Bien fait ! troisième édition

Micadanses sous la direction de Christophe Martin propose la troisième édition du festival Bien Fait ! Une dizaine de jours pour découvrir des créations intrigantes nées d’écriture et de parcours singuliers, une façon de diffuser la diversité de la danse contemporaine au cœur de Paris.

Calendrier

Mardi 18 septembre à 20h

Pierre-Emmanuel Sorignet Les Passagers création

Pierre Emmanuel Sorignet, Shake YourBody (C) Philippe Weissbrodt.

« Sur ce projet consacré au vieillissement, l’usage de l’observation et de l’entretien sociologique permet d’ancrer le propos sur la singularité des interprètes mais aussi de produire des effets de comparaisons, de différenciations. Ces entretiens ont été recueillis en amont du travail scénique et structurent en partie la dramaturgie. Il s’agit de mettre à contribution les interprètes dans un travail de réflexivité sur leur propre histoire et de mettre en place une physicalité en lien avec le propos. Cela permet à la fois l’émergence de l’émotion et d’un travail du corps à partir de l’individu tout en y apportant une dimension plus universelle à travers la chorégraphie et l’objectivation des contraintes sociales dont chacun est le produit. »

Collectif Beit. Idée originale et chorégraphie : Pierre-Emmanuel Sorignet. Danseurs et co-auteurs : Pascal Allio, Damiano Foa, Nordine Hamimouch. Assistant du chorégraphe : Nordine Hamimouch. Lumières : Damiano Foa. Musique : Damiano Foa, Patti Smith, en cours..

Nathalie Pernette Ikche Wishasha – L’homme nouveau

L’homme nouveau, Nathalie Pernette (c) Franck Gervais.

« Et si l’Homme nouveau était une femme ? Plus sérieusement, cette pensée, ce mouvement, cette tentative de transformer l’être et les liens, le personnel et le collectif a souterrainement influencé ma vie professionnelle et privée. Ma place de femme vis-à-vis de la gent masculine, une volonté farouche d’égalité et de justice, comme la construction d’une compagnie au fonctionnement par pôles de responsabilité doit à cette utopie et à une enfance bercée par une pensée d’extrême gauche. Que reste-t-il aujourd’hui de l’Homme nouveau ? Une déception, un ratage, un nouvel espoir ?… »

Chorégraphie : Nathalie Pernette, assistée de Regina Meier. Interprétation : Nathalie Pernette. Création musicale : Franck Gervais avec la voix de Jean-Pascal Vendange et des extraits choisis du Manifeste du Parti communiste. Costumes : Fabienne Desflèches. Conception des tatouages éphémères : Daniel Pernette, Marc Simonart. Lumières et régie générale : Caroline Nguyen.

Samedi 22 septembre à 19h

Olivier Bioret Précoces récoltes création

Précoces récoltes, Olivier Bioret © Bioret.

« Préparant la création de A travers (le bruit de la pluie qui tombe), trente-sept danseurs ont formé une chaîne de transmission du mouvement. Inventée en Novembre, une phrase de danse s’est transmise de danseur en danseur, tel un relais, chaque semaine jusqu’en juin, accumulant les variations, trahissant les signatures involontaires. Elle s’est incarnée grâce à Max, Yan, Jérôme, Vincent, Daniel, Cécile, Maxime, Noëlle, Blandine, Francesca, Elsa, Léa, Susy, Julien, Marie, Lola, Jérémy, Laurie, Mathilde, Alexandra, Claire, Alexia, Claire, Benjamin, Irénée, Marie-Charlotte, Marie, Sandra, Angela, Corentin, Marion, Bérangère, Lou, Arielle, Blandine, Aimée et Christine. Ce sont les matériaux rassemblés durant ce long processus qui sont présentés et performés dans Précoces Récoltes. »

Chorégraphie : Olivier Bioret

Laura Arend ANNA création

ANNA, Laura Arend (c) A. Komenda.

