Le bel âge de Suresnes Cités Danse

SURN_1617_40x60_SCD_05.indd

Le Festival Suresnes cités danse fête ses 25 ans pendant un mois du 6 janvier au 5 février 2017. Né il y a 25 ans d’une double rencontre de part et d’autre de l’Atlantique : à Montpellier avec  le chorégraphe Doug Elkins et des danseurs du quartier de la Paillade, et à New York avec les  performers des Rock Steady Crew et la star du voguing, Willy Ninja.

Constatant l’énergie, le talent et le goût pour l’improvisation des danseurs,  Olivier Meyer a eu l’idée de créer un événement et de leur offrir un théâtre, celui de Suresnes qu’il dirige depuis 1990, donnant ainsi droit de cité à ces nouvelles formes de danse qu’étaient le hip hop ou le voguing. Ce qui aurait pu être une manifestation isolée est devenu un festival s’inscrivant dans la durée et ouvert à la multiplicité des formes et des techniques de ces nouvelles danses urbaines. Dépassant la virtuosité et la compétitivité des battles, les chorégraphes et les danseurs hip hop sont devenus des interprètes sensibles, proposant leur rapport au monde et leur singularité et se nourrissant aussi d’autres esthétiques. Élargissant leurs univers chorégraphiques et musicaux, les danseurs d‘hier sont devenus les chorégraphes d’aujourd’hui, deux d’entre eux dirigeant même des centres chorégraphiques nationaux.

Pour fêter les 25 ans de Suresnes cités danse, la soirée d’ouverture réunit sur le plateau 25 danseurs, avec les résidences/créations de chorégraphes confirmés comme Pierre Rigal, Abou Lagraa et Andrew Skeels, les nouvelles productions de Mickaël Le Mer, Anthony Egéa et Farid Berki, et l’accompagnement de jeunes talents dans les programmes de Cités danse connexions.

Une édition attentive à l’ouverture musicale du rock au baroque, de Stravinski à Sauguet et aussi à la présence des femmes dans un univers où les chorégraphes et les danseurs masculins ont longtemps été sur-représentés. Ainsi Jann Gallois, Céline Lefèvre et Johanna Faye sont invitées pour fêter cet anniversaire ! Au programme de cette édition, 6 créations, 34 représentations, 16 spectacles, 13 chorégraphes et  95 danseurs et interprètes pour fêter avec générosité et fougue l’énergie de la danse hip hop.

Programme

Vendredi 6 janvier 21 h/ Samedi 7 janvier 15h et 21 h/ Dimanche 8 janvier 17h et 21 h. 25 ans25 danseurs et Farid Berki. Salle Jean Vilar. Durée 1 h.

Le chorégraphe Farid Berki endosse le rôle de grand organisateur pour proposer à vingt-cinq interprètes – quasiment trois générations ! – emblématiques de la manifestation depuis ses débuts, d’improviser en s’inspirant de pièces qui ont marqué le Festival. Les  musiciens et compositeurs ayant collaboré avec des hip hopeurs seront également distingués lors de cette soirée.

Portrait de Farid Berki (c) Dan Aucante.

Portrait de Farid Berki, Cie Melting Pot (c) Dan Aucante.

Coordination artistique Farid Berki pour 25 danseurs Isabelle Clarançon, Carole Dauvillier, Sonia Duchesne, Magalie Duclos, Ingrid Estarque, Johanna Faye, Fouad Hammani, Mathieu Hernandez, Fabrice Labrana, Francois Lamargot, Giovanni Leocadie, Johnny Martinage, David Mathor, Sandrine Monar, Valentine Nagata Ramos, Emilie Sudre, Steven Valade, Fanny Rouyé, Feroz Sahoulamide, Ibrahim Sissoko, Bernard Wayack Pambé, Jean Charles Zambo, Jean Zelou … Guests Kader Attou, Amala Dianor, B.Boy Junior, Mourad Merzouki.

Commande et production Théâtre de Suresnes Jean Vilar / Suresnes cités danse 2017. Avec le soutien de Cités danse connexions.

