Danse à tous les étages invite Gaëlle Bourges en Finistère

De mars à mai 2018, l’association bretonne Danse à tous les étages offre un focus à la chorégraphe qui traversera Brest, Tregunc, Porsporder et Pont-Aven avec 5 propositions : conférence, performance, spectacle, visite dansée au musée.

« Le travail de Gaëlle Bourges témoigne d’une inclination prononcée pour les références à l’histoire de l’art, et d’un rapport critique à l’histoire des représentations : elle signe, entre autres, le triptyque Vider Vénus (une digression sur les nus féminins dans la peinture occidentale), À mon seul désir (sur la figure de la virginité dans la tapisserie de La Dame à la licorne), et Lascaux (la scène du puits dans la grotte éponyme). Elle crée en mars 2017 Conjurer la peur, d’après la fresque du “bon et du mauvais gouvernement“, peinte par Ambrogio Lorenzetti dans le palais public de Sienne.

Récemment elle signe Le Bain une pièce jeune public qui plonge dans l’histoire de l’art en s’appuyant sur deux tableaux du 16ème siècle: Diane au bain et Suzanne au bain.

Les Nus qui fâchent (conférence)- 7 mars, 18h30 – Auditorium des Capucins, 25, rue de Pontaniou, 29200 Brest

La présence du nu sur la scène chorégraphique ou dans la performance peut provoquer troubles esthétiques et déplacement de frontières : celles de l’ordre social, moral, sexuel, de la juridiction, du genre…

Traversé d’exigences politiques, philosophiques, mais aussi engagé dans des expérimentations plastiques et esthétiques, le performer nu met en crise les normes du monde de l’art comme de la société qui lui est contemporaine. Les pratiques du danseur ou du performer alors interrogent, dérangent, irritent – qu’il se mette en danger, agisse par excès ou par soustraction, explore la matérialité triviale de son corps ou la simplicité exacerbée de formes quotidiennes. Comment regarder pourtant ces gestes, et accueillir ce qu’ils nous disent ?

Entrée libre dans la limite des places disponibles. En partenariat avec La médiathèque François Mitterrand-Les Capucins.

Incidence 1327 (performance)  – 10 mars, 19h, SalleHerri Léon, rue du Port 29840 Porspoder

L’incidence d’une rencontre ne se mesure pas toujours dans la minute ; elle se présente même, quelquefois, sous la forme d’une incidence rasante. C’est ce que Gwendoline Robin et Gaëlle Bourges vont tenter : mesurer l’incidence rasante de leur point de rencontre en suivant les traces de Pétrarque voyant Laure pour la première fois à Avignon, un 6 avril 1327. Histoires, langues et fumées devraient jalonner le sentier qui dévale vers 1327. Il y aura de l’aléatoire et de l’improbable ; des événements qui ne seront pas certains, et qui surgiront où on ne les attend pas.

Programmée à la suite d’une restitution d’ateliers donnés par Gaëlle Bourges et Camille Gerbeau à des écoles de danse du territoire : Les Pieds Nus à Brest et L’Ar(t)icoche à Porspoder, organisés en partenariat avec Musiques et Danses en Finistère. La soirée commence par la restitution à 19h. Prix libre.

Conjurer la peur, Gaëlles Bourges (c) Danielle Voirin.

9 détails du bon et du mauvais gouvernement (conférence)– 18 avril, 18h, UFR Lettres et Sciences Humaines, Brest.

Conversation autour du spectacle Conjurer la peur avec Gaëlle Bourges et Marco Villari. En partenariat avec le LABERS et le dispositif « Fac amie des arts ». Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Le Bain, Gaëlles Bourges (c) Danielle Voirin.

Le Bain (spectacle) – 22 avril, 17h, MJC Le Sterenn, rue Jacques Prévert 29910 Trégunc

Le Bain plonge dans l’histoire de l’art en s’appuyant sur deux tableaux du 16e siècle : Diane au bain d’après François Clouet et Suzanne au bain duTintoret.

