Hafiz Dhaou. Lumière : Xavier Lazarini.

Du 6 au 9 février | Centre Pompidou avec le Théâtre de la Ville, hors les murs 20h30 Fabrice Lambert Aujourd’hui sauvage création

Aujourd’hui Sauvage, Fabrice Lambert © Jean-Louis Fernandez.

« Aujourd’hui, Sauvage questionne nos limites et nos connaissances (et poursuit ainsi les questions abordées avec Jamais Assez). Dans un dispositif visuel envoutant, un labyrinthe de lumières structurant l’espace, elle rend compte d’une certaine forme d’inconnu, d’une “non connaissance”, et des intuitions qui nous obsèdent et nous engagent dans des paris insensés. Que fait-on aujourd’hui de ce qui reste sauvage, de l’ordre de l’intuition ? De ce que l’on ne maîtrise pas ? Aujourd’hui, Sauvage m’invite à explorer nos mouvements sauvages (et non le mouvement des sauvages), nos mouvements fondamentaux, instables, inconnus, mais aussi générateurs. Ceux que nous n’avons pas encore appréhendés. Il fera naître des territoires modernes, qui n’ont pas encore été défrichés. »

Chorégraphie : Fabrice Lambert Interprétation : Aina Alegre, Jérôme Andrieu, Mathieu Burner, Benjamin Colin, Vincent Delétang, Corinne Garcia, Hanna Hedman, Yannick Hugron. Assistante : Hanna Hedman. Lumières : Philippe Gladieux. Scénographie et costumes : Sallahdyn Khatir. Vidéo : Yann-Loïc Lambert. Musique : Marek Havlicek et Benjamin Colin. Régie générale : Christian Le Moulinier, Didier Alexandre et Florent Fouquet. Direction de production : Olivier Stora.

7 et 8 février | Théâtre de la Cité internationale 20h30 Louis Barreau Montagne dorée création

Montagne dorée, Louis Barreau © Thibault Montamat/Didier Olivré.

« La relation entre la danse et la musique fonde l’existence de Montagne dorée. Les Variations Goldberg (composées par J.S. Bach à la fin de sa vie en 1741) constituent un chef-d’oeuvre de l’histoire de l’art et de l’humanité que j’ai tenté d’analyser et de comprendre, avec lequel je me suis mis en dialogue. Les Variations, en dépit de leur complexité, ont surtout été pour moi une très riche source de créativité, de soutien et de clarté. Elles sont à mes yeux universelles, car elles s’adressent à tous les êtres. »

Chorégraphie : Louis Barreau Danse : Marion David et Thomas Regnier. Musique en live : Variations Goldberg, Johann Sebastian Bach ; interprétées par Félix Dalban-Moreynas. Plateau lumière : Arthur Gueydan. Costume : Marion Benages. Coordination de projets : Jessica Piris.

13 et 14 février | MAC de Créteil 20h Catherine Diverrès Jour et Nuit création

Jour et nuit, Catherine Diverrès © David  Ben Loulou.

« Quel serait pour vous un Jour une Nuit ? telle sera la question posée aux interprètes et aux collaborateurs, mais je la pose à vous aussi. Jour et nuit, conjugués au pluriel, le sens est diff érent, mais tout est permis, tout est possible, lorsque l’on ouvre l’espace de son imaginaire et de sa pensée. Existe-il un Sens à l’alternance du jour et de la nuit ? Je me donnerai pour cette dernière pièce la plus grande liberté stylistique. voyager entre le baroque, l’expressionisme, l’abstraction lyrique ou le romantisme, peu importe ! Avec jubilation ! Aucune contrainte d’expression ne prévaudra sinon d’ouvrir l’espace poétique au cœur de chacun des interprètes, celui-ci peut nous, vous ressembler, rassembler, diviser ? »

Chorégraphie : Catherine Diverrès. Danseurs : Pilar Andres Contreras. Alexandre Bachelard, Lee Davern, Nathan Freyermuth, Harris Gkekas, Capucine Goust,  Isabelle Kurzi, Rafael Pardillo, Emilio Urbina. Collaboration artistique et scénographie : Laurent Peduzzi. Création lumière : Marie-Christine Soma assistée de Fabien Bossard. Son : Kenan Trévien. Costumes : Cidalia da Costa. Direction technique : Emmanuel Humeau, textes : Hymnes à la nuit, Novalis (extraits). Musique (en cours…) : Seijiro Murayama, Shirley Bassey, Alban Berg, Jimmy Hendrix.

15 et 16 février | Atelier de Paris / CDCN le 15.02 à 20h30 et le 16.02 à 18h Sylvère Lamotte Écho d’un infini création

L’écho d’un infini, Sylvère Lamotte © Virginie Kahn.

