Corps rebelles : résidences chorégraphiques autour de l’exposition

On vous a déjà parlé de cette belle exposition dédiée à l’histoire de la danse au XXème siècle. Casque sur les oreilles on y rencontre des figures marquantes de l’art chorégraphique à travers les 6 thèmes retenus par sa commissaire Agnès Izrine : danse virtuose, danse vulnérable, danse savante/danse populaire, danse d’ailleurs et Lyon, une terre de danse. Des documents vidéo très intéressants sur l’histoire de la danse, des témoignages de chorégraphes et des extraits d’œuvres parfois très émouvants ou qui proposent une vision décalée de la danse. De quoi s’enrichir et réfléchir encore pendant tout l’hiver puisque l’exposition Corps Rebelles se poursuit au musée des Confluences de Lyon jusqu’au 5 mars 2017 !

Mais au-delà de la richesse du parcours de visite, un studio invite le public à la rencontre de chorégraphes et de collectifs majeurs de la scène contemporaine en résidence.

Une fois toutes les six semaines, le studio de l’exposition Corps Rebelles permet aux visiteurs de participer à des répétitions et ateliers dansés, découvrir des spectacles en cours de création et dialoguer avec les artistes… Des opportunités à ne pas manquer qui augmentent la visite de l’exposition d’un rapport direct avec les artistes présents, proposant de partager un work in progress, et de proposer des retours sur la création en cours. Une façon de vivre l’histoire de la danse actuelle en se frottant à la matière encore en train de se faire et de questionner les artistes sur le rapport au monde qu’ils donnent à voir à travers leurs œuvres. Après Qudus Onikeku et Bouba Landrille Tchouda en 2016, le studio accueillera en 2017 : Denis Plassard, Serge Aimé Coulibaly, Agathe Boulanger, Yannick Bosc, Grégoire Devidal, Clémence Péguy et le Collectif ES.

Agenda des résidences ouvertes au public

Du 17 au 22 janvier 2017 : Denis Plassard

Le chorégraphe Denis Plassard aime décloisonner les arts, ses créations mêlent danse, théâtre, musique, s’offrant parfois des détours vers la marionnette ou les arts numériques.

DSC_0239creditDenisPLassard

A.H.C-Albertine, Hector et Charles, Denis PLassard (c) Denis Plassard.

« À l’occasion de cette résidence, il convie le public à découvrir son laboratoire artistique et à partager ainsi les premières étapes de travail de sa création 2018. En parallèle à cette résidence, la programmation culturelle du musée propose de découvrir sa dernière pièce, A.H.C – Albertine, Hector et Charles, une rencontre azimutée entre le langage de Denis Plassard et les marionnettes d’Émilie Valentin le 19 janvier à 20h30 (grand auditorium). Portés par deux beatboxers et une chanteuse, les trois marionnettes et trois danseurs exécutent une partition dansée loufoque et grinçante, réglée au millimètre. »

Du 31 janvier au 5 février : Serge Aimé Coulibaly

 Avec Kalakuta Republic, Serge Aimé Coulibaly souhaite créer une pièce engagée. Le chorégraphe d’origine burkinabè s’inspire de la vie sulfureuse de Fela Kuti, chanteur, saxophoniste et homme d’orchestre nigérian.

Nuit Blanche a Ouagadougou,Serge Aimé Coulibaly  ® Elise Fitte-Duval.

Serge Aimé Coulibaly ® Elise Fitte-Duval.

Cet artiste engagé a passé sa vie à combattre la corruption du pouvoir dans son pays. Kalakuta Republic traduira cette urgence sur scène par une danse sensuelle et virtuose et des chants inspirés par la musique de ce personnage légendaire. Création du spectacle à la Maison de la Danse en mars 2017.

Du 21 au 26 février : Agathe Boulanger, Yannick Bosc, Grégoire Devidal et Clémence Péguy

« Les quatre performeurs ont mis en commun un corpus de vidéos, de textes, de sons dans cette pièce qui répertorie les symptômes d’une société à la fois angoissée, mais aussi en quête de performances corporelles, de contrôle, de dépassement…jusqu’aux moments de ratages, de lâcher-prises parfois exacerbés, frôlant l’hystérie.

AHCS (c)

AHCS tous droits réservés.

Par une écriture à la fois drôle et tragique, ils ont cherché de la danse là où il n’y en avait pas. À priori. Le studio sera un lieu hybride de recherche, de représentation mais aussi un lieu de vie, un espace de réunion, une boîte de nuit, une salle de coaching ou une salle des commandes … »

Du 28 février au 5 mars : Collectif ES

« Notre premier choix artistique est la création collective. C’est un engagement que nous avons pris naturellement et qui nous amène à une réflexion quotidienne, un questionnement constant sur le travail collectif que nous portons sur scène ». Dans cette nouvelle pièce à découvrir lors de leur résidence le collectif s’attaque au plagiat.

Collectif ES (c) Gilles Aguilar.

Collectif ES (c) Gilles Aguilar.

Résidences ouvertes au public les après-midis du mardi au dimanche, de 14h à 18h – salle 13 – entrée tarif musée. En partenariat avec la Maison de la Danse.

est professeur et formatrice en histoire des arts, titulaire d’un DU en danse contemporaine, et danse depuis toujours. Co-fondatrice de CCCdanse.

Be first to comment