Ces photographes qui font entrer la danse dans l’ordinaire

Vous tous, passionnés de danse, n’avez-vous jamais rêver de croiser au coin de la rue votre danseuse étoile préférée ? Ne souhaitez-vous pas silencieusement qu’elle vous tende votre baguette à la boulangerie en effectuant une arabesque ou qu’elle vous cède son siège dans le métro d’un pas de valse ?

Aujourd’hui,  vous pouvez mettre vos rêves en image, grâce à la photographie !

En effet, de plus en plus de photographes mettent en scène celles et ceux qui – je crois que nous sommes tous d’accord – font les plus beaux sujets de photo : les danseurs; mais pas là où l’on s’y attend le plus, sur scène ou en studio : dans la vie de tous les jours.

Dane Shitagi a été un des précurseurs : mêlant son amour pour New York et sa volonté de retranscrire les émotions des danseurs, il a été à l’initiative du « Ballerina Project », un projet photographie monumental créé il y a 13 ans, suivi par plus de 400 000 fans sur Facebook et qui continue de grandir.

Alys – Central park

Nicole – South Point Miami – © Dane Shitagi

Aujourd’hui, le Ballerina Project se diversifie vers les courts-métrages et les documentaires, pour notre plus grand plaisir. Vous pouvez les soutenir ici ou sur leur page Facebook.

Les débuts du Ballerina Project en 2004 – 2005 (photo Dane Shitagi)

Dans la même veine, le photographe Jordan Matter, lui aussi new-yorkais, a consacré un ouvrage à la photographie de la danse « parmi nous » (« Dancers among us »). Il nous racontait dans l’interview qu’il nous accordait en janvier, que pour lui, les danseurs racontent des histoires, qu’il essaye de retranscrire dans ses photos. Tantôt amusantes, tantôt émouvantes, ses photos mettent en scène des danseurs croisés, recrutés sur Twitter ou encore des rencontres fortuites, dans des scénarios de la vie courante.

Central Park, NYC – Jason Macdonald – © Jordan Matter

Jordan n’arrête pas son projet à son livre, qui ne contient qu’une infime partie de son travail : il publie régulièrement ses photos sur Facebook; pour vous tenir au courant, c’est ici.

Plus récemment, la photographe Lisa Tomasetti a souhaité sortir les danseurs du ballet de Sydney de leurs sentiers battus pour les mettre en scène dans des décors urbains. Le résultat : une exposition « Behind the scenes », à la James Makin Gallery (Australia). «La démarche consistait à juxtaposer la forme classique de la ballerine avec l’urbain, dans ces villes emblématiques», explique Lisa Tomasetti (Slate).

Lisa Tomasetti – Lara Jones à Paris (source : Slate)

Lisa Tomasetti – source Slate

 

Connaissez-vous d’autres projets photographiques qui font rentrer la danse dans le quotidien?

travaille dans une startup le jour, file à son cours de danse le soir, et rêve de danse la nuit. Co-fondatrice de CCCDanse.

Be first to comment