« Cette nouvelle création figure le corps comme infiniment pluriel et indéfiniment plastique, envisagé dans son rapport au temps et à la mémoire. Dans la continuité d’un projet chorégraphique centré sur la question du toucher, sur la façon dont un contact est toujours ouverture à l’autre, Écho d’un infini entend dépasser la conception de l’enveloppe corporelle comme simple contenant pour mieux pouvoir appréhender la richesse de son contenu. »

Conception et chorégraphie : Sylvère Lamotte. Interprètes : Brigitte Asselineau, Marie-Julie Debeaulieu, Paco Decina, Jean Charles Jousni, Sylvère Lamotte, Jean-Yves Phuong. Composition musicale : Fredéric Malle. Création lumières : Laurent Schneegans.

18 et 19 février | Le Générateur 20h30  Benoit Canteteau h o m création et  Marinette Dozeville Là, se délasse Lilith…

h o m

hom#2, Benoit Canteteau © Groupe FLUO.

« Dans h o m, il s’agit du corps au travail, un travail très particulier car le danseur, au cours de la représentation, a pour tâche de construire un mobile, une sculpture qui au final atteindra 8m d’envergure pour 2m20 de hauteur. Il est accompagné, aidé, empêché par les commentaires et la musique d’une musicienne/comédienne présente sur le plateau. Le dialogue qui se noue entre eux est aussi celui du vacillement intérieur dans l’action, entre désir du contrôle de la matière et acceptation de l’instabilité des choses. »

Conception et interprétation : Benoit Canteteau. Création sonore et musique live : Céline Challet. Aide à l’écriture chorégraphique : Anne Reymann. Conception et réalisation de la sculpture : Benoit Canteteau. Conseiller à la conception et réalisation de la sculpture : Bertrand Malbaux. Directrice de production : Sidonie Rochon.

Là, se délasse Lilith…  Manifestation d’un corps libertaire

Là, se délasse Lilith, Marinette Dozeville © Alain Julien.

« Personnage issu de la tradition hébraïque mais ne figurant plus dans les textes bibliques, Lilith serait la première femme, véritable égale d’Adam. C’est pour son statut censuré d’équivalente masculine qu’elle est devenue l’emblème de nombreux groupes féministes militant via la représentation du corps féminin : une personnalité libertaire non-conformiste qui symbolise non sans violence l’opposé de l’étalon féminin entretenu et valorisé dans nos sociétés patriarcales. »

Chorégraphie et Interprétation : Marinette Dozeville. Création Musicale et Interprétation : Uriel Barthelemi. Formateur Shibari : Cyril Grillon. Dramaturgie : Stéphanie Auberville.Collaborations artistiques : Benjamin Duval et Frédéric Xavier Liver / Scénographie : Barbara Kraft / Création lumière : Marine Molard

20 février | Micadanses 20h Thomas Lebrun Blitz 3ème édition

« Blitz génération « Je danse, Tu danses, Nous danserons » Pour répondre à l’invitation de Christophe Martin d’élaborer cette soirée Blitz 2019, j’ai souhaité proposéer une soirée mettant en avant ce qui serait pour moi deux des axes fondamentaux de nos métiers de chorégraphe et de danseur : la valeur et le plaisir de la transmission, et la nécessité de voir des danseurs et des chorégraphes de tous âges et de tous physiques sur les plateaux. Un concept simple pour cette soirée de courtes performances : proposer à un certain nombre de danseurschorégraphes qui se sont fait connaître voici plusieurs décennies, de choisir un jeune danseur-chorégraphe, de la « nouvelle ou de la prochaine génération » comme on dit, et de se rencontrer au plateau en improvisant sur des chansons choisies. Soit : « Tout d’abord, Je danse ma chanson Ensuite, Tu danses ma chanson Pour finir, Nous danserons ta chanson » Ça parle de filiation, de transmission, de plaisir et de rencontre. De valeur et d’importance des « anciens », d’une danse vivante à n’importe quel âge, dans n’importe quel corps. De la nécessité pour chacun de nous de partager cela ensemble. » Thomas Lebrun

Chorégraphie et interprétation :

Odile Azagury / Jessie-Lou Lamy-Chappuis

Christine Bastin / ?

Christine Corday / Sophie Lèbre

Christine Gérard / Anne-Sophie Lancelin

Jean Guizerix / Laure Daugé

Daniel Larrieu / Anna Chirescu

Thomas Lebrun / Emmanuel Eggermont

Où et quand ?

Faits divers du 14 janvier au 20 février 2019 dans divers lieux de Paris et alentour

micadanses (paris 4e ) Théâtre de la Cité internationale (paris 14e ) Théâtre de la Bastille (paris 11e ) Le Carreau du temple (paris 3e ) Centre culturel suisse (paris 4e) MpAA / Saint Germain (paris 6e ) Le tarmac – La scène internationale francophone (paris 20e ) Centre Pompidou (paris 4e ) MACCréteil (94) Atelier de paris / CDCN (paris 12e ) Le Générateur (Gentilly 94).

Image de Une, visuel de Faits d’hiver 2019, tous droits réservés, photo Forward, Edouard Hue crédit Grégory Batardon.

Written By
More from Véronique

Festival de Marseille 2019

Le festival, dirigé par Jan Goossens,  irrigue la cité phocéenne pendant 3...
Read More