Pour les faire apparaître, trois performeuses manipulent eau douce, poupées, lapins, grenouille, vieillards et tête de cerf, ajoutés à quelques accessoires de toilette. Mêlant danse, chant et récit, Le Bain propose d’ouvrir une voie à la relation des enfants (et de leurs parents) à la représentation des corps dans l’histoire de l’art. En partenariat avec la MJC le Sterenn.

Visite guidée– vendredi 4 mai, 18h30– Musée de Pont-Aven, Place Julia 29930 Pont-Aven

Visite guidée, parlée et dansée du musée de Pont-Aven à partir du tableau Le nu de la Comtesse d’Hauteroche de Seguin.

Parallèlement Danse à tous les étages poursuit son projet de développement de la danse en Bretagne et s’avère un outil qui s’inscrit en partenariat et en complémentarité avec plus de 100 structures culturelles et sociales sur la Région. Ce printemps outre un focus sur Gaëlle Bourges, l’association invite à découvrir et partager le travail de la performeuse afghane Kubra Kadhemi, et de rencontrer les premiers pas dansés de personnes en exil, ainsi que de réfléchir avec de jeunes auteurs sur leurs futurs parcours.

Déplaces, mardi 22 mai, 20h, Le Musée de la danse, Rennes

Un temps long de création partagée Déplaces suscite la rencontre, l’échange, la créativité. Expérience sensible et collective, le projet rassemble des personnes en situation de migration et des habitants issus des projets de l’association Danse à tous les étages. Ce projet propose de créer une bulle dans laquelle chacun peut suspendre son quotidien, son chemin de vie pour mieux l’exprimer, le partager.

Danse, théâtre, dessin… seront autant de supports pour permettre l’échange et le tissage de liens au sein du groupe. À partir de la poésie de ces corps métissés, Déplaces saura se nourrir des matières, des paroles, des gestes échangés pour construire un propos chorégraphique.

Depuis le mois de janvier, jeunes en situation de migration (16-25 ans) et des habitants rennais suivent des ateliers de création sur une période de 4 mois (janvier à mai 2018) tous les mercredi après-midi au Musée de la danse, CCN dirigé par Boris Charmatz. Ces ateliers sont dirigés par les artistes-associés suivants Léa Rault (chorégraphe), Arnaud Stephan (metteur en scène), Maëlle de Coux (dessinatrice) et Gaël Desbois (musicien). Les séances sont construites depuis leurs idées, leurs envies, leurs humeurs et leurs bagages. Ils serviront de base à un travail chorégraphique mené conjointement par 4 artistes issus de disciplines différentes. La matière chorégraphique créée se veut transdisciplinaire. Le processus de création évoluera, sur cette idée de départ, avec le groupe, dans un va et vient entre la parole, le mouvement, la musique et le dessin, permettant ainsi de faire émerger des matières éphémères et, dans le même temps, d’en garder la trace. Maëlle de Coux dessinera tout au long des ateliers, constituant ainsi une véritable captation graphique du processus.

Et un espace pour les femmes

Au printemps 2018, des ateliers chorégraphiques seront également proposés à un groupe de femmes réfugiées et hébergées au Cada de l’association Coallia. Catherine Legrand, puis Kubra Khademi viendront à leur rencontre pour partager une danse, des danses…

Pour en savoir plus sur le projet Déplaces, c’est ici !

La rencontre, rencontre professionnelle Tremplin jeudi 31 mai – 9h30 / 18h, Le Garage, Rennes

Jody Etienne, Laurent Cebe, Léa Rault et Alina Bilokon, Ashley Chen, Claudia Catarzi, Sylvère Lamotte, Raphaël Soleilhavoup, Léonard Rainis et Katell Hartereau, Sébastien Laurent, Simon Tanguy, Jennifer Dubreuil.

En savoir plus sur Danse à tous les étages c’est ici !

Image de Une, visuel de Conjurer La peur, Gaëlles Bourges crédit photo Danielle Voirin.

 

Written By
More from Véronique

Le Temps d’Aimer la danse

Comme chaque année Biarritz s’anime sous le Temps d’Aimer la danse, 10...
Read More