La danseuse de Stéphanie Di Giusto, à Cannes

ladanseuse_affiche_print

Des films qui parlent de danse et qui sont sélectionnés au festival de Cannes, il n’y en a pas tant que ça et c’est avec plaisir que l’on peut annoncer la participation de La Danseuse, film de Stéphanie Di Giusto présenté dans la catégorie « un certain regard ». Ce film consacré à la danseuse Loïe Fuller et à sa rencontre avec Isadora Duncan, n’est pas un biopic puisqu’il introduit des personnages fictionnels, il retrace cependant des épisodes de la vie de Loïe Fuller, notamment sa présence à Paris lorsqu’elle était l’égérie des cabarets parisiens jusqu’à danser à l’Opéra de Paris.

La Danseuse Copyright Shanna Besson-Wild Bunch Distribution.

La Danseuse Copyright Shanna Besson-Wild Bunch Distribution.

Restée célèbre pour ses performances scéniques, notamment sa fameuse danse serpentine, Loïe Fuller est moins une danseuse qu’une performeuse jouant excellemment des inventions technologiques de son époque. Inventant des costumes de scène qui la transforme en papillon aux ailes démesurées (ses bras sont prolongés de longues baguettes de bois dissimulées sous des mètres de soie), elle joue des lumières électriques inventant un éclairage nouveau de la scène (dansant sur un carré de verre l’éclairant par en dessous) et utilise des sels phosphorescents pour ses costumes qui deviennent féeriques sous les spots.

Petit film datant de 1905 montrant Loïe Fuller dans une de ses performances.

À la même époque, une autre jeune prodige américaine va venir remettre en question l’esthétique de la danse et la façon même de se mouvoir en proposant une danse libre, inspirée par la Grèce antique et la nature.  Cette danseuse, c’est Isadora Duncan, elle  prône une danse en rupture avec les codes du ballet académique qu’elle juge contre nature, elle propose une danse spontanée, utilisant une grande liberté d’expression et qui va séduire suffisamment pour faire école, reléguant aux oubliettes les propositions esthétiques de Loïe Fuller malgré ses avancées scénographiques.

La Danseuse film de Stéphane Di Giusto tous droits réservés.

La Danseuse film de Stéphanie Di Giusto Wild Bunch Distribution tous droits réservés.

La Danseuse, c’est la confrontation de ces deux destins, lutte permanente pour faire reconnaître son inventivité pour l’une, facilité d’avancer et d’être reconnue pour l’autre. Le film bénéficie d’une distribution impressionnante : François Damiens, Mélanie Thierry, Gaspard Ulliel, Louis-Do de Lencquesaing, Amanda Plummer, Denis Ménochet, avec Soko dans le rôle de Loïe Fuller et Lily-Rose Depp dans celui d’Isadora Duncan.

Le film sera visible en salle à partir du 28 septembre 2016.

La Danseuse -Wild Bunch Distribution

La Danseuse -Wild Bunch Distribution tous droits réservés.

La danseuse

Réalisation Stéphanie Di Giusto. Scénario et dialogues Stéphanie Di Giusto, Sarah Thibau avec la collaboration de Thomas Bidegain, librement adapté de l’ouvrage Loïe Fuller, danseuse de la Belle Époque de Giovanni Lista. Produit par Alain Attal. Chef opérateur Benoît Debie. Montage Géraldine Mangenot. Décor Carlos Conti. Costumes Anaïs Romand. Son Pierre Mertens, Thomas Desjonqueres, Éric Chevallier. Casting Pascale Beraud. Productrices Marie Jardillier, Emma Javaux. Producteur exécutif Xavier Amblard. Directeur de production Bruno Vatin. Directeur de post-production Nicolas Mouchet. En co-production avec Wild Bunch, Orange Studio, Les Films du Fleuve, Sirena Film, Voo et Be tv, RTBF (Télévision Belge). En association avec Cofinova 12, A Plus Image 6, Palatine Etoile 13. Avec la participation de Canal +, Ciné +. Avec le soutien de Centre du Cinéma et de l’Image Animée. Aide aux coproductions minoritaires tchèques. Tax Shelter du Gouvernement Fédéral belge.

Image de Une, affiche de La danseuse, Wild Bunch Distribution, tous droits réservés.

 

est professeur et formatrice en histoire des arts, titulaire d’un DU en danse contemporaine, et danse depuis toujours. Co-fondatrice de CCCdanse.

Be first to comment