La soirée du samedi 7 janvier se prolongera par un bal hip hop, à partir de 22h30  — Salle Aéroplane,  ouvert aux amateurs et professionnels, pour danser hip hop jusqu’au bout de la nuit… Entrée libre sur inscription.  Réservation recommandée suresnes-cites-danse.com

Jeudi 12 janvier 21 h /Vendredi 13 janvier 21 h / Samedi 14 janvier 18h30 /Dimanche 15 janvier 15h/  Lundi 16 janvier 21 h. Salle Aéroplane. Dakhla, Abou Lagraa. Durée 1 h

« Dakhla (« entrée » en arabe), dessine une carte dansée imaginaire connectant trois ports, ceux de Hambourg, d’Alger et de New York. Entre les pointes de ce triangle dessinant des liens entre la Méditerranée, l’Europe et le nouveau monde, le chorégraphe jette quatre danseurs à l’eau – deux hip hopeurs et deux contemporains – pour se risquer dans un récit inédit sur les cultures et les passages d’un monde à l’autre. […] Entre « Alger la blanche, New York l’insolente – la ville qui ne dort jamais – et Hambourg l’une des plus grandes scènes de musique techno d’Europe », Dakhla lève l’ancre d’un voyage aux saveurs mélangées d’exil et de liberté. »

Dakhla, (c) Ulrike Moenning.

Dakhla, Abou Laagra, (c) Ulrike Moenning.

Chorégraphie  Abou Lagraa pour 4 danseurs Ludovic Collura, Pascal Beugré-Tellier, Nassim Feddal, Amel Sinapayen.  Musiques Prince,  Supertramp,  Mike Dehnert,  Kaytranada,  Cheikh Liamine, Orchestre El Gusto. Musique additionnelle et arrangements musicaux Olivier Innocenti. Lumières Sandrine Faure. Production Cie La Baraka.

Samedi 14 janvier 21 h/Mardi 17 janvier 21 h /Dimanche 15 janvier 17h. Salle Jean Vilar. Scandale, Pierre Rigal. Durée 1 h. Dès 12 ans.

Scandale, nouvelle pièce pour six danseurs et un musicien-percussionniste, Scandale comme scander, comme le halètement, le chant ou le hurlement qui résonnent avec l’état d’émotion que le scandale peut provoquer quel que soit sa nature. Se soulever, et retrouver la « source vitale du mouvement » laisser monter la fièvre jusqu’à la transe.

Scandale, répétition Toulouse, Pierre Rigal tous droits réservés.

Scandale, répétition Toulouse, Pierre Rigal tous droits réservés.

Conception, chorégraphie et scénographie  Pierre Rigal pour 6 danseurs Antonio Mvuani, Camille Regneault, Julien Saint-Maximin, Emilie Schram, Joël Tshiamala. Musique originale  en direct Julien Lepreux  et Gwenaël Drapeau. Lumières et régie générale Frédéric Stoll. Collaboratrice artistique Mélanie Chartreux. Diffusion sonore  Loïc Célestin. Production Compagnie  dernière minute.

Jeudi 19 janvier 21 h /Vendredi 20 janvier 21 h. Salle Jean Vilar. Rouge, Mickaël Le Mer. Durée 1 h. Dès 8 ans.

« Si la danse hip hop était une couleur, elle serait rouge », déclare Mickaël Le Mer, rouge de vibrations, d’intensité et d’émotions, de fluidité féline et de force contrôlée. Rouge comme le cœur qui bat à l’unisson des gestes virtuoses des sept b-boys, portés par le son du compositeur Fabrice Tison.

Rouge, (c) le Poulpe.

Rouge, Mickaël Le Mer, Cie S’Poart (c) le Poulpe.

Direction artistique  et chorégraphie  Mickaël Le Mer pour 7 danseurs Dara You,  Aurélien Desobry, Nicolas Sannier, Teddy Verardo, Thomas Badreau, Dylan Gangnant, Giovanni Leocadie. Scénographie  Olivier Menanteau « Moon ». Lumières Nicolas Tallec. Musique Julien Camarena. Costumes Amandine Fonsin. Regard extérieur Laurent Brethome. Spatialisation sonore Fabrice Tison. Production Cie S’Poart.

