Portrait : Maya Matilda Carroll, chorégraphe et performeuse

DSC_0051

Maya M. Carroll vit principalement à Berlin mais donne des cours un peu partout en Europe, elle a accepté de répondre à nos questions.

Maya Matilda Carroll, crédit photo Julia Lipkins

Maya M. Carroll, you are a dancer, a performer, a choreographer and you practice and teach instant composition, you are a former dancer with the BatSheva Ensemble where you have trained Gaga method with Ohad Naharin, could you tell us how this  part of your background has influenced you.

 

Maya, vous êtes danseuse, performeuse,chorégraphe vous pratiquez et enseignez la composition instantanée, vous avez aussi fait partie du BatSheva Ensemble et dans ce cadre vous avez suivi l’entrainement de la méthode Gaga d’Ohad Naharin pouvez-vous nous dire en quoi cela vous a influencée ?

 

Ohad Naharin et le Cedar Lake dancers (2007), crédit photo Paul B.Goode

Gaga is a rich, organic and strengthening movement language with which I trained while dancing in the BatSheva Ensemble between 2000-2004. It was a great discovery for me, a place I could at the time search and research different tonalities and textures of movement. Its liquid quality offered space and freedom of articulations, of flexibility…working softly and building up layers and volume. I re-discovered my body and its physiology. A lot of the inner mechanism I established while practising Gaga is still present in my body today, naturally. The introspective sensation of time, of speed, of groove…the multi layers and the wildness of the body, the animal of it.

Ohad Naharin parlant de la méthode Gaga

La méthode Gaga, propose un langage corporel, riche, organique et fortifiant que j’ai pratiqué lorsque je dansais pour le BatSheva Ensemble entre 2000 et 2004. Ce fut une grande découverte pour moi, un endroit où je pouvais à l’époque, explorer et  chercher différentes tonalités ou textures de mouvement. Son caractère  « liquide »( par exemple)  m’a donné un espace et une liberté pour la souplesse des articulations… en travaillant en douceur et à construire les couches successives du corps jusqu’à son volume. J’ai redécouvert mon corps et sa physiologie. Beaucoup de mécanismes internes que j’ai mis en place grâce à la méthode Gaga sont toujours présents dans mon corps aujourd’hui. La sensation interne du temps, de la vitesse, du « groove » (rythme)… les multiples couches dont le corps est constitué, sa sauvagerie, son animalité.

Now you teach and practice instant composition, could you explain what is it?

Maintenant vous enseignez et pratiquez la composition instantanée, pouvez-vous nous dire de quoi il s’agit ?

In instant composition we integrate our physical, choreographic and performing experiences. Given the space and time for alertness and deep listening states, this field of choreography has become the next level of my work as a dance maker. The immediacy of attendance that is demanded in improvisation is a lifetime study and a journey, articulating body, space, time and emotions, towards composing a piece in a present moment.

Maya Matilda Carroll, crédit photo Julia Lipkins

In that context I do not improvise to search for materials for my piece, I choreograph the piece while I am improvising. This distinction is important. I work using some of the same consideration as I would in pre-set composition. Theme, clarity, intensity of presence and perception of time are elements of great importance. Rather than making pre-choices about the choreography, I wish to see, hear, sense and feel it becoming, and in my best, will be able to perceive its ambience, rhythm, shapes, pathways, story. It is a great art to handle, to have a calm trust deep down in your guts, to sail on to that wilderness.

En composition instantanée on intègre nos expériences physiques, chorégraphiques et de performeurs. Compte tenu de l’espace et du temps donné à la vigilance et aux états d’écoute profonde, ce champ chorégraphique est devenu le prochain niveau à atteindre dans mon travail en tant que créatrice de danse. La  présence totale et immédiate qui est demandée en improvisation est l’étude de toute une vie et un véritable cheminement qui articule entre eux,  le corps, l’espace, le temps et les émotions en vue de composer une œuvre  instantanée. Dans ce cadre, je n’improvise pas pour chercher des éléments pour mon œuvre  mais je la chorégraphie alors même que j’improvise. Cette distinction est importante. Je travaille avec les  mêmes critères que j’utilise  pour une composition pré-établie. Le thème, la clarté, l’intensité de la présence et la perception du temps sont des éléments d’une grande importance. Plutôt que de faire des choix préalables pour la chorégraphie, je souhaite la voir, l’entendre, la percevoir  et la sentir advenir, et lorsque je suis au mieux, être capable d’en distinguer l’atmosphère, le rythme, les formes, les chemins, l’histoire. Manier cela c’est du grand art, il faut avoir une confiance tranquille au fond de vos entrailles pour naviguer à travers cette nature sauvage.

Maya M. Carroll parlant d’Undergrowth

In my teaching I aim to share tools that support independent skills, tendencies and qualities towards composition. We deal with radial space and the inclusion of other movers who are ‘partners’, oriented by guiding tasks and directions (space, time, dynamic, form etc). These mutual grounds give us the freedom to identify differences and allow individual agendas to appear while we improvise. It demands patience and time, but eventually I believe our work matures when we recognise the contrasts and polarities within and between living bodies and the universe surrounding them. Once we accept that as part of our substance we are not conflicted by it, neither feel the need to emphasize it in our actions. We study the art of listening, being in present time and transforming without excluding issues that are part of what we are.

I encourage my students to include themselves, to attend their actions in fullness in order to experience their practice meaningfully, and in its highest level.

 

Maya M. Carroll crédit photo Julia Lipkins.

