Escapades dansées à Grenoble

On les souhaite, on les attend et on croise les doigts pour qu’elles aient lieu en ces temps de pandémie dont on ne voit pas la fin. En attendant on salue la belle initiative née sous l’impulsion de La Rampe-La Ponatière d’Echirolles l’an dernier et qui cette année s’appuie sur un réseau de cinq partenaires de la métropole grenobloise, La Rampe-La Ponatière d’Échirolles, L’Odyssée d’Eybens, le TMG – Théâtre municipal de Grenoble, l’Amphithéâtre de Pont-de-Claix et Le Pacifique CDCN de Grenoble, pour diffuser 7 spectacles chorégraphiques lors de six soirées.

Les structures ont choisi pour ces nouvelles Escapades, le fil rouge de l’intime et nous voyagerons au pays de la mémoire, de l’identité et de la famille, en explorant à travers la danse comment faire vivre la mémoire des objets, convoquer un ancêtre, ou se dégager des diktats sociaux ?

Une programmation riche pour tous les âges et qui donne la part belle aux artistes du territoire Rhônalpin. C’est aussi un chorégraphe grenoblois, François Veyrunes de la Cie 47.49, qui a été choisi pour accompagner les spectateurs dans leur parcours autour des spectacles et de la notion d’intime lors de 3 rendez-vous :

Une conversation avec François Veyrunes autour de la thématique « la danse et l’intime » en présence d’artistes programmés dans le cadre des Escapades dansées. Mercredi 3 février 18h30, Salle Juliet Berto (Grenoble). Gratuit. Réservation indispensable auprès du TMG 04 76 76 33 72

Un atelier de découverte sensible de la danse avec François Veyrunes. Samedi 13 mars 10h-12h, Odyssée (Eybens). Gratuit. Dès 7 ans (les enfants doivent être accompagnés d’un adulte). Réservation indispensable auprès de l’Odyssée 04 76 62 67 47

L’échauffement du·de la spectateur·trice par François Veyrunes : histoire d’aiguiser son regard, François Veyrunes propose un échauffement de quelques minutes avant les spectacles suivants : elGed(j)i & Ceci n’est pas une femme blanche, Contrepoint & Ellipse, Cercle & Pièce à vivre. Participation depuis les places en salle.

Programme des Escapades dansées 

Mardi 12 janvier 20h, plateau partagé, La Ponatière, Échirolles

elGed(j)i, Rafael Smadja & Ceci n’est pas une femme blanche, Marion Alzieu

Ceci n’est pas une femme blanche, Marion Alzieu (c) Paolo Porto.

elGed(j)i raconte le long voyage de Ruben, parti du Caire pour la France où il ne devait pas rester ; c’est pourtant ici qu’il finira par se sentir chez lui. Sur le plateau, le mouvement se répète, se transforme, s’évapore lentement ou résiste solidement face à la partition musicale réalisée en live. Ode à la traversée et au mouvement, Rafael Smadja témoigne du mouvement des êtres par le corps et la musique, de ce qu’ils laissent derrière eux et de ce qu’ils trouvent. 

Chorégraphie et mise en scène Rafael Smadja, création musicale live et arrangements Alexandre Daï Castaing, création lumière Stéphane Avenas, création costumes Mélie Gauthier, regard sur le mouvement Cédric Gagneur, Branca Sheidegger, regard sur la dramaturgie Jann Gallois.

Avec Ceci n’est pas une femme blanche, Marion Alzieu propose de tenter de se défaire d’une identité qui nous est donnée à la naissance, pour revenir à la nature et à l’essence de ce que nous sommes : de la chair, des muscles. Se raconter à travers une absence de quelque chose, juste être, sans avoir peur de l’inconnu, du flou et de l’innommable. Une soirée pour découvrir à quel point la danse peut nous parler de l’intime.

Chorégraphe et interprète Marion Alzieu, composition musicale Michael Avron, lumières Jean-Pierre Nepost.

Rencontre avec les artistes à l’issue des représentations.

Jeudi 14 janvier 19h30, Le Pacifique CDCN, Grenoble

la séance, Benjamin Coyle I Compagnie Kopfkino

la séance, Benjamin Coyle/Kopfkino (c) Romain Tissot.

Dans une création qui mêle danse, chansons et objets, Benjamin Coyle nous invite à une cérémonie intime où l’action de se souvenir devient une matière concrète. Un spectacle qui invite chacun à revenir à sa propre existence et à celles et ceux qui ont disparu. Deux danseurs et un musicien en live fabriquent ainsi un monde sensible autour de la question de l’absence. 

Chorégraphie et scénographie Benjamin Coyle, interprètes Benjamin Coyle et Lauriane Douchin, musique en live Gilles Poizat, texte et chanson Benjamin Coyle, Lauriane Douchin, Gilles Poizat, dramaturgie Konrad Kaniuk, regard extérieur Alice Masson, lumière Julien Poupon, son Geoffroy Daguet, costumes Marie Odin, production Nadia Polle & Kopfkino.

Rencontre avec les artistes à l’issue de la représentation.