« Laura Arend, accompagnée de Fanny Sage, a voulu retracer les destins exceptionnels de 5 femmes allemandes. C’est donc à Clara Schuman, musicienne, Lise Meitner, scientifique, Sophie Scholl, résistante, Clärenor Stinnes, aventurière, et Pina Bausch, artiste, que cette pièce rend hommage. C’est par amour et fascination du corps de la femme en mouvement que Laura Arend offre cette ode à la féminité, à la liberté d’être, d’aimer, de vivre et de se réaliser en tant que femme ! »

Chorégraphie : Laura Arend. Interprètes : Laura Arend et Fanny Sage. Œil extérieur : Lola Mino. Management et RP : Géraldine Fournier / 35 Juin. Compagnie : Laboration Art Company.

Lundi 24 septembre à 20h

Lila Derridj Une bouche

Une bouche, Lila Derridj © Thomas Barlatier.

« Une Bouche est l’utopie d’une femme au corps singulier, riche d’une double culture algérienne et française. C’est une ode à tous les possibles du corps. Un cri pour affirmer que la pensée collective d’un corps idéal est excluante et discriminante. Dans cette pièce, La beauté se trouve dans le déséquilibre et la puissance dans la fragilité. Une Bouche invite à suivre les mutations d’une créature sensuelle qui plonge dans ses libertés retrouvées. »

Chorégraphe / Interprète : Lila Derridj. Dramaturge : Michel Cerda. Assistante chorégraphique : Pauline Brottes. Assistante à la mise en scène : Naema Boudoumi. Plasticienne / Costumière : Élizabeth Saint Jalmes. Créateur sonore / Musicien : Thomas Barlatier. Création Lumière : Charlotte Gaudelus.

Leïla Ka Pode ser

Pode Ser, Leïla Ka, Fabbrica Europa 18 @Alexander Corciulo.

« Pode Ser illustre la difficulté d’être soi ; il est question de limites, d’aspiration mais aussi de désarroi. Peut-être le désarroi d’être au monde et de n’être que soi. Leila Ka s’engage seule dans un dialogue brut, à travers différents langages chorégraphiques, à la recherche des identités multiples qui constituent la personne. Entrée dans la danse par les portes du hip-hop, interprète chez Maguy Marin pour May B, elle affronte, dans Pode Ser, le rapport à soi-même, à l’autre, à la société et s’élance dans une sorte de combat qui n’en finira plus. Combat que l’on devine tant à elle-même qu’aux assignations. »

Chorégraphe/Interprète : Leïla Ka. Création lumière : Laurent Fallot.

Christian et François Ben Aïm INSTANTANÉS #1 Anne-Flore de Rochambeau

 

« Ce travail fait dialoguer les ressorts de l’intime et les forces chahutées du dehors. Il se déploie comme l’étude parcellaire de ce qui compose une identité, envisagée comme une matière mouvante. Chaque solo est l’occasion de faire émerger une nouvelle énergie, souterraine, méconnue, une part réservée. Cette étude emprunte au haïku, la poésie de l’instant. Ici, par le mouvement et le geste, les chorégraphes cherchent à saisir cette émotion, immédiate et fugace, à la manière du photographe captant l’instant décisif. Avec ce premier Instantanés, Christian et François Ben Aïm entament un nouveau cycle au long cours qui les mènera à chorégraphier, pour différentes interprètes, une série de soli féminins, sur-mesure. »

Chorégraphie : Christian Ben Aïm. Interprétation Anne-Flore de Rochambeau. Sur les musiques : Estas Tonne, Pablo Arellano, Istvan Sky Kék Ég, Indr Kuliešit – The Song of the Butterfly / A Tribe Called Red – Electric Pow Wow Drum.

Mercredi 26 septembre à 20h

 Delphine Demont Nouvelle lune création

Nouvelle lune, Cie Acajou (c) Hélène Harder.