Dans mon enseignement j’aspire à partager des outils qui permettent de développer  des capacités, des réflexes et des qualités autonomes en vue de la composition. Nous traitons avec un espace radial et l’inclusion d’autres personnes en mouvement qui sont des « partenaires », orientés par des tâches et des instructions de guidage (espace, temps, dynamique, formes, etc.). Ce terrain commun nous donne la liberté d’identifier les différences et d’autoriser que les priorités individuelles apparaissent lors des improvisations. Cela requiert de la patience et du temps, mais finalement, je crois que notre travail murit lorsque nous reconnaissons les contrastes et les polarités qui existent à l’intérieur et entre les corps vivants et l’univers qui les entoure. Une fois que nous avons accepté cela comme une part constitutive de notre être nous n’avons plus à rentrer en conflit avec ou à l’exagérer dans nos actions. Nous étudions l’art de l’écoute, celui d’être là, ici et maintenant, et de se transformer sans exclure les questions qui font partie de nous.

J’encourage mes étudiants à se comprendre eux-mêmes, à être pleinement présents dans leurs actions afin d’expérimenter leur pratique au plus haut niveau de conscience.

 

I read your teaching web page and I copied the following sentences because they really make sense to understand your teaching. Could you explain a bit more what a deep-focused-body-textural work is and why it’s the material you use for instant composition ?

J’ai lu la page de votre site web qui décrit votre enseignement et j’en ai copié les lignes suivantes parce qu’elles me semblent particulièrement pertinente pour le comprendre.

Pouvez-vous expliquez de façon plus précise ce que vous appelez « deep-focused-body-textural work » et pourquoi c’est le matériau que vous utilisez en composition instantanée ?

 

« Deep- focused body-textural work» is in other « words tuning our instrument »… it is the actual, the tactile, the material of the body which is sensed through touch. It is also the «body of our art» as dancers. As part of an instant composition work I like to dedicate time to sense the many matters that compose the body, that read sensations and orient us through plenty of multi-functions in each present moment. As described in my website: «I give time to feel the bones and joints and enjoy the physical elements and materials of which we are made, always combining it with streams of energy and imagination». I find it important to recognise our capacities and work with them, not against them. Potentially, even our limitations can become a springboard to a new invention. By truly listening and re-orienting curiosity towards our own physiology we would be able to dream within, through and beyond the body.

Mem chorégraphie de Maya

Un «Deep- focused body-textural work » en d’autres mots « accorder son instrument »… c’est le concret, le tactile, la matière du corps que l’on sent à travers le toucher.

C’est aussi le « corps/coeur de notre art » en tant que danseurs.

Lors du travail de composition instantanée, j’aime consacrer du temps à sentir les nombreuses matières qui composent le corps, à lire les sensations et à nous orienter à travers de multiples fonctions possibles à chaque moment. Comme c’est décrit sur mon site web : « Je donne du temps pour sentir les os et les articulations et pour apprécier les éléments physiques et les substances dont nous sommes faits, cela toujours combiné avec les flux d’énergie et l’imagination ». Je trouve important de reconnaitre nos capacités et de travailler avec elles et non contre elles. Potentiellement, même nos limites peuvent devenir des tremplins pour une nouvelle inventivité. En étant réellement à l’écoute et en ré-orientant notre curiosité vers notre propre physiologie nous sommes capables de rêver, à l’intérieur, à travers et au-delà du corps.

 

It’s seems very important for you to share the class with your students like you are in and out at the same time, a teacher and a dancer too, among others dancers. I may be wrong but I felt it’s like energy sharing, energy circulation which irrigates the whole class.

Cela semble très important pour vous de partager le cours avec vos étudiants, un peu comme si vous étiez dedans et dehors simultanément, un professeur et une danseuse aussi, parmi d’autres danseurs. J’ai peut-être tord mais je l’ai ressenti comme un partage d’énergie, une circulation d’énergie qui irrigue le cours tout entier.

 

That’s right. I am in a mode of experiencing and sharing while I teach. It couldn’t really work any different, especially while dealing with the raw, the delicate and exposed beast of instant composition. I am in the midst of my own journey, and when other people are happy to get on board and join the trip I consider myself privileged and lucky. I carry the responsibility of leading the sessions, aware that my observations arrive from a personal physical/mental experience. The class itself is instantly composed and improvised along its guided tasks. It is a great joy I have as a teacher, creating an exchange atmosphere where I am not only educating others but can also be taught by my students.

 

Maya M. Carroll, crédit photo Julia Lipkins.

C’est juste. Je suis dans un mode d’expérimentation et de partage lorsque j’enseigne. Cela ne pourrait pas vraiment fonctionner autrement, spécifiquement lorsqu’on doit négocier avec la bête à découvert, brute et délicate de la composition instantanée. Je suis au cœur de mon propre voyage et lorsque d’autres personnes sont heureuses de monter à bord pour s’y joindre, je me considère comme privilégiée et chanceuse. J’ai la responsabilité de conduire les sessions, consciente que mes observations proviennent d’une expérience physique et mentale personnelle. Le cours lui-même est composé et improvisé dans l’instant ainsi que les consignes. C’est une grande joie en tant que professeur de créer une atmosphère d’échanges dans laquelle je n’éduque pas seulement les autres mais où j’apprends également de mes étudiants.

 

Maya Matilda Carroll donne des cours en France et à l’étranger dans les CDC ou lors de grands festivals de danse comme ImPulstanz, pour partager son enseignement, son énergie et sa grande compétence vous pouvez vous inscrire à sa news letter ou aller voir son programme de formation sur son site. Un stage avec Maya, c’est une expérience vraiment particulière et dont on ressort quelque peu transformé, pour le meilleur.

Image de Une, fournie par l’artiste, crédit photo Julia Lipkins.

 

 

 

est professeur et formatrice en histoire des arts, titulaire d’un DU en danse contemporaine, et danse depuis toujours. Co-fondatrice de CCCdanse.

Be first to comment