Mardi 2 février 20h, L’Odyssée, Eybens

Contrepoint & Ellipse, Yan Raballand I Compagnie Contrepoint

Ellipse, Cie Yan Raballand (c) Guillaume Niemetsky.

Plongée dans l’univers du chorégraphe Yan Raballand, pour qui le contrepoint est non seulement une source d’inspiration mais aussi le support d’une recherche permanente de l’alchimie entre musicalité, écriture chorégraphique et relation aux interprètes.

Contrepoint met en jeu un duo de danseurs pour évoquer le contrepoint comme un horizon d’inspiration. 

Chorégraphie Yan Raballand avec Evguénia Chtchelkova et Yan Raballand, lumières Laurent Matignon, David Debrinay & Thibaut Garnier, musiques Francine Ferrer, Madame Miniature et Max Richter, costumes Dominique Fabrègue et Robin Chemin.

Ellipse confronte un homme avec une roue Cyr, qui offre la possibilité d’un jeu permanent autour de l’équilibre. 

Chorégraphie Yan Raballand, roue Cyr Rémy Bénard, violoncelle Guillaume Bongiraud, lumières Thibaut Garnier, costumes Marion Clément.

Mercredi 3 février 20h, TMG Grand Théâtre, Grenoble

Cercle, Olé Khamchanla I Compagnie Kham

Cercle, Olé Khamchala (c) Ben Becker.

Avec ce spectacle, Olé Khamchanla nous invite à entrer dans le cercle, comme le symbole d’une boucle infinie qui interroge l’être humain, ses origines, ses inspirations et ses interactions avec l’autre. Un solo singulier inspiré du métissage culturel et technique du danseur, nourrit de culture hip hop, de danses traditionnelles laotiennes et de danse contemporaine.

Chorégraphie et danse Olé Khamchanla, musique Detlen, lumière Michel Vendittelli.

Jeudi 8 avril, 20h, La Ponatière, Échirolles

Pièce à vivre, Sylvie Guillermin

Pièce à Vivre, Sylvie Guillermin (c) Jean-Pierre Maurin.

Avec ce spectacle, Sylvie Guillermin danse partout et chorégraphie dans tous les coins. Accompagnée d’Arash Sarkechik, musicien, elle investit La Ponatière et crée un spectacle qui s’invite dans la banalité de nos espaces de vie. Une sorte de voyage à domicile décalé et réjouissant au cœur de l’intime, en danse, textes, chant, musique et vidéo. Après trente ans de création, Sylvie Guillermin s’interroge. Qu’est-ce qui peut le mieux faire sourire, interpeller, remettre en question une chorégraphe si ce n’est l’acte de création lui-même ? Découvrir un spectacle en telle proximité, au cœur de l’intime, c’est rare : une pièce à vivre !

Direction artistique et interprétation Sylvie Guillermin, création musicale Arash Sarkechik et Smadj, costumes Catherine Béchetoille, création lumières et vidéo Julien Huraux, accompagnement artistique Serge Pauthe et Fanny Chiressi, regard extérieur Déborah Salmirs.

Vendredi 9 avril, 18h, École élémentaire Îles de Mars, Amphithéâtre, Pont de Claix 

Danse à la carte, Giulia Arduca I Compagnie Ke Kosa

Danse à la carte, Giulia Arduca (c) Stéphane Tasse.

Quinze thèmes, quinze musiques pour quinze improvisations : tout ce qui constitue Danse à la carte est réinventé à chaque représentation. Un spectacle tout terrain, imprévisible et unique, à savourer dès 7 ans ! Devant quelques costumes accrochés sur une ficelle à l’italienne, Giulia Arduca, danseuse et chorégraphe, et Pascal Thollet, musicien, embarquent avec les spectateurs vers l’inconnu. Chaque solo de danse est provoqué par un mot caché au fond d’enveloppes amenées par la danseuse. Du mot naît le mouvement. Du mouvement éclot la danse.

Conception et interprétation Giulia Arduca musique, régie son et lumière Pascal Thollet.

Où et quand ?

Escapades dansées du 12 janvier au 9 avril 2021 dans les cinq lieux partenaires : La Rampe-La Ponatière d’Échirolles, L’Odyssée d’Eybens, le TMG – Théâtre municipal de Grenoble, l’Amphithéâtre de Pont-de-Claix et Le Pacifique CDCN de Grenoble.

Infos pratiques : Afin de faciliter la circulation des publics et de permettre au plus grand nombre de profiter de ces Escapades dansées, un Pass Escapades dansées à 2€ est mis en vente dans chacune des salles partenaires permettant de profiter des propositions programmées dans le cadre des Escapades dansées à des tarifs réduits. La réservation et l’achat des places se font auprès de chaque salle partenaire (sauf pour le spectacle la séance où les places sont uniquement en vente à La Rampe-La Ponatière et non au Pacifique CDCN de Grenoble).

Image de Une, elGed(j)i, Rafaël Smadja crédit photo Jody Carter.

Written By
More from Véronique

Le festival A corps a de la ressource

Du 25 mars au 11 avril, le festival annuel de Poitiers (86)...
Read More