Samedi 21 janvier 21 h /Dimanche 22 janvier 17 h /Mardi 24 janvier 21 h. Salle Jean Vilar. Fleeting, Andrew Skeels suivi de Rock It Daddy, Mickaël Le Mer. Durée 1 h 30.

« Entre baroque et rock, cette soirée mixte joue au ping-pong sur les deux tableaux sans lâcher la pression du hip hop. En ouverture, Fleeting, signé par Andrew Skeels, se glisse dans les rythmes et ornementations baroques de compositeurs comme Albinoni, Vivaldi et Haendel pour dessiner les pleins et les déliés d’une danse obsédée par la tension, le relâchement, le  flow et le contact. En seconde partie, Rock It Daddy, par Mickaël Le Mer, jette un pont entre le rock des années 50, celui d’Elvis Presley, de Jimmy Hendrix ou de Chuck Berry et le hip hop d’aujourd’hui avec une team de six danseurs experts en break acrobatique. Le survoltage rock fait décoller la haute technique au sol des interprètes. Son exubérance fiévreuse emporte l’élan vorace du mouvement. Un choc d’époques, d’esthétiques  au service d’une seule cause : la passion du geste et du métissage. »Rock It Daddy, direction artistique et chorégraphie  Mickaël Le Mer pour 6 danseurs Stanislav « Stan » Arnaut, Thomas « Brook » Badreau,  Chonbura « Cambo » Houth,  Quentin Poulailleau, Dylan Gangnant,  Dara You. Scénographie Rodoff. Lumières Nicolas Tallec. Infographie Olivier Menanteau « Moon ».

 

Fleeting, création, chorégraphie  Andrew Skeels, avec Noémie Ettlin,  Victor Virnot. Musiques Boncini Albinoni Vivaldi Haendel.

Rock it daddy (c) Quentin Ferjou.

Rock it daddy, Mickaël Le Mer (c) Quentin Ferjou.

 

Samedi 21 janvier 18h30 /Dimanche 22 janvier 15h /Lundi 23 janvier 21 h. Salle Aéroplane. Basic, Ousmane Sy, Réversible, Bouziane Bouteldja, Tandem, John Degois. Durée 1 h 30

Soirée qui convoque les figures du solo du duo et du trio pour un premier programme Cités danse connexions. Basic, trio sur la question du lien dans la culture clubbing, lors duquel Ousmane Sy laisse ses interprètes réinventer, au contact  d’un DJ présent sur scène, un hip hop virtuose et plein d’émotions. Dans Réversible, solo puissant et limpide, Bouziane Bouteldja sublime les traumas qu’entraînent les interdits d’une religion oppressante et dévastatrice. Tandem de John Degois joue la partition complexe des rapports dans le couple.

Basic, Ousmane SY/All 4 House (c) Benoite Fanton/

Basic, Ousmane SY/All 4 House (c) Benoite Fanton.

Basic, chorégraphie Ousmane “Baba” Sy pour 3 danseurs Jade Fehlmann, François Mama, Odile Lacides. DJ et musique live DJ Sam One. Lumières Xavier Lescat. Une création ALL 4 HOUSE. Production Garde Robe.

Reversible_3©gilles rondot.

Reversible, Bouziane Bouteldja © Gilles Rondot.

Réversible, chorégraphie et interprétation Bouziane Bouteldja. Collaboration artistique  et scénographie Gilles Rondot. Musique Arnaud Vernet Le Naun. Vidéo Juan Luis Doggy. Lumière Catherine Chavériat. Regard sur la danse David Gaulein-Stef. Direction d’acteur Coralie Emilion,  assistée de  Lise Schreiber. Production Compagnie DANS6T.

Tandem, John Degois (c) Dan Aucante.

Tandem, John Degois (c) Dan Aucante.

Tandem, création de John Degois, duo Amélie Jousseaume, Guillaume Chan Ton. Assistant  à la chorégraphie  et mise en scène  Sylvain Décure. Une création de la Cie Des pieds au mur. Production Garde Robe.

