Desire’s series, Cie SINE QUA NON ART

La question du désir comme préalable à la nouvelle création de la compagnie SINE QUA NON ART, un solo pour entamer ce qui pourrait être une série consacrée à cette thématique, une rencontre avec le travail de l’artiste brésilien Fabio Da Motta qui conjugue shibari (technique japonaise de bondage), Ikebana (composition florale) et art visuel (photos,vidéo) et voici que prend corps Desire’s series à travers la présence sur scène de Christophe Béranger. Révélé par les costumes parures de Fabio Motta, le corps du danseur est contraint par les cordages et poétisé par la présence des fleurs fraîches. Il devient un être hybride dans lequel nature et culture sont indissociablement liées. Une créature à la fois contrainte, vulnérable et d’une puissance évocatrice incroyable.

Desire’s series, Cie Sine Qua Non Art (c) SINEQUANONART.

Un solo à la fois puissant et poétique qui travaille la question du désir sous plusieurs angles comme nous l’a expliqué le danseur- chorégraphe.

Le travail préparatoire au solo a été mené pendant 3 semaines lors desquelles Fabio Motta a tissé, chaque jour,  différents filets sur le corps de Christophe, cachant certaines parties du corps pour mieux en révéler d’autres. Appareillant le corps du danseur de parures de fleurs fraîches tout aussi somptueuses qu’elles sont fragiles et éphémères. Des photos et des vidéos ont été faites de cette préparation préalable qui apparaissent sur scène en arrière plan du solo, sorte de mise en abîme ou fragmentation/démultiplication des représentations, comme autant d’images du désir autour d’un même corps. Une heure et demi est nécessaire avant chaque représentation pour “costumer” le danseur. Les gestes ont été transmis par Fabio Motta à Jonathan Pranlas-Descours pour le Shibari et à Dorothée Sullam pour l’Ikebana.

Desire’s series, Cie Sine Qua Non Art (c) SINEQUANONART.

Un costume qui dévoile autant qu’il contraint et qui nécessite des ajustements physiques permanents : trouver le mouvement dans l’immobilité, travailler sur l’intériorité et la donner à voir, trouver du jeu sous la contrainte. Engager en permanence un dialogue entre puissance et vulnérabilité…à l’image de notre planète qui sous les coups portés par notre exploitation sans éthique réagit par des phénomènes extrêmes et chaotiques.

Desire’s series, Cie Sine Qua Non Art (c) SINEQUANONART.

Car ce solo répond aussi à des interrogations plus profondes des deux chorégraphes sur notre rapport au monde. L’idée que l’homme se présente d’abord comme un être désirant qu’il s’agisse du désir sexuel ou d’un désir de réalisation, d’accumulation, de reconnaissance, l’humain semble prêt à brûler la planète et à s’auto-détruire sans conscience dans cette course effrénée pour assouvir ses pulsions désirantes. Un individualisme forcené qui confine à l’égotisme et qui questionne aussi  les deux chorégraphes de la compagnie dans leur rapport à la création.

Desire’s series, Cie Sine Qua Non Art (c) SINEQUANONART.

Desire’s series engage le corps de l’interprète par l’intime dévoilé, par la proximité avec le public. Par la ritualisation des techniques ancestrales utilisées, ce solo nous renvoie à notre capacité d’humains à transfigurer la matière brute en oeuvre d’art…et nous fait aussi pressentir la limite fragile et ténue entre transfiguration et destruction.

Desire’s series, Cie Sine Qua Non Art (c) SINEQUANONART.

Accepter que le désir soit contraint, retenu, que son assouvissement ne soit pas immédiat mais différé, accepter que de la contrainte ou du dépouillement puisse surgir la poésie. Desire’s serie peut se lire comme un acte poétique posé à l’égal d’un acte politique, une façon de nous questionner sur la place que nous voulons donner à nos désirs tout en respectant la nature et notre humanité ! 

Desire’s serie (solo performance/ art visuel in situ création 2020)

Conception – chorégraphie : Jonathan Pranlas-Descours, Christophe Béranger. Collaboration – création art visuel / costume : Fabio Motta. Performance : Christophe Béranger. Images et montage vidéo : Jonathan Pranlas-Descours. Habillage floral : Dorothée Sullam / Chez Marguerite. Musique: Philip Glass – Antonio Vivaldi – Marc-Antoine Charpentier – Jean-Philippe Rameau. Production: SINE QUA NON ART

Où et quand ?

25 janvier 2020 Festival 30/30 – Halles des Chartrons / Bordeaux

29 – 30 – 31 janvier et 1er février 2020 Chapelle des Dames Blanches / La Rochelle

Pour en savoir plus sur la compagnie SINE QUA NON ART c’est ici !

Image de Une, visuel de Desire’s serie,  Cie SINE QUA NON ART, crédit photo SINEQUANONART.

Written By
More from Véronique

festival Signes de printemps

Dès mars toute l’équipe du Regard du cygne et ses partenaires convie...
Read More