« Ils sont cinq sur le plateau : Lola, Delphine, Saïd, Odil et Fabien ; ou six peut-être, avec El Hadi parfois sur scène, parfois avec le public, jouant au témoin. L’enjeu n’est pas de savoir qui parmi eux, voit ou ne voit pas, sait ou non écrire des partitions de danse, aime le chocolat noir ou au lait. – Nouvelle lune – se situe dans l’écart existant entre la perception intime d’un corps en mouvement, et la capacité à communiquer ce même mouvement aux autres. Ce décalage est activé sur scène par la transmission en direct d’une phrase de danse, suivant les règles du jeu du téléphone arabe, entre les interprètes. »

Chorégraphe : Delphine Demont. Danseurs : Lola Atger, Delphine Demont, Odil Gerfaut, Saïd Gharbi, Fabien Monrose. Témoin : El Hadi Guidoum. Créateur lumières et régisseur : Mathias Roche. Regard extérieur : Catherine Ferri. Conseil aux costumes : Sothean Nhiem.

Kirsten Debrock et Olivier Soliveret Gone 1ère à Paris

GONE, Olivier Soliveret et KD DANSE © Maïa Jannel.

« Nous sommes partis d’une forme dans un endroit serré…. Un endroit confiné, une cage en quelque sorte, un univers serré ? Ou un cadre structurant ? Notre point de départ était la recherche sur la persistance rétinienne, l’illusion optique et le corps polymorphe. Très vite, nous nous somme rendu compte que ni la vidéo, ni la lumière, ni la danse ne suffisait ; il fallait combiner, allier, mélanger. En projetant une vidéo au devant et par derrière, nous permettons à la danse d’évoluer et d’exister à l’intérieur même des images…répondant ainsi à la lumière. C’est ce qui ferme la cage et donne l’illusion d’optique. »

Conception : Olivier Soliveret et Kirsten Debrock. Chorégraphie / interprétation : Kirsten Debrock. Design sonore/vidéo et lumière : Olivier Soliveret.

Vendredi 28 septembre à 20h

Jean-Christophe Boclé Coltrane Formes création

Coltrane Formes, Jean-Christophe Boclé tous droits réservés.

« L’idée de Coltrane Formes est née au détour d’une exploration dansée durant laquelle étaient apparus des situations et des états énergétiques inhabituels que nous avions finalement appréhendés comme pouvant définir un «entre deux des êtres». Quelques jours plus tard la connexion se faisait avec la musique de Coltrane, lorsque jouant de manière impromptue le thème de Lonnie’s Lament, le contrebassiste donnait en quelques secondes, un support, une raison d’être, au désir de créer déjà existant. »

Chorégraphe : Jean-Christophe Boclé. Danseurs : Pauline Bigot, Steven Hervouet. Musiciens : Ricardo Izquierd (saxophone), Nelson Veras (guitare, guitare électrique), Simon Bernier (batterie), Gildas Boclé (contrebasse, basse électrique). Eclairagiste : Sébastien Canet. Musiques : John Coltrane, Lonnie’s lament, A love supreme : Acknowledgement Pursuance Resolution.

Nasser Martin-Gousset Pop Life Club création

Pop life Club, Nasser Martin-Gousset © Kazari.

 » Je pose le vinyle sur la platine et je me laisse aller. J’improvise, respectant ou non la chronologie des titres de l’album. J’ai choisi Sgt Peppers Lonely Club Heart des Beatles mais cela pourra être Goodbye yellow Brick road d’Elton John, ou par exemple Zabriskie Point des Pink Floyd. Le choix m’appartient selon l’humeur… La « pop » anglo-saxonne des sixties et surtout celle des seventies a cristallisé en moi une mémoire émotionnelle tenace. Ces mélodies sont des messages amicaux où légèreté et profondeur se confondent dans un bain d’insouciance pessimiste. Un eldorado musical. Pop Life Club est le lieu physique et imaginaire où se croisent toutes ces archives sensorielles. « 

Chorégraphe/Interprète : Nasser Martin-Gousset. Régie : Zacharie Dutertre

Où et quand ?

Bien fait !, 3ème Édition du 18 au 28 septembre 2018 à micadanses – Studio May B 15, rue Geoffroy l’Asnier – 75004 Paris / Réservations : 01 72 38 83 77 réservation : www.micadanses.com/billetterie

Image de Une, visuel du festival Bien fait ! 2018 photo Léna Meyer tous droits réservés.

Written By
More from Véronique

Suspiria le film culte de Dario Argento repris par Luca Guadagnino

Une compagnie de danse comme prétexte à un film d’horreur, c’est là...
Read More