Volver, Gallotta/Ruiz, on y revient !

S5©JeanLouisFernandez122web

Olivia Ruiz et Jean-Claude Gallotta s’étaient déjà croisés pour L’Amour sorcier pièce créée en octobre 2013 sur une musique de Manuel de Falla, et qui réunissait, outre les danseurs de Jean-Claude Gallotta (alors encore à la tête de CCN de Grenoble), les musiciens du Louvre-Grenoble de Marc Minkovski et les comédiens du Centre National dramatique des Alpes de Jacques Osinski.

Répétition Amour Sorcier, Olivia Ruiz, Thierry Verger, Jean-Claude Gallotta ©Jean-Louis Fernandez.

Répétition Amour Sorcier, Olivia Ruiz, Thierry Verger, Jean-Claude Gallotta ©Jean-Louis Fernandez.

Volver, fait ainsi suite à cette rencontre entre le chorégraphe et la chanteuse, une rencontre qui leur a donné envie de travailler à nouveau ensemble, de façon différente, puisqu’il s’agit de partir des univers singuliers de chacun et de voir ce qui va sortir de cette confrontation d’une danse d’auteur à l’univers musical d’une chanteuse compositrice dite populaire. Sorte de jeu où la musique et la danse se côtoient en prenant le risque d’une expérience artistique.

Et c’est sans doute cette notion de jeu qui définit le mieux ce qui sous-tend l’œuvre à venir.

Un jeu sur le  mot d’abord avec ce terme Volver, qui renvoie immédiatement au titre d’un film d’Almodovar,  titre aussi de deux chansons l’une classique de Carlos Gardel et l’autre d’Olivia Ruiz. Volver terme populaire en espagnol qui signifie aussi bien revenir que retourner et qui dans l’œuvre d’Almodovar comme dans la création Gallotta/Ruiz nous parle de chemin de vies qui sont loin d’être lisses. En effet, Volver, c’est aussi jouer sur l’identité et le parcours de vie d’Olivia Ruiz, sans doute romancé mais qui raconte un peu de son histoire de fille d’immigrés. Thème cher au chorégraphe et déjà abordé dans L’Incessante (1999), et dans sa pièce précédente L’Etranger (2015) d’après l’ouvrage éponyme de Camus.

Un jeu risqué pour le chorégraphe puisqu’il est difficile de nommer Volver, ni comédie musicale, ni DTM (Danse, Théâtre, Musique) mais plutôt une volonté de confronter sa danse à un univers musical comme il l’avait déjà fait avec Bashung ou Meret Becker…sauf qu’ici, le choix de travailler avec une chanteuse de variétés peut sembler plus hasardeux.

Un enjeu  dont le chorégraphe prend le risque faisant confiance à sa précédente rencontre avec Olivia Ruiz « une personnalité généreuse ». Il y a effectivement comme une transgression à mêler danse d’auteur et chanteuse populaire sur le même plateau, pourtant ce projet a séduit Dominique Hervieu qui le programme lors de la prochaine Biennale de danse de Lyon dont un des thèmes est : danses savantes/danses populaires.

Le défi est de créer un matériau tissé des couleurs propres à la chanteuse et qui puisse se marier avec l’univers souvent minimaliste du chorégraphe. Volver a déjà été annoncé comme une comédie musicale, terme que questionne pourtant le chorégraphe, il parle plutôt d’ouverture de cette notion, d’un concert chorégraphique ou mieux encore d’un jeu chorégraphique et musical. Partir d’un matériau musical connu, ici les chansons d’Olivia Ruiz, Jean-Claude Gallotta en a déjà la pratique, il s’est frotté à l’exercice avec les univers de Gainsbourg et Bashung (L’homme à tête de chou, 2009), de Kurt Weill/Brecht avec Meret Becker ( Les Sept péchés capitaux, 2005)  ou de Stravinski (Le Sacre du printemps, 2011), mais ici il s’agit d’intégrer la chanteuse à la danse, et que la danse ne soit pas parasitée par la présence des cinq musiciens en live sur le plateau. Ce dernier sera occupé par 15 personnes de façon quasi permanente, 5 musiciens et 5 couples de danseurs, l’un étant formé par Olivia Ruiz et un des neuf danseurs du Groupe Emile Dubois. On connaît la puissance de la chorégraphie de groupe de Jean-Claude Gallotta, son génie pour raconter des histoires, ici il souhaite créer un continuum chorégraphique soutenant une narration poétisée co-écrite avec Claude-Henri Buffard, baignée dans l’univers musical et visuel d’Olivia Ruiz. On attend avec impatience cette nouvelle pièce qui s’annonce en léger décalage, comme un entre-deux, entre détournement, confrontation ou intégration d’autres champs artistiques ou d’autres univers esthétiques. Avec toute la maturité acquise le chorégraphe continue de jouer, de prendre le risque de l’aventure et on a envie de le rejoindre !

Jean-Claude Gallotta et Olivia Ruiz(c) Véra Iso.

Jean-Claude Gallotta et Olivia Ruiz(c) Véra Iso.

Volver

Conception Jean-Claude Gallotta, Olivia Ruiz
Chorégraphie Jean-Claude Gallotta, assisté de Mathilde Altaraz
Texte Olivia Ruiz et Claude-Henri Buffard

Avec Olivia Ruiz (chant et danse), ses musiciens et 9 danseurs (Agnès Canova,  Paul Gouëllo, Ibrahim Guétissi, Georgia Ives, Fuxi Li, Fatoumata Lilou Niang, Gaetano Vaccaro, Thierry Verger, Béatrice Warrand) du groupe Émile Dubois.
Dramaturgie Claude-Henri Buffard
Production Groupe Émile Dubois, Cie Jean-Claude Gallotta
Coproduction Théâtre national de Chaillot, Biennale de la danse de Lyon 2016, Centre chorégraphique national de Grenoble, MA Scène nationale – Pays de Montbéliard
Soutien Asterios Spectacles, MC2: Grenoble, Centre national de la danse, Le MAGASIN Centre national d’art contemporain

Avant première  MC2 Grenoble 17 septembre 19h30

En tournée :

du 21 au 24 septembre 2016 / Lyon / Biennale de la danse

du 6 au 21 octobre 2016 / Chaillot / Théâtre national de Chaillot

les 3 et 4 mars 2017 / Grenoble / MC2

le 14 mars 2017 / Fribourg (Suisse) / Théâtre Equilibre

le 18 mars 2017 / Istres / Théâtre de l’Olivier

le 19 mars 2017 / Cannes / Palais des Festivals

le 24 mars 2017 / Montbéliard / MA – scène nationale

le 28 mars 2017 / Le Havre / Le Volcan

le 19 avril 2017 / Herblay / Théâtre

le 26 avril 2017 / Garges-les-Gonesse / Théâtre

le 28 avril 2017 / Béziers / Salle Zinga Zanga

En savoir plus sur le Groupe Emile Dubois c’est ici !

Image de Une, Volver, Groupe Emile Dubois, Jean-Claude Gallotta/Olivia Ruiz photo ©JeanLouisFernandez

 

est professeur et formatrice en histoire des arts, titulaire d’un DU en danse contemporaine, et danse depuis toujours. Co-fondatrice de CCCdanse.

Be first to comment