Jeudi 2 février 21 h /Samedi 4 février 18h30 /Dimanche 5 février 15h. Salle Aéroplane. Iskio, Johanna Faye, Saïdo Lehlouh suivi de Soi, Si’mhamed Benhalima. Durée 1 h 15.  Dès 10 ans.

Iskio, le duo composé par Saïdo Lehlouh dit Darwin et Johanna Faye nous parle d’une histoire d’amour qui n’a besoin que des gestes pour s’exprimer. Dans Soi, le chorégraphe hip hop – Si’mhamed Benhalima se confronte à soi-même et au regard de l’autre, ici, Kevin Mischel, dans un corps à corps puissant. Deux duos qui parlent de la rencontre et des surprises qu’elle autorise.

Iskio,  Johanna Faye et Mustapha Saïd Lehlouh (c) Benoite Fanton.

Iskio, Johanna Faye et Mustapha Saïd Lehlouh (c) Benoite Fanton.

Iskio, chorégraphie  et interprétation Johanna Faye et Saïdo Lehlouh dit Darwin Musique originale Abraham Diallo. Lumières  Cyril Mulon. Une création de la cie Black Sheep. Production : Garde Robe.

SoicMirabelwhite-

Soi, Si’mhamed Benhalima, Kevin Mischel (c) Mirabel White.

Soi, chorégraphie  et interprétation Si’mhamed Benhalima  et Kevin Mischel. Mise en scène  et scénographie Si’mhamed Benhalima. Musique Max Gustavo. Lumières Jean-Yves  Desaint-Fuscien. Coproduction CCN de La Rochelle / Cie Accrorap–Kader Attou.

Samedi 28 janvier 18h30 /Dimanche 29 janvier 15h /Lundi 30 janvier 21 h. Salle Aéroplane. Carte blanche à Jann Gallois et Ma class’ hip hop de Céline Lefèvre. Durée 1 h 30

Ma class hip hop, Céline Lefèvre, Sylvain Groud (c) Benoite Fanton

Ma class’ hip hop, Céline Lefèvre, Sylvain Groud (c) Benoite Fanton

Cités danse connexions met les filles à l’honneur pour cette soirée. Jann Gallois fidèle invitée du festival aura carte blanche pour définir avec ses deux complices, Marie Marcon et Aloïse Sauvage et le public, le contenu de leur performance. Céline Lefèvre, dans Ma class’hip hop  retrace quarante ans de danse hip hop en moins d’une heure, surfant sur  l’histoire, les styles, l’esprit et les codes tout en racontant son trajet  personnel d’artiste.

Carte blanche, chorégraphie  Jann Gallois pour 3 danseuses, Jann Gallois,  Marie Marcon,  Aloïse Sauvage.  Production Cie BurnOut.

Ma class’hip hop, chorégraphie  et interprétation  Céline Lefèvre. Production Kader Aoun.

Vendredi 27 janvier 21 h /Samedi 28 janvier 21 h /Dimanche 29 janvier 17h. Salle Jean Vilar. Street Dance Club, Andrew Skeels. Durée 1 h. Dès 8 ans

Avec Street Dance Club, créée pour l’ouverture du festival Suresnes cités danse en 2016, Andrew Skeels a frappé fort et juste dans cette réinvention hip hop, jazzy du fameux Cotton Club de New York.  Energie et atmosphère, pour cette rêverie décalée emportée par la musique du compositeur Antoine Hervé.

Street dance club, Andrew Skeels, Antoine Hervé (c) Dan Aucante.

Street dance club, Andrew Skeels, Antoine Hervé (c) Dan Aucante.

Street Dance Club, chorégraphie  Andrew Skeels. Musique  Antoine Hervé. Pour 7 danseurs Megan Deprez, Noémie Ettlin, Jérôme Fidelin, Christine Rotsen, Steven Valade, Victor Virnot, Thalia Ziliotis. Lumières Pascal Mérat. Costumes On aura tout vu.

Mardi 31 janvier 21 h /Mercredi 1er février 21 h. Salle Jean Vilar. Les Forains, Anthony Egéa. Durée 1 h.

Le chorégraphe Anthony Egéa s’empare du fameux ballet Les Forains, conçu en 1945 par Roland Petit (1924-2011), sur une musique d’Henri Sauguet. Transposant la liberté de l’acrobate et du forain  dans celle du danseur hip hop d’aujourd’hui, déplaçant le petit cirque de la place du village en banlieue mixant la musique atmosphérique de Sauguet avec les compositions électro de Franck 2 Louise, Anthony Egéa, recrée la figure intemporelle de  l’artiste-saltimbanque.

Les Forains, Anthony Egéa (c) Pierre Planchenault.

Les Forains, Anthony Egéa (c) Pierre Planchenault.

Les Forains, direction artistique  et chorégraphie Anthony Egéa pour 8 danseurs et 1 musicien-DJ. Sofiane Benkamla,  Antoine Bouiges,  Simon Dimouro,  Manuel Guillaud,  Jérôme Luca, Amel Sinapayen, Maxim Thach, Aurélien Vaudey. Musicien-DJ Frank 2 Louise. Musiques enregistrées. Partie orchestrale  enregistrée par l’Orchestre de l’Opéra de Limoges, sous la direction de  Philippe Forget. Création musique  électronique  Frank 2 Louise. Scénographie et lumières Florent Blanchon. Costumes Hervé Poeydomenge. Production Compagnie Rêvolution. D’après Les Forains, musique d’Henri Sauguet,  sur un argument de Boris Kochno, avec l’autorisation  des Editions Salabert © Universal.

Vendredi 3 février 21 h /Samedi 4 février 21 h /Dimanche 5 février 17 h. Salle Jean Vilar. L’Oiseau de feu, Farid Berki. Durée 50mn. Dès 8 ans.

Farid Berki n’en est pas à sa première « collaboration » avec Stravinski dont il apprécie la musique « vive, pulsée, tranchée, symbolique, flamboyante, renversante… », après Petrouchka, Scherzo fantastique et Le Sacre du Printemps, il s’attaque à une autre œuvre mythique, L’Oiseau de feu, immortalisée par Maurice Béjart en 1970. Entre cirque et danse, une réécriture ludique pleine des éblouissements et des souvenirs de jeunesse.

L'Oiseau de feu, Farid Berki (c) Ugo Pontehd.

L’Oiseau de feu, Farid Berki (c) Ugo Pontehd.

L’Oiseau de feu, chorégraphie  Farid Berki. Musique  Igor Stravinski. Pour 10 danseurs Mustapha Bellal, Zoé Boutoille, Sofiane Challal, Aurélien Collewet, Matthieu Corosine, Sofiane Felouki, Valentin Loval, Johnny Martinage, Rahim Ouabou, Elora Pasin. Lumières David Manceaux. Costumes Emmanuelle Geoffroy,  Sonia Evin. Mise en piste Gwenaëlle Roué. Production Cie Melting Spot/Farid Berki.

Infos pratiques

Théâtre de Suresnes  Jean Vilar 16 place Stalingrad  92150 Suresnes. Tél :  01 46 97 98 10 ou suresnes-cites-danse.com

Réservations —Sur place ou par téléphone  du mardi au samedi de 13 h à 19 h —Vente en ligne (paiement sécurisé) —E-ticket : Imprimez vos billets chez vous, en choisissant votre placement —Dans tous les magasins Fnac,  Carrefour, Géant, System U —Et sur: fnac.com, ticketnet.com,  theatreonline.com

Contact Théâtre de Suresnes Jean Vilar Laurence Lévi Secrétaire générale 01 41 18 85 92 secretariat.general@theatre-suresnes.fr

En savoir plus sur le festival Suresnes cités danse c’est ici !

Image de Une visuel du festival Suresnes cités danse tous droits réservés.

 

 

 

 

 

 

est professeur et formatrice en histoire des arts, titulaire d’un DU en danse contemporaine, et danse depuis toujours. Co-fondatrice de CCCdanse.